(photo : Le barrage de Khoda-Afarin, situé à la frontière de l’Iran et de l’Artsakh


Le réservoir construit près du pont Khudaferin sur la rivière Araxe a été l’une des principales cibles militaires des forces azerbaïdjanaises ces derniers jours. Le réservoir a été construit grâce à un financement de la République islamique (appuyé par des fonds chinois) et a principalement sécurisé l’approvisionnement en eau de l’Iran.

Le conseiller du président de la République d’Artsakh, Davit Babayan, avait précédemment informé que les forces terroristes turco-azerbaïdjanaises tentaient d’endommager le réservoir, tandis que le représentant du ministère de la Défense Artsrun Hovhannisyan mettait en garde contre une éventuelle catastrophe écologique. 

Artsrun Hovhannisyan - Wikipedia
Artsrun Hovhannisyan

Quel réservoir est visé par les forces azerbaïdjanaises et quelles conséquences peut avoir une éventuelle frappe des forces ennemies ? 

L’affaire concerne le barrage de Khoda Afarin, situé à la frontière de l’Iran et de l’Artsakh. Khoda est le mot persan pour « Dieu » et le barrage a été nommé par les Iraniens au nom de Dieu, et fut construit sur la rivière Araxe et inauguré en 2010. 

Son objectif était la production d’énergie hydroélectrique et l’irrigation de quelque 75 000 ha de terres dans les régions du nord de la République islamique.

Compte tenu de la situation écologique aiguë en Iran, en particulier dans les provinces du nord, de la pénurie de ressources en eau au milieu du changement climatique ainsi que du bassin versant de la région, le barrage est considéré comme un « cadeau de Dieu » pour l’Iran. 

Comme en 2016, les forces azerbaïdjanaises ont de nouveau pris pour cible le barrage lors de leur précédente offensive infructueuse contre l’Artsakh, visant à l’endommager. 

Si le barrage subissait des avaries majeures par les forces azerbaïdjanaises, cela aurait un effet désastreux sur l’Iran car les villages voisins pourraient être engloutis ou sévèrement innondés. 

L’hydrologue Qnarik Hovhannisyan a déclaré à Panorama.am que le barrage de Khoda Afarin alimente le lac Urmia, l’un des plus grands lacs d’eau salée. 

« La rivière Ourmia prend sa source dans le lac Ourmia et traverse Atropatene et sert à l’irrigation des terres voisines et à l’approvisionnement en eau des villages. Ces colonies subiront également des pertes importantes. En d’autres termes, au milieu des changements climatiques en cours, tout dommage au barrage peut provoquer une catastrophe naturelle. « 

Réservoir de Mingachevir — Wikipédia
photo de Mingachevir ( wikipedia)


Qnarik Hovhannisyan appelle l’adversaire à ne pas menacer de frappes le barrage, car l’Azerbaïdjan pourrait être confronté à une catastrophe similaire.

« Si nous ciblons le réservoir de Mingachevir, les eaux pourraient s’écouler dans une partie importante de l’Azerbaïdjan, y compris Bakou. Le réservoir mentionné est deux ou trois fois plus grand que le barrage d’Akhuryan en Arménie. Ils devraient donc prendre le temps de réfléchir avant de nous menacer », a t-elle avancé.

Mingachevir (ou Mingəçevir (en azéri), est un réservoir situé , en Azerbaïdjan, plus grande réserve d’eau du pays et le plus grand réservoir du Caucase avec une superficie de 605 km2 Long de plus de 63 kilomètres et large de 19 kilomètres, le lac est alimenté par le fleuve Koura et au moins deux de ses affluents, l’Iori et l’Alazani.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :