Le Premier ministre Nikol Pashinyan a participé au « Sommet de Copenhague sur la démocratie ».

Selon le site officiel du Premier ministre Nikol Pashinyan « De la ligne de front. Il a prononcé un discours et répondu à plusieurs questions lors du débat sur le thème « Depuis la ligne de front : la défense de la démocratie par l’Arménie ».

Dans son discours, Nikol Pashinyan a souligné.

« J’ai l’honneur de partager avec vous les défis auxquels la démocratie arménienne est confrontée. La bonne nouvelle est que la démocratie est effectivement devenue une réalité en Arménie, mais qu’est-ce qui a changé avec une véritable démocratie pour les citoyens arméniens ?

Jusqu’à la Révolution de velours de 2018, des fraudes électorales massives accompagnaient généralement les élections dans notre pays. Les citoyens n’étaient pas convaincus d’avoir une réelle opportunité d’élire et de former un parlement et un gouvernement.

Aujourd’hui, la situation est complètement différente. les citoyens savent qu’ils ont suffisamment de pouvoir pour prendre une décision. Les deux élections générales organisées en Arménie après la Révolution de velours ont été reconnues tant par la société arménienne que par la communauté internationale comme étant démocratiques, libres et compétitives.

L’Arménie a fait d’énormes progrès dans le renforcement des institutions démocratiques. une réalisation qui se reflète très bien dans divers indicateurs de démocratie faisant autorité. Nous sommes désormais 43ème au classement de la liberté d’expression de Reporters sans frontières, contre 79ème en 2017. Classé par Freedom House comme ayant un Internet partiellement gratuit en 2017, nous bénéficions désormais du statut de pays Internet gratuit. Dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International, l’Arménie se classe désormais au 62ème rang au lieu du 107ème en 2017. Nous sommes désormais 84ème dans l’indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit, contre 111ème en 2017.

Afin d’évaluer ces progrès, il est nécessaire de noter qu’en plus des réformes démocratiques, l’Arménie a été confrontée à des défis de sécurité extérieure. La guerre de 44 jours au Haut-Karabakh, l’invasion des troupes azerbaïdjanaises dans les territoires souverains de l’Arménie en 2021 et 2022 et l’occupation de plus de 200 kilomètres carrés du territoire arménien dans l’indifférence et l’inaction de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) ), le déplacement forcé de plus de 100 000 Arméniens du Haut-Karabagh ont suscité des soupçons parmi les citoyens arméniens : la démocratie est-elle le bon choix, ou la démocratie signifie-t-elle moins de sécurité ?

Ainsi, la démocratie doit prouver son efficacité face aux défis sécuritaires, économiques et humanitaires.

Et nous espérons que la démocratie mondiale sera à nos côtés pour relever tous ces défis.

Nous sommes satisfaits du déploiement de la mission d’observation de l’UE le long de la frontière arméno-azerbaïdjanaise. Et nous saluons la décision de l’UE d’étendre sa capacité. D’un autre côté, nous espérons que l’Arménie sera incluse dans le Fonds européen pour la paix et, à cet égard, nous comptons sur le soutien de tous les États membres de l’UE.

Lors d’une réunion de haut niveau entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken et moi-même, qui a eu lieu le 5 avril à Bruxelles, l’Union européenne et les États-Unis ont pris une nouvelle série d’engagements visant à renforcer la position de l’Arménie. résilience économique, renforcement des institutions étatiques et réponse aux besoins humanitaires des réfugiés du Haut-Karabakh :

La mise en œuvre rapide et efficace de ces engagements est essentielle.

Face à tous les défis, nous pensons que le compagnon véritable et le plus prometteur de la démocratie est une paix durable et stable. Et le gouvernement que je dirige a pris sa part de responsabilité à cet égard. Nous avons récemment conclu un accord avec l’Azerbaïdjan pour commencer à délimiter nos frontières interétatiques sur la base de la Déclaration d’Alma-Ata de 1991.

Cela signifie que lors de la démarcation, nous devons simplement reproduire les frontières administratives entre l’Arménie soviétique et l’Azerbaïdjan soviétique, qui sont devenues des frontières d’État selon la Déclaration d’Alma-Ata. Le début de la démarcation de la frontière est la mise en œuvre de l’accord conclu lors de la réunion quadrilatérale entre le président français Emmanuel Macron, le président du Conseil européen Charles Michel, le président azerbaïdjanais Aliyev et moi-même le 6 octobre 2022. Il est maintenant temps d’inclure et de refléter ces accords dans le traité de paix et de le signer.

Un autre facteur clé de notre stabilité régionale est le projet « Carrefour de la paix », lancé par mon gouvernement. Ce projet suppose que l’Arménie et l’Azerbaïdjan rétablissent et ouvrent les transports et autres communications sous la souveraineté et la juridiction des pays qu’ils traversent, et repose sur les principes d’égalité et de réciprocité. Ces éléments du concept ont été convenus le 15 juillet 2023 lors de la rencontre entre le président de l’Azerbaïdjan et moi-même, présidée par le président du Conseil européen, Charles Michel, et sont reflétés dans la déclaration publique du président Michel sur les résultats de la réunion. Nous sommes prêts à avancer vers la mise en œuvre des points convenus.

Avant de répondre à vos questions, je tiens à souligner que la démocratie est une stratégie pour l’Arménie. Nous croyons en la démocratie, nous vivons en démocratie. »

Dans le cadre du « Sommet de Copenhague sur la démocratie », le Premier ministre a répondu aux questions du modérateur et rédacteur en chef de Politico in Europe, Gordon Repinski.

Gordon Repinski – Vous avez évoqué la situation sécuritaire de l’Arménie. Anders Fogh Rasmussen a qualifié votre voisin d’autocratie. Vous vous trouvez dans une situation géopolitique et géographique très difficile. Comment résolvez-vous le problème de sécurité dans cet environnement ?

Premier ministre Nikol Pashinyan – Pour être honnête, je ne voudrais pas commenter la situation intérieure de nos pays voisins. Mais d’un autre côté, comme je l’ai dit, la démocratie n’est pas arrivée en Arménie à cause des circonstances. Je trouve que cela correspond tout à fait à la façon de penser de notre peuple. C’est une stratégie pour notre gouvernement, c’est notre conviction politique, c’est aussi notre identité politique.

Les membres de notre équipe politique ont passé la majeure partie de leur vie à lutter pour la démocratie, l’État de droit et la liberté d’expression. Nous avons désormais la possibilité de concrétiser toutes ces valeurs dans notre pays. Mais bien sûr, la situation sécuritaire était compliquée, et elle l’est aujourd’hui encore davantage, non seulement à cause de notre situation régionale, mais aussi à cause de la situation mondiale, car de toute évidence, l’ordre mondial s’effondre en ce moment.

Mon évaluation est, et j’ai eu l’occasion de le dire publiquement, que la guerre qui a eu lieu dans notre région était, d’une certaine manière, un prélude à de nouveaux développements. Et maintenant, le principal problème est la sécurité.

Quel est notre point de vue stratégique, comment allons-nous garantir la sécurité de notre pays ? Récemment, j’ai prononcé un discours devant notre parlement dans lequel j’ai déclaré qu’à mon avis, l’outil le plus important pour assurer la sécurité était une politique étrangère légitime. C’est la raison pour laquelle nous citons si souvent la Déclaration d’Alma-Ata de 1991.

Je voudrais faire savoir au public en quoi consiste la Déclaration d’Alma-Ata. Il a été adopté par 12 républiques soviétiques, où sont mentionnées des idées très importantes. Premièrement, l’Union soviétique cesse d’exister et les frontières administratives entre les républiques soviétiques deviennent des frontières nationales à mesure que les républiques soviétiques deviennent des pays indépendants.

Il est très important que le 6 octobre ait eu lieu à Prague une réunion quadrilatérale avec la participation du Président de la France, du Président du Conseil européen, du Président de l’Azerbaïdjan et moi-même, où deux accords très importants ont été conclus. Premièrement, l’Arménie et l’Azerbaïdjan reconnaissent mutuellement leur intégrité territoriale et leur souveraineté sur la base de la Déclaration d’Alma-Ata, et la Déclaration d’Alma-Ata devrait servir de base à la démarcation entre les deux pays. C’est la raison pour laquelle j’ai dit que nous n’avions aucun problème à tracer une nouvelle frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Il suffit de reproduire sur le terrain la frontière existante. Ce processus est en cours et j’espère que nous le poursuivrons sans relâche.

Gordon Repinski –  Le conflit frontalier survenu ces dernières années a un impact négatif sur les relations avec la Russie et sur le rôle de la Russie envers l’Arménie. Qu’en dites-vous ? 

Premier ministre Nikol Pashinyan  – Vous savez que l’Arménie est membre de l’OTSC. Nous sommes désormais officiellement membres de l’OTSC, mais j’ai annoncé que nous avions gelé notre participation. 

Gordon Repinski  – En d’autres termes, restez-vous membre ou… 

Premier ministre Nikol Pashinyan  – C’est une question à discuter plus avant, mais il est très important de tenir compte de la situation actuelle. Une crise est apparue dans nos relations à partir de ce moment précis, lorsque les troupes azerbaïdjanaises ont envahi l’Arménie, et selon les procédures de l’OTSC, l’organisation et ses États membres ont dû soutenir l’Arménie dans cette situation. Mais même après la candidature formelle, l’OTSC a refusé de prendre des mesures concrètes, et c’est en fait la principale raison du gel de notre participation à l’OTSC à tous les niveaux. 

Gordon Repinski  – Attendez-vous que l’Occident occupe le vide actuel et assure votre sécurité ? 

Premier ministre Nikol Pashinyan  – Notre position politique et notre politique consistent à diversifier nos relations extérieures dans tous les domaines. Nous développons désormais une coopération en matière de défense avec l’Inde, la France et d’autres pays. Nous avons désormais une certaine coopération avec l’Union européenne, car, comme je l’ai mentionné, nous sommes heureux du déploiement de la mission civile d’observation de l’UE à la frontière entre nous et l’Azerbaïdjan. Il s’agit bien sûr d’une mission civile, mais d’un autre côté, d’une certaine manière, c’est un nouveau facteur pour la sécurité de notre région. C’est la première fois que l’Union européenne participe d’une manière ou d’une autre au programme de sécurité de la République d’Arménie. 

Gordon Repinski –  Voulez-vous devenir membre de l’UE ? 

Premier ministre Nikol Pashinyan –  Nous attendons maintenant la décision de l’UE d’inclure l’Arménie dans le Fonds européen pour la paix. Nous espérons également entamer des négociations sur la libéralisation des visas, et l’année dernière, j’ai annoncé au Parlement européen que l’Arménie était prête à se rapprocher autant que possible de l’Union européenne. C’est notre position.

Gordon Repinski  – Je vais maintenant passer la question du public, qui concerne également vos possibilités de vous rapprocher de l’Europe. Pouvez-vous nous expliquer quelles initiatives l’Arménie prend dans la lutte contre la corruption ?

Premier ministre Nikol Pashinyan –  Comme je l’ai dit, nous avons fait d’énormes progrès dans la lutte contre la corruption, mais malheureusement, nous ne pouvons pas dire que nous avons éradiqué la corruption en Arménie. Mais que faire : continuer, être ferme et être ferme dans l’agenda des réformes démocratiques ? C’est la raison pour laquelle la coopération avec l’Union européenne revêt pour nous la plus grande importance, car l’Union européenne est aujourd’hui le principal partenaire dans la mise en œuvre de notre programme de réformes démocratiques.

Nous espérons que l’Union européenne ainsi que les États-Unis augmenteront leur soutien à l’Arménie dans la mise en œuvre des réformes démocratiques, car, comme je l’ai dit, la démocratie est pour nous une stratégie.

À propos, en 2019, nous avons entamé un dialogue stratégique avec les États-Unis et nous constatons aujourd’hui un renforcement de notre coopération avec l’Union européenne. J’ai également mentionné que nous avons récemment eu une réunion tripartite avec la participation des États-Unis, de l’Union européenne et de l’Arménie. C’était d’ailleurs un format sans précédent, au cours duquel nous avons adopté un vaste programme de réformes institutionnelles et économiques. Il est également très important que nous recevions un soutien de plus en plus concret de la part de l’UE et des États-Unis pour répondre aux besoins humanitaires des réfugiés du Haut-Karabakh, ce qui est également très important, car il s’agit pour nous d’une question très sensible et très émotionnelle.

Gordon Repinski –  Et la dernière question. En quelle année souhaiteriez-vous que l’Arménie devienne membre de l’UE ?

Premier ministre Nikol Pashinyan  – Cette année.

By Raffy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :