« Nous sommes optimistes sur le retour des prisonniers arméniens détenus à Bakou, car il y a eu un retour des prisonniers avant ou après toutes les réunions de haut niveau« , a déclaré Siranush Sahakyan, représentante des captifs arméniens au tribunal de Strasbourg.

« Avec cette étape, les parties, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ont rehaussé le prestige de la structure internationale, donnant un rôle dans la solution des problèmes humanitaires », a souligné Sahakyan.

Cependant, l’avocate souligne qu’il est pour le moment impossible d’espérer avec certitude que les prisonniers reviendront après la réunion Pashinyan-Aliev à Bruxelles demain , car le problème est politique et les accords sont opaques à cette heure. Jusqu’à présent, 150 prisonniers ont été rapatriés d’Azerbaïdjan, tous à la suite d’accords bi ou trilatéraux.

« Nous n’avions pas d’acte juridique exigeant que l’Azerbaïdjan libère les prisonniers de guerre », a déclaré Siranush Sahakyan.

L’Azerbaïdjan a officiellement confirmé qu’elle détenait toujours 38 personnes, dont 37 ont déjà été jugées et condamnées à Bakou. Dans le même temps, l’Azerbaïdjan renvoie ou condamne les captifs sans aucune logique. De Khtsaberd, 32 des 62 réservistes capturés dans les mêmes circonstances ont été renvoyés, 30 ont été jugés, certains des militaires capturés du Syunik et du Gegharkunik ont ​​​​été renvoyés, d’autres subissent un procès .

« Le comportement de l’Azerbaïdjan n’a aucune logique juridique ni bon sens, c’est une indication que les décisions sont prises pour des raisons politiques », a déclaré le représentant des captifs arméniens à la CEDH.

En plus des 38 captifs confirmés par Bakou, la partie arménienne estime plutôt leur nombre à 80. La Cour européenne des droits de l’homme a jugé que leur capture était prouvée, mais l’Azerbaïdjan ne l’a pas confirmé.

« Il existe des preuves qu’ils ont déposé leurs armes et qu’ils étaient vivants sous le contrôle des forces armées azerbaïdjanaises« , a déclaré l’avocate.

Les 100 proches capturés pendant et après la guerre de 44 jours sont dans un état d’attente sévère depuis environ un an et demi. L’ambassadeur américain en Arménie a rencontré les proches des militaires arméniens condamnés à une longue peine de prison en Azerbaïdjan. 

« Nous demandons instamment la libération de tous les détenus« , a déclaré l’ambassade dans un communiqué.

Selon Siranush Sahakyan, Bakou garde les captifs arméniens pour servir les processus politiques. Elle n’exclut pas que, par exemple, parallèlement à la normalisation des relations arméno-turques, tout le monde soit rapatrié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :