Lors de la session plénière du Parlement européen (PE) du 16 au 19 janvier, avec le vote du 18 janvier, la résolution sur la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune – rapport annuel 2022, a été adoptée.

ARMENPRESS rapporte que David McAllister, président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, était le rapporteur.

Le rapport

condamne fermement la dernière agression militaire de l’Azerbaïdjan le 12 septembre 2022 contre le territoire souverain de l’Arménie, qui a constitué une violation du cessez-le-feu et a de graves conséquences sur le processus de paix; est également préoccupé par les allégations de crimes de guerre et de traitements inhumains perpétrés par les forces armées azerbaïdjanaises contre des prisonniers de guerre et des civils arméniens; rappelle que l’intégrité territoriale de l’Arménie doit être pleinement respectée et souligne la volonté de l’UE de s’impliquer plus activement dans le règlement des conflits prolongés dans la région; demande donc aux autorités azerbaïdjanaises de se retirer immédiatement de toutes les parties du territoire arménien et de libérer les prisonniers de guerre sous leur contrôle;

est convaincu qu’une paix durable entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne peut être obtenue par des moyens militaires, mais nécessite un règlement politique global conforme au droit international, y compris les principes consacrés dans la Charte des Nations unies, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe de 1975 (OSCE ) l’Acte final d’Helsinki, ainsi que les Principes fondamentaux d’intégrité territoriale, d’autodétermination et de non-recours à la force du Groupe de Minsk de l’OSCE de 2009 ;

soutient l’initiative prise par le président du Conseil européen Charles Michel de convoquer et d’organiser des réunions bilatérales des dirigeants arménien et azerbaïdjanais à Bruxelles et encourage le travail sur le terrain du représentant spécial de l’UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie; estime que l’UE peut jouer le rôle d’intermédiaire honnête pour empêcher une nouvelle escalade et parvenir à une paix durable; demande instamment à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan de s’engager pleinement dans l’élaboration d’un traité de paix global; rappelle qu’un tel traité doit s’attaquer à toutes les causes profondes du conflit, y compris les droits et la sécurité de la population arménienne vivant au Haut-Karabakh, le retour des personnes déplacées et des réfugiés dans leurs foyers sous le contrôle du Bureau des Nations unies Haut Commissariat aux Réfugiés, dialogue interreligieux,

demande la pleine mise en œuvre de l’accord de partenariat global et renforcé avec l’Arménie et souligne la nécessité de poursuivre les négociations sur l’accord de partenariat global et renforcé entre l’Union européenne et l’Azerbaïdjan;

insiste sur le fait que tout approfondissement des relations de l’UE avec l’Azerbaïdjan doit rester subordonné à la réalisation par le pays de progrès substantiels en matière de respect des droits de l’homme, de l’État de droit, de la démocratie et des libertés fondamentales;

Lors de la session plénière du 18 janvier du Parlement européen, l’amendement soumis au rapport sur le blocage du corridor de Lachin par l’Azerbaïdjan a également été adopté, qui stipule :

Le Parlement européen dénonce fermement le blocus illégal par l’Azerbaïdjan du corridor de Lachin, en violation de la déclaration trilatérale du 9 novembre 2020, car il menace de précipiter une crise humanitaire intentionnelle pour la population du Haut-Karabakh ; exige que les autorités azerbaïdjanaises rétablissent la liberté de circulation dans le corridor de Lachin avec effet immédiat.

Armenpress

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :