Selon notre ministère des Affaires étrangères, à l’automne, après la COP29, l’Arménie pourrait rencontrer des problèmes de sécurité. Il n’est pas exclu qu’il y ait des provocations dans des zones sensibles. Pourquoi ? Parce que certains pensent qu’il est possible de provoquer un changement de pouvoir, et un nouveau gouvernement pourrait assurer la mise en œuvre du 9ème point de l’accord du 9 novembre.

Quelles options l’Arménie a-t-elle pour réduire la possibilité d’un tel développement ?

Option 1 : Organiser un référendum sur l’adhésion à l’UE d’ici l’automne. En cas de « oui », nous soumettrons une demande et quitterons l’Union économique eurasiatique dans un an.

Option 2 : Quitter le CSTO et signer un accord avec les États-Unis, comme la Géorgie l’a fait.

Dans le cas de ces deux options, une attaque contre l’Arménie de la part de l’Azerbaïdjan signifierait être entièrement sous l’influence russe, ce qui ne correspondrait pas aux objectifs d’Ilham Aliyev. Sinon, le 9ème point de l’accord du 9 novembre aurait déjà été mis en œuvre depuis longtemps. Quelle option les autorités arméniennes choisiront-elles ? Je ne sais pas. Mais même les partisans de la neutralité doivent reconnaître que rester dans le CSTO et l’UEE ne sera pas neutre. La Géorgie et l’Azerbaïdjan n’ont pas de base militaire en Russie, ne sont pas membres du CSTO et de l’UEE, et n’utilisent pas moins la Russie que nous. C’est une illusion…

Permettez-moi également de souligner que, au 21e siècle, il n’y a pas de régions isolées du monde. La Turquie renforce son influence dans la région en étant membre de l’OTAN et en envisageant une adhésion à l’UE. L’Azerbaïdjan accroît son influence en ayant la Turquie comme grand frère et en se connectant à l’Occident via la Géorgie, avec le soutien des États-Unis, ce qui est une condition pour une éventuelle adhésion à l’UE. L’Iran est le centre de l’islam chiite. Alors, à qui appartient l’Arménie ? À la Russie, qui, selon le secrétaire de la République du Kazakhstan, a réussi à rendre l’Artsakh à l’Azerbaïdjan ? Ou au CSTO, qui ne reconnaît pas les frontières de l’Arménie ? Même avec une population de 80 millions d’habitants, la Turquie sert ses intérêts dans la région avec le soutien de l’OTAN, des États-Unis et des peuples turcophones. Comment l’Arménie pourra-t-elle agir seule ?

Ma question n’est pas purement rhétorique et il est temps pour nous de décider où nous voulons que l’Arménie soit dans 10 à 20 ans. En fonction de cela, ne perdons pas de temps et prenons le premier pas aujourd’hui, tant qu’il est encore possible de le faire.

By Raffy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :