Le ministre qatari des Affaires étrangères est arrivé à Moscou le 14 mars pour s’entretenir avec Lavrov, le ministre iranien des Affaires étrangères Abdullahian était à Moscou le 15 mars et le ministre turc des Affaires étrangères Cavusoglu le 16 mars. 

H. Badalyan

Cet épisode « en trois couches » suggère qu’un processus diplomatique très dynamique est en cours, où la question du cessez-le-feu en Ukraine n’est que superficielle, et il y a sans doute des couches assez sérieuses, qui relèvent à la fois de la géopolitique et de la géoéconomie. en particulier sur les mouvements tectoniques du marché de l’énergie. Jusqu’à présent, il est assez difficile de dire à quel moment ce mouvement s’assoupira.

Dans le même temps, des pourparlers ont lieu entre Kiev et Moscou. Cependant, il s’agit sans aucun doute d’informations superficielles, surtout si l’on tient compte du fait qu’il y a quelques jours, les responsables du bureau de Zelensky ont déclaré qu’ils avaient convenu de ne pas soulever les questions des négociations avec la Russie jusqu’à ce qu’il y ait un accord stable. 

Cette manœuvre de négociation intensive ne contourne certainement pas la région du Caucase ; ici, bien sûr, l’enjeu le plus important pour Erevan est de faire valoir son effort participatif dans ce processus, à défaut d’y peser grandement.

Dans ce contexte, deux « lignes diplomatiques » d’une importance capitale pour Erevan sont les pourparlers en cours sur le règlement arméno-turc, l’adresse aux coprésidents du groupe de Minsk sur la négociation d’un accord de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. 

En même temps, il est nécessaire pour Erevan d’accroître son travail, en particulier dans le monde arabe, si possible. Les pays arabes semblent « se rapprocher » sensiblement de la région du Caucase. 
Le 14 mars, Aliev a reçu une délégation des Émirats arabes unis à Bakou. Aujourd’hui, l’Arabie saoudite et le Qatar sont en contact actif avec Moscou, et le Caucase est un transit dit indirect, mais le rôle croissant de ces pays arabes laissera une empreinte notable sur l’atmosphère régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :