L’Arménie n’a aucune obligation en vertu du droit international de remettre des cartes des mines à l’Azerbaïdjan au lendemain du conflit armé, a déclaré Sean Murphy, l’un des représentants de l’Arménie à la Cour internationale de justice des Nations Unies, lors d’une audience sur l’affaire de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan.

Sean Murphy, l’un des représentants de l’Arménie à la Cour internationale de justice des Nations Unies

L’Arménie a engagé l’affaire appelant à des mesures provisoires contre l’Azerbaïdjan, qu’elle accuse d’être gouverné par une politique de haine et de discrimination envers les Arméniens.

Lundi, le vice-ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elnur Mammadov, qui s’adressait au tribunal, a demandé que des mesures provisoires soient prises contre l’Arménie afin de forcer Erevan « à arrêter le déploiement de mines, à fournir à l’Azerbaïdjan des cartes des mines afin de faciliter le déminage ».

A la suite de Yeghishe Kirakosyan qui s’exprimait en début de semaine, Murphy a déclaré que l’Arménie a déjà remis des cartes à l’Azerbaïdjan, dont l’exactitude a été attestée par le gouvernement américain, et que l’Arménie est tout à fait prête à rencontrer l’Azerbaïdjan pour lui remettre des cartes supplémentaires sans rapport avec les affaires militaires. Il a soutenu que l’Azerbaïdjan n’a aucune preuve que le gouvernement arménien ne publie pas de cartes.

« L’Azerbaïdjan n’a pointé du doigt aucune loi arménienne, aucun règlement arménien, aucune directive, aucune déclaration de représentants du gouvernement arménien, aucun rapport d’ONG indiquant un tel défaut de bonne volonté »

« En revanche », a déclaré Murphy, « il existe de nombreuses preuves devant vous que la situation militaire dans la zone géographique en question reste active, de sorte que la raison invoquée par l’Arménie pour ne pas publier certaines cartes concerne l’effet que cela aurait sur sa défense militaire. « 

https://cdnapisec.kaltura.com/p/2503451/sp/250345100/embedIframeJs/uiconf_id/43914941/partner_id/2503451?iframeembed=true&playerId=kplayer&entry_id=1_088xpkdd&flashvars[streamerType]=auto

Lors de l’audience de lundi, Mammadov a allégué au tribunal que les mines placées par les troupes arméniennes avant et après la guerre ont tué ou blessé au moins 106 Azerbaïdjanais, dont 65 civils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :