Les ministres des Affaires étrangères d’Arménie et d’Autriche Ararat Mirzoyan et Alexander Schallenberg ont participé aujourd’hui à l’ouverture du forum d’affaires arméno-autrichien.

Le ministre Mirzoyan a déclaré dans son discours d’ouverture que « la conférence est une occasion vraiment merveilleuse de fixer le niveau actuel des relations économiques arméno-autrichiennes, de l’approfondir, d’établir de nouvelles relations commerciales mutuellement bénéfiques et de rapprocher les relations économiques entre les deux pays en général à une nouvelle qualité.

« En Arménie, nous prenons toutes les mesures pour assurer l’environnement favorable nécessaire où les relations économiques et les affaires, en général, peuvent se sentir à l’aise. À cet égard, je voudrais mentionner le développement des institutions démocratiques en Arménie, la lutte contre la corruption, l’établissement de relations de marché libres et véritablement concurrentielles. Ce sont les conditions minimales nécessaires où l’entreprise peut et doit se sentir à l’aise », a déclaré le ministre.

Il a souligné que l’Arménie a certains avantages économiques et a entériné des réalisations ces dernières années, en particulier dans le domaine des technologies innovantes. Il a mentionné les laboratoires « Armat », les centres de création TUMO (voir en bas), notant que l’expérience réussie de TUMO est désormais appliquée à Paris, Berlin, Moscou, Beyrouth, Kiev et Tirana.

« la possibilité d’ouvrir des TUMO à Vienne et ailleurs peut être envisagée », a-t-il ajouté.

Le ministre a rappelé que l’Arménie est également membre de l’Union économique eurasienne et a ajouté que les hommes d’affaires peuvent profiter de son marché de 180 millions.

Au cours du forum d’affaires, le protocole de la 8e séance de la commission intergouvernementale arméno-autrichienne sur la coopération scientifique-économique et scientifique-technique a été signé, ainsi que les mémorandums de coopération entre les entreprises arméniennes et autrichiennes.

TUMO : En Arménie un couple de mécènes a réussi le pari fou de redonner espoir à la jeunesse du pays. Le Centre pour les Technologies Créatives, TUMO, dispense depuis 2011 une formation gratuite aux jeunes de 12 à 18 ans dans les domaines de l’art et des technologies. Un projet précurseur qui essaime à l’intérieur du pays et dont la pédagogie inspire aussi Paris, Beyrouth ou Moscou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :