La guerre hybride de l’Azerbaïdjan

Sossi Tatikyan

Un article précédent identifiait le renforcement du partenariat France-Arménie comme un facteur clé de l’hostilité croissante de l’Azerbaïdjan envers la France et abordait la campagne de faux récits de l’Azerbaïdjan et de la Russie à ce sujet. Cette hostilité s’est finalement transformée en une guerre hybride menée par l’Azerbaïdjan dans les territoires français d’outre-mer du Pacifique Sud, ainsi qu’en Corse sur le territoire français.

L’utilisation abusive du mouvement des non-alignés 

L’Azerbaïdjan est membre de longue date du Mouvement des non-alignés (MNA) en raison de sa politique étrangère de non-alignement et d’égalité de distance. Il a présidé le mouvement de 2019 à 2023. Ce mandat a coïncidé avec sa campagne militaire contre les Arméniens du Haut-Karabakh en 2020 et 2023, entraînant leur nettoyage ethnique complet . Cela a également coïncidé avec ses offensives militaires contre l’Arménie et l’occupation de plus de 200 km² de ses régions frontalières. En juillet 2023, le blocus des Arméniens du Haut-Karabakh par l’Azerbaïdjan a atteint un stade critique, avec une famine délibérée et des détentions arbitraires , attirant l’attention internationale. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (CS), la France a joué un rôle de premier plan en convoquant des réunions du CS pour faire face à la situation au Haut-Karabakh et en exhortant l’Azerbaïdjan à mettre fin au blocus du Haut-Karabakh.

L’Azerbaïdjan a profité du sommet du MNA à Bakou en juillet 2023 pour blanchir le blocus et l’offensive militaire qui a suivi qui ont conduit à la dissolution du Haut-Karabakh (République d’Artsakh) en tant qu’État de facto et au nettoyage ethnique de sa population arménienne. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a prononcé un discours  truffé non seulement de références anti-arméniennes mais aussi de plus de 20 références anti-françaises. Il a notamment accusé Paris de « provoquer le conflit » dans le Caucase et d’avoir commis « la plupart des crimes sanglants de l’histoire coloniale de l’humanité ».

AIR Center, un groupe de réflexion parrainé par le gouvernement et dirigé par l’ancien ambassadeur de carrière d’Azerbaïdjan Farid Shafiyev, célèbre pour sa propagande anti-arménienne et anti-française , a organisé une table rondeintitulée « Vers l’élimination complète du colonialisme » lors du sommet du MNA. Au cours de cet événement, une déclaration a été adoptée et le Groupe d’initiative de Bakou (BIG) a été créé « pour soutenir la lutte contre le colonialisme et le néocolonialisme ». BIG a ensuite organisé des conférences de suivi sur la « décolonisation » au siège de l’ONU à New York en septembre et à l’Office des Nations Unies à Genève en décembre 2023. Des militants indépendantistes des territoires français d’outre-mer ont plaidé contre le « colonialisme français » lors de ces conférences. Des représentants de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française, de la Guyane française, de la Martinique et de la Guadeloupe, ainsi qu’un représentant du groupe Melanesian Spearhead, ont assisté à l’événement. Un groupe de ressortissants français pro-azerbaïdjanais de France métropolitaine a également assisté à ces réunions, apparemment à la demande de Hikmet Hajiyev, conseiller en politique étrangère du président azerbaïdjanais. BIG a également organisé une conférence sur « La décolonisation : l’éveil de la Renaissance » à Istanbul en février 2024.

BIG finance également des visites de délégations des territoires français et organise des webinaires avec elles. Malgré son nom large, le groupe s’est concentré uniquement sur la « décolonisation » des territoires français d’outre-mer, comme la Nouvelle-Calédonie, la Guyane française, la Polynésie française, la Martinique et la Guadeloupe. Il ne mentionne pas les territoires d’outre-mer des États-Unis , du Royaume-Uni , du Danemark et des Pays-Bas, ni d’autres territoires et régions d’Europe ayant des aspirations à l’autodétermination. Les territoires d’outre-mer sont des îles situées dans les régions de l’Atlantique, de l’Antarctique, de l’Arctique, des Caraïbes et du Pacifique. Ce ne sont pas des pays souverains et ils dépendent de l’État métropolitain tout en bénéficiant de divers degrés d’autonomie. BIG soutient également la « décolonisation » de la Corse, ignorant largement les entités d’autres pays européens en quête d’autodétermination. BIG discute également fréquemment de l’héritage du colonialisme français en Algérie et des opérations de paix françaises dans d’autres pays africains. 

Territoires français d’outre-mer

En mai 2024, la France a déclaré l’état d’urgence et imposé un couvre-feu en Nouvelle-Calédonie ou Nouvelle-Calédonie en français, en réponse à une révolte des groupes indépendantistes. La révolte a été déclenchée par la réforme électorale et exacerbée par les ingérences extérieures. Le président Macron l’ a qualifié de « mouvement insurrectionnel sans précédent ». Il s’est rendu sur le territoire le 23 mai et a rencontré des dirigeants loyalistes et indépendantistes. Il a annoncé que la réforme électorale prévue, qui aurait ajouté 25 000 électeurs résidant dans ce pays depuis 10 ans, n’aurait pas lieu. Au lieu de cela, une nouvelle feuille de route serait élaborée pour constituer des listes électorales, conduisant potentiellement à un quatrième référendum en Nouvelle-Calédonie. 

Le peuple autochtone Kanak constitue 40 % de la population du territoire, soit 270 000 habitants. Ce territoire devient français en 1853 sous l’empereur Napoléon III. Les habitants d’origine européenne sont répartis en deux groupes : les descendants des colonisateurs et les récents colons venus de France métropolitaine. Des tensions entre loyalistes et indépendantistes existent en Nouvelle-Calédonie depuis des décennies. La crise des années 1980 a conduit aux accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998). Ces accords visaient à promouvoir des conditions socio-économiques égales pour les communautés et à développer un statut d’autonomie transitoire de 10 ans pour le territoire. Des référendums d’autodétermination ont eu lieu en 1987, 2018 et 2020-2021, avec des votes contre l’indépendance et un boycott des groupes indépendantistes en 2021. 

Le 29 avril, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a condamné ce qu’il a qualifié d’« ingérence extrêmement préjudiciable » lors d’un discours devant la commission des lois de l’Assemblée nationale. Malgré les soupçons quant à l’implication de la Russie, de la Chine et de la Turquie, la prépondérance des preuves suggère une intervention systématique de l’Azerbaïdjan. Dans une interview télévisée, le ministre a déclaré que « c’est un fait et non un fantasme » que certains des dirigeants indépendantistes du territoire ont des liens avec l’Azerbaïdjan. 

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a rejeté ces accusations, les qualifiant de « diffamation », faisant simultanément écho aux discours anti-français propagés par les autorités azerbaïdjanaises. Ils ont affirmé que « l’échec de la politique » de la France envers les territoires d’outre-mer avait conduit à des protestations. 

Les services de renseignement français faisaient état depuis des mois des activités détectées par l’Azerbaïdjan en Nouvelle-Calédonie. En décembre 2023, deux journalistes de l’agence de presse officielle azerbaïdjanaise AZERTAC se sont vu refuser l’entrée en Nouvelle-Calédonie. Ils étaient là pour couvrir un rassemblement lors de la visite du ministre français de la Défense Sébastien Lecornu, prétendument « avec un angle anti-France » . L’AZERTAC a dénoncé ce refus comme une restriction de la liberté d’expression « face à la lutte pour la liberté et l’indépendance qui s’intensifie en Nouvelle-Calédonie et dans d’autres colonies françaises ». 

Lors du rassemblement du mouvement de protestation du 28 mars, des drapeaux azerbaïdjanais et des portraits du président azerbaïdjanais Aliyev ont été présentés sur le podium des orateurs. Les manifestants portaient également des t-shirts avec des slogans anticoloniaux avec le logo du Baku Initiative Group (BIG) . BIG a ouvertement salué les mouvements de contestation dans les territoires français d’outre-mer. Le directeur exécutif de BIG, Abbas Abbasov, a noté que les ONG locales avec lesquelles BIG travaille ont hissé des drapeaux azerbaïdjanais de leur propre initiative.

David Wanabo, membre de la délégation néo-calédonienne et secrétaire général adjoint du Parti de l’Union calédonienne, avait assisté à une énième conférence organisée par BIG et rencontré des députés azerbaïdjanais en octobre 2023. Selon Azernews, Wanabo a déclaré à Bakou que « la France est poursuivre une politique coloniale sous couvert des droits de l’homme. Le 18 avril, Omayra Naisseline, indépendantiste et chef de commission du Congrès de Nouvelle-Calédonie, s’est rendue à Bakou, financée par l’Azerbaïdjan, et a été reçue par le président du Parlement azerbaïdjanais. Le législateur a signé un mémorandum pour établir des relations bilatérales avec le parlement azerbaïdjanais et a remercié Bakou pour son soutien sur leur « chemin vers l’indépendance ». Le président du Congrès Roch Wamytan l’a défendue contre les allégations d’ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la France et d’actions confinant à la trahison, affirmant que l’Azerbaïdjan « défend le droit international » et contribuant à la construction d’un réseau international pour la Nouvelle-Calédonie. 

Une fiche d’information du VIGINUM, service français chargé des ingérences numériques étrangères et de la désinformation, fait état d’une campagne de désinformation coordonnée et généralisée de l’Azerbaïdjan concernant la situation en Nouvelle-Calédonie. L’ingérence numérique a été réalisée via les réseaux sociaux par des utilisateurs associés à la présidence azerbaïdjanaise. Ils ont utilisé le titre « Des policiers français coupables de meurtre en Nouvelle-Calédonie » et les hashtags suivants : #NouvelleCalédonie #RecognizeNewCaledonia #EndFrenchColonialism #FrenchColonialism #BoycottParis2024 #Paris2024.

La machine de propagande azerbaïdjanaise a réagi à la gestion du « soulèvement anticolonial » en Nouvelle-Calédonie, accusant la France d’avoir déclaré l’état d’urgence, de « déployer l’armée » et de « réprimer la quête de longue date d’indépendance et d’autosuffisance de la Nouvelle-Calédonie ». 

L’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie a été déclaré suite à la mort de quatre autochtones Kanak et de deux membres des forces spéciales françaises. De nombreuses autres personnes ont été blessées, des biens et des infrastructures ont été pillés et détruits, provoquant des centaines de millions d’euros de dégâts et l’évacuation de touristes. Cette crise est la pire que le territoire ait connue depuis les années 1980. La déclaration de l’état d’urgence était proportionnée et conforme à la constitution française. Des mesures similaires ont été appliquées à Paris après les attentats terroristes de 2015, et à plusieurs reprises en France métropolitaine. La France n’a pas déployé d’armée mais a envoyé des renforts pour la police et la gendarmerie locales. 

L’ingérence de l’Azerbaïdjan s’étend au-delà de la Nouvelle-Calédonie et s’étend aux autres territoires français d’outre-mer. Des députés locaux des Antilles et de Guyane se sont rendus à Bakou à l’invitation du BIG. Le 1er mai, le mouvement indépendantiste polynésien Tavini Huiraatira a signé un mémorandum avec le parlement azerbaïdjanais et a accueilli le 30 mai une délégation composée des présidents des commissions du Parlement polynésien et de membres du parti au pouvoir pour une conférence intitulée « Le droit de la Polynésie française pour la décolonisation ». 

Le député radical azerbaïdjanais Tural Ganjali, connu pour sa propagande anti-arménienne et prétendant représenter « Khankendi » (nom azerbaïdjanais de Stepanakert, la capitale de l’ancien Haut-Karabakh), a tweeté que Maohi Nui (le nom indigène de la Polynésie française), comme tous les peuples autochtones, a le droit de déterminer son propre avenir et de « ne pas dépendre d’un capital situé à 16 000 kilomètres ». 

Une visite à l’Agence azerbaïdjanaise de développement des médias a été organisée, au cours de laquelle les parties ont discuté de projets médiatiques communs et d’activités de « renforcement des capacités ». Des communiqués de presse officiels sur ces événements ont circulé dans les médias azerbaïdjanais avec les tags #decolonization, #politiquefrancaise, #politiquecolonialefrançaise et #frenchcolonialism. 

Mā’ohi Nui (Polynésie française), anciennement Tahiti , est devenue un protectorat français en 1842 et une collectivité d’outre-mer de la France en 2004. Sa population est de 283 000 habitants, dont 80,6 % de Polynésiens, 13,3 % d’Européens et 5,4 % d’Asiatiques. Il conserve un certain degré d’autonomie politique au sein de la République française, disposant de son propre gouvernement et de son propre corps législatif qui ne sont plus contrôlés par l’État français.

Les députés azerbaïdjanais, les groupes de réflexion parrainés par le gouvernement, les experts et les médias expriment de manière performative leur complicité dans les développements en Nouvelle-Calédonie. Rusif Huseynov, directeur du Centre Topchubachov, parrainé par le gouvernement, a promis de fournir des mises à jour régulières sur le « pivot » de l’Azerbaïdjan vers le Pacifique, en plus des mises à jour sur le « pivot » de l’Azerbaïdjan dans les Balkans et en Asie centrale.

La propagande azerbaïdjanaise présente sa position soit comme un soutien à l’autodétermination et au mouvement anticolonialiste, soit comme des représailles contre la France pour son soutien aux Arméniens du Haut-Karabagh et à l’Arménie. Ils affirment que la France a soutenu les Arméniens du Haut-Karabakh en les reconnaissant dans son corps législatif. Ils soulignent également les visites de parlementaires français au Haut-Karabakh avant la guerre de 2020. 

L’Azerbaïdjan emploie d’autres ONG parrainées par l’État pour articuler des discours anti-français plus larges. L’organisation « Communauté de l’Azerbaïdjan occidental », créée pour affirmer que l’Arménie est un pseudo-État – et « l’Azerbaïdjan occidental » – a publié une déclaration très ferme en réponse à la résolution adoptée par le Sénat français le 17 janvier 2024. Cette déclaration est une déclaration conglomérat de multiples récits anti-français, accusant la France de divers délits. Au-delà des accusations typiques de colonialisme, il accuse également le Sénat français de racisme, d’islamophobie et d’Azerbaïdjanophobie. Il qualifie les députés français de « croisés modernes » et affirme que « l’Azerbaïdjan n’a pas besoin d’autorisation pour mener des opérations militaires sur son territoire souverain ». 

la Corse

Bakou a également inclus la Corse, une île au large du continent français, dans son programme de « décolonisation ». Il a exhorté la France à accorder l’indépendance à la Corse par la voie parlementaire et propagandiste. En octobre 2023, le parlement azerbaïdjanais a créé un groupe de soutien au peuple corse, publiant un  communiqué  en février 2024. Ce communiqué soutient leur « lutte pour l’indépendance » et dénonce « la dictature de Macron ».

La Collectivité de Corse est l’une des 13 régions métropolitaines (c’est-à-dire hors outre-mer) de France avec une population de 355 528 habitants. Elle bénéficie d’un statut ad hoc qui confère à l’île plus d’autonomie qu’à toute autre région métropolitaine française . Son Conseil exécutif et son Assemblée (Parlement) disposent de pouvoirs étendus par rapport aux autres collectivités. La Corse possède son propre drapeau, ses armoiries et son hymne, et même sans statut officiel, la langue corse est utilisée par les institutions locales. Il existe en Corse un mouvement prônant une plus grande autonomie, la reconnaissance de la langue corse comme langue officielle et la dévolution de davantage de pouvoirs politiques de l’État central français. En outre, il existe un Front de libération nationale de la Corse (FLNC) séparatiste qui revendique l’indépendance de la France. 

Des consultations politiques ont été engagées entre le gouvernement central français et les élus locaux corses pour définir un nouveau cadre pour l’autonomie élargie de la Corse. L’issue de ces discussions devrait répondre aux principales attentes du mouvement corse prônant une plus grande autonomie. 

Le gouvernement français finalise actuellement un plan de statut offrant un niveau plus élevé d’autonomie à la Corse. Le président Macron a fixé un délai de six mois pour trouver une solution qui permettrait à l’île « une forme d’autonomie ». Le ministre de l’Intérieur Darmarin a indiqué que le gouvernement français et les élus corses se sont mis d’accord sur une formulation à ajouter à la Constitution. Cet amendement, qui devra être approuvé par chaque chambre du Parlement français puis à une majorité de 60 % par les deux chambres, devrait reconnaître un statut d’autonomie à la Corse en tant que « communauté historique, linguistique et culturelle ».

Ironiquement, l’Assemblée de Corse a adopté une résolution reconnaissant l’indépendance de la République d’Artsakh (le nom arménien de l’État de facto du Haut-Karabakh). La résolution condamne l’Azerbaïdjan pour agression militaire et l’accuse de graves violations du droit international humanitaire contre les Arméniens au cours de la dernière semaine de la guerre de 44 jours de l’Azerbaïdjan contre le territoire, le 6 novembre 2020.

Dissonance cognitive avec l’autodétermination et l’anticolonialisme de l’Azerbaïdjan

L’Azerbaïdjan présente la France comme une puissance coloniale qui réprime les désirs d’autodétermination et d’indépendance des peuples autochtones de ses territoires d’outre-mer et de Corse. Malgré le nettoyage ethnique complet des Arméniens du Haut-Karabakh, Aliyev a qualifié la France de politiquement hypocrite. Il affirme que si la France « réprime violemment » les mouvements d’autodétermination dans ses territoires d’outre-mer et en Corse, elle soutient « l’autodétermination » des Arméniens du Karabakh et soutient « les Arméniens séparatistes et terroristes en Azerbaïdjan ». Aliyev est allé plus loin en suggérant avec moquerie que les Arméniens du Karabagh pourraient établir leur république en France, comme à Marseille où résident de nombreux Arméniens. 

Les origines du conflit du Haut-Karabakh remontent au XXe siècle. À cette époque, la région historiquement arménienne de l’Artsakh, peuplée majoritairement d’Arméniens, fut incorporée à l’Azerbaïdjan soviétique sous le nom d’oblast/région autonome du Haut-Karabakh (NKAO) en 1920. Tout au long des 70 années de la période soviétique, le Haut-Karabakh a maintenu son identité locale. institutions d’autonomie gouvernementale. Cependant, la RSS d’Azerbaïdjan a mis en œuvre des politiques d’oppression contre la population arménienne. 

L’Azerbaïdjan affirme que les Arméniens locaux vivaient heureux dans l’Azerbaïdjan soviétique jusqu’à ce qu’ils lancent un « mouvement séparatiste » incité par les élites politiques et soutenu par l’Arménie. En réalité, comme le montre un  article  du  New York Times de 1977  , les Arméniens ont connu « l’oppression culturelle, la discrimination économique et d’autres désavantages ethniques » sous l’administration de l’Azerbaïdjan soviétique, ce qui a conduit à leur mouvement de libération en 1988. Le mouvement d’autodétermination de 1988, outre la suppression de leurs droits, était la tentative des autorités azerbaïdjanaises de modifier la démographie de la région par l’intermédiaire des colons azerbaïdjanais pendant la période soviétique. Comme l’a tweeté l’universitaire azerbaïdjanais Bahruz Samadov , « un symptôme de l’obsession de l’Azerbaïdjan pour la Nouvelle-Calédonie est que les Kanaks de Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui et les Arméniens du Haut-Karabakh d’autrefois partagent les mêmes inquiétudes : les changements démographiques provoqués par la migration depuis l’État central. »  

En 1988, les Arméniens du Haut-Karabakh, qui constituaient 86 % de la population et sont originaires du territoire, ont commencé leur mouvement d’autodétermination. L’Azerbaïdjan a répondu par des massacres, des déportations et des opérations militaires. Le gouvernement azerbaïdjanais a non seulement rejeté leurs aspirations à l’indépendance, mais a également cherché à exercer un contrôle direct sur le territoire. Après la résolution du parlement régional en 1988, l’Azerbaïdjan a adopté une loi abolissant l’oblast autonome du Haut-Karabakh. Cela faisait suite  au référendum  de 1991, au cours duquel l’écrasante majorité de la population avait voté pour l’indépendance. 

Plutôt que de reconnaître que la rétrocession forcée du Haut-Karabakh à majorité arménienne à l’Azerbaïdjan soviétique par les autorités centrales soviétiques dirigées par la Russie était une forme de colonialisme, Bakou a affirmé que l’oblast autonome du Haut-Karabakh (NKAO) était une entité artificielle créée par l’État. autorités soviétiques. 

Au cours de 27 années de négociations sur le conflit du Haut-Karabakh, l’Azerbaïdjan a rejeté la plupart des plans proposés par le Groupe de Minsk de l’OSCE, qui prévoyaient l’octroi d’un statut intérimaire au territoire et la tenue d’un référendum pour déterminer son statut final. 

Après sa victoire militaire dans la guerre de 2020, l’Azerbaïdjan a refuséd’envisager toute forme d’autonomie ou d’auto-gouvernance pour les Arméniens du Haut-Karabakh, a refusé de reconnaître le Haut-Karabakh en tant qu’entité et a même interdit son nom. Bakou a soutenu que l’Azerbaïdjan est un État unitaire et que les Arméniens ne bénéficieraient d’aucun statut spécial et seraient traités comme n’importe quel autre citoyen azerbaïdjanais, conformément à sa constitution. Il a décidé de dissoudre le Haut-Karabakh dans une région économique plus vaste, dans le but de transformer les Arméniens locaux d’une majorité à une minorité, de démanteler leurs institutions d’autonomie gouvernementale et d’établir un contrôle politique total et direct sur eux. L’Azerbaïdjan n’a proposé aucun modèle de gouvernance ni aucune garantie en matière de droits politiques et de libertés civiles pour le Haut-Karabakh. Bakou a qualifié cette politique d’ « intégration » , présentant ainsi leur approche sous un jour positif pour les pays démocratiques occidentaux. 

Cependant, dans le contexte du Haut-Karabakh, le terme « intégration » impliquait au mieux l’assujettissement et la privation de l’identité ethnique. L’Azerbaïdjan est largement reconnu comme l’un des pays les plus  autocratiques  d’Eurasie, avec un bilan épouvantable en matière de droits de l’homme, aucune liberté politique ou civile, même pour les Azerbaïdjanais de souche, et une incitation à la haine ethnique envers les Arméniens au niveau de l’État. La propagande azerbaïdjanaise a recours au révisionnisme historique, affirmant que les Arméniens, le peuple indigène du territoire, sont de nouveaux arrivants et les qualifiant de migrants illégaux, d’occupants et même de terroristes. 

De plus, tout indique que le véritable objectif de l’Azerbaïdjan était la désarménisation du Haut-Karabakh et la conquête du territoire sans sa population arménienne. Pour y parvenir, l’Azerbaïdjan a soumis les Arméniens du Haut-Karabagh à une punition collective pour leurs aspirations à l’autodétermination. L’utilisation par l’Azerbaïdjan d’un large éventail de tactiques dures et hybrides, notamment les offensives militaires, les crimes de guerre, le blocus, la militarisation de l’aide humanitaire, la famine délibérée et la privation d’énergie, a conduit à l’ abolition complète des institutions d’autonomie gouvernementale dans le Haut-Karabakh et à la pleine indépendance ethnique. nettoyage des Arméniens de leur terre natale.

Conclusion

L’exploitation par l’Azerbaïdjan des aspirations à l’autodétermination par les militants indépendantistes dans les territoires français d’outre-mer et en Corse représente une méthode de guerre hybride et est totalement manipulatrice. La Nouvelle-Calédonie et la Corse ont différents degrés d’autonomie et d’auto-gouvernance en France, et la France a systématiquement ajusté ses politiques pour répondre aux préoccupations de ces entités. La France a envisagé d’accorder davantage d’autonomie, ce qui est actuellement en cours de finalisation en Corse, et a autorisé des référendums d’indépendance conduisant au vote du maintien sous juridiction française en Nouvelle-Calédonie. L’Azerbaïdjan a catégoriquement rejeté les aspirations à l’autodétermination des Arméniens du Haut-Karabakh, a aboli leur autonomie en réponse à ces aspirations au début du conflit, leur a refusé tout niveau d’autonomie depuis qu’il a compris qu’il pouvait obtenir un contrôle par des moyens militaires, a aboli leur autodétermination. -les institutions de gouvernement, et ont lancé des offensives militaires et un blocus pour parvenir à un nettoyage ethnique complet.

Ainsi, en manipulant les aspirations à l’autodétermination et en attisant les sentiments anticoloniaux dans les territoires français d’outre-mer et en Corse, l’Azerbaïdjan vise à :

  • Harceler la France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et État majeur de l’UE et de l’OTAN, dans le but de neutraliser son soutien à l’Arménie et ses critiques de l’oppression brutale par l’Azerbaïdjan des aspirations à l’autodétermination des Arméniens du Haut-Karabagh, et d’assurer l’impunité pour ses offensives militaires, blocus et violations du droit international humanitaire au Haut-Karabakh ;
  • Représailles contre la France pour son soutien à l’Arménie et ses critiques à l’égard de l’Azerbaïdjan. Même si l’UE et les États-Unis ont également été ciblés par l’Azerbaïdjan, ils ont façonné leur position à la lumière de la réalité actuelle, à savoir que l’Azerbaïdjan a remporté une victoire militaire contre les Arméniens, et ont pris en compte l’équilibre des pouvoirs avantageux pour l’Azerbaïdjan. La position française a été plus forte et plus bruyante, s’appuyant sur l’idée exprimée par le président Macron à propos des tentatives actuelles des autocraties de promouvoir leurs objectifs par le recours à la force : « La paix n’est pas la capitulation de ceux qui sont attaqués, c’est le respect de l’ordre international et de la Charte des Nations Unies » ; 
  • Se positionner comme une puissance moyenne capable de remettre en question les politiques et même la souveraineté d’un État aussi important que la France ;
  • À l’instar de la Russie, de la Turquie et d’autres acteurs antilibéraux, ils contestent le système de gouvernance internationale.

Cela n’épuise pas la couverture médiatique de la guerre hybride de l’Azerbaïdjan contre la France. L’Azerbaïdjan manipule le ressentiment anticolonial contre la France dans plusieurs pays africains, en utilisant des tactiques et des récits similaires à ceux employés par la Russie pour accroître son influence en Afrique subsaharienne. Cette stratégie promeut le rôle de Wagner au lieu du rôle de maintien de la paix de la France, de l’ONU et potentiellement aussi de l’UE. L’Azerbaïdjan utilise également l’héritage de la guerre franco-algérienne et critique la France pour sa politique intérieure. Ces questions seront abordées dans des articles ultérieurs.

By Raffy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :