« Les députés azerbaïdjanais tentent de se convaincre que le conflit du Haut-Karabakh est terminé« , a déclaré le député arménien Arman Yeghoyan lors de la séance de l’Assemblée parlementaire EuroNest à Erevan.

Arman Yeghoyan

« Les conflits ne se sont jamais terminés en déclarant simplement qu’ils l’étaient. Les conflits sont terminés lorsque les causes du conflit n’agissent plus. », a déclaré Yeghoyan en réponse aux déclarations des législateurs azerbaïdjanais.

« Les causes qui ont amené le conflit du Haut-Karabakh n’ont pas été éliminées, et ont même été exacerbées, car la haine des Arméniens, de la culture arménienne et de tout ce qui concerne l’Arménie va de mal en pis », a déclaré le député.

Il a noté que la preuve très récente en est la création d’un comité destiné à éliminer les inscriptions arméniennes des églises․

« Je veux informer nos collègues européens à ce sujet. Je pense que le même destin a frappé les croix de pierre arméniennes au Nakhitchevan, où des croix de pierre datant des VIIIe- XVIIIe siècles ont été écrasées et jetées à la rivière », a-t-il ajouté.

« Où sont les 200 000 Arméniens qui vivaient à Bakou ? Selon le recensement soviétique, environ 500 000 Arméniens vivaient en Azerbaïdjan. Où sont-ils maintenant? Hormis les Arméniens du Haut-Karabakh. Où sont les Arméniens à Bakou et Sumgait ? Où ont-ils disparu ? a-t-il demandé.

En conclusion, il a souligné que la paix à tout prix n’est pas possible. « Le continent européen a connu la paix à tout prix. La paix doit se construire par le travail, par le respect des droits d’autrui, droits de l’homme, droit à la vie, droit à la propriété. Le droit à la vie et à la propriété des Arméniens est-il garanti en Azerbaïdjan ? Je suppose que non », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :