Des mesures préventives de la part de la communauté internationale sont nécessaires pour protéger le patrimoine culturel arménien dans les territoires de l’Artsakh actuellement sous contrôle azerbaïdjanais, a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan lors d’une réunion avec la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay à Paris.

Ararat Mirzoyan a félicité Audrey Azoulay pour sa réélection. Les interlocuteurs ont salué la coopération efficace entre l’Arménie et l’UNESCO au fil des ans.

Le ministre Mirzoyan a noté que l’Arménie a toujours fait tout son possible pour aider l’UNESCO à mener à bien sa mission forte fondée sur des valeurs communes dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture. Dans ce contexte, il a souligné que la candidature de l’Arménie au Conseil exécutif de l’UNESCO pour 2021-2025 découle de la considération d’accroître l’efficacité de ces efforts.

Fut également abordée la question de la protection du patrimoine historique, culturel et religieux arménien dans les territoires qui sont passés sous contrôle azerbaïdjanais en raison de l’agression contre l’Artsakh l’automne dernier.

Ararat Mirzoyan a souligné que dans les conditions de destruction délibérée ou de distorsion de l’identité des monuments historiques et culturels arméniens d’Artsakh, qui font partie du patrimoine culturel universel, des mesures préventives de la part de la communauté internationale sont tout simplement impératives. 

Dans ce contexte, le ministre arménien des Affaires étrangères a souligné la nécessité de mettre en œuvre la proposition du directeur général d’envoyer une mission d’évaluation indépendante dans la région, notamment au titre de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :