En Arménie, les prix du beurre et de l’huile ont baissé et le prix du sucre a augmenté. C’est ce qu’a déclaré Gegham Gorgyan, président de la Commission de protection de la concurrence, en présentant les données pour la période du 27 mai au 22 décembre.

Gegham Gorgyan

« Il y a une légère baisse des prix sur le marché du beurre, le marché a commencé à réguler. Les problèmes logistiques causés par le coronavirus n’ont pas encore disparu, mais une stabilité est observée.

Les prix sur le marché du poulet ont fluctué entre 1320 et 1450 drams au kilo. Maintenant, il y a une augmentation des prix jusqu’à 1490-1510 drams. 

Selon Gorgyan, les problèmes sur le marché du poulet continuent. Même l’utilisation de quotas n’aide pas. L’Arménie importe principalement d’Ukraine, du Brésil et des États-Unis. 

« Il y a eu une réduction significative des importations de viande dans le monde. « Même nos partenaires de l’EEU, qui étaient traditionnellement des marchés avec d’importants stocks de poulet, essaient maintenant d’appliquer des quotas pour normaliser la situation », a-t-il déclaré, ajoutant que l’Arménie avait un potentiel sérieux sur le marché local de la volaille.

Quant au sucre, son prix élevé est maintenu.

« Si le prix du sucre était de 390 à 391 drams le kg en mai, il avoisine désormais les 400 drams. Aucun sucre n’a été produit en Arménie cette année en raison des problèmes d’importation de matières premières. L’année dernière, nous avons importé du sucre sous quota en Arménie, ce qui a entraîné une baisse des prix pendant un certain temps. « Mais ce quota de sucre est également distribué dans l’EEU, il n’est pas illimité », a déclaré le président de MSU.

Le principal pays d’où l’Arménie importe du sucre est la Russie, qui a également un problème de sucre.

Selon Gorgyan, le prix du pétrole a enfin commencé à baisser un peu. C’est d’ailleurs le marché de produits où la hausse des prix est la plus forte.

Il y a eu une grande crise sur le marché du maïs, à cause de laquelle les prix du pétrole ont augmenté. Parallèlement, divers mécanismes sont utilisés pour réguler les prix. « De mai à décembre, le prix du pétrole a diminué d’environ 300 drams, mais je pense que la baisse des prix diminuera encore plus en raison de la réglementation du marché et de l’élimination du coronavirus », a déclaré le président de la MSU.

La hausse du marché de la farine se maintient, le prix du kilogramme de farine a augmenté d’environ 20 drams par rapport à mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :