La Turquie et les États-Unis ont annoncé le lancement d’un mécanisme de dialogue stratégique. Cela s’est produit lors de la visite de la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, à Ankara, où elle a rencontré son homologue turc. Les parties ont déclaré qu’elles attendaient avec intérêt de se rencontrer au niveau des ministres des affaires étrangères dans le cadre du mécanisme de dialogue stratégique.

Le mécanisme du dialogue stratégique turco-américain montre qu’en dépit des différences, Ankara et Washington se voient dans le cadre d’intérêts profonds mutuels, ce qui est un facteur particulièrement important, notamment pour le Caucase. 

Ceci pose la question de l’efficacité du mécanisme de dialogue stratégique arméno-américain, d’une part en tant que facteur contribuant à la normalisation des relations avec la Turquie, et d’autre part en tant que dissuasion ou contrôlabilité des ambitions de la Turquie.

Il est difficile de dire selon quelle logique le mécanisme du dialogue stratégique turco-américain se développera, mais ici il convient de garder à l’esprit que le président américain Biden et l’administration démocrate, ainsi que le président turc Erdogan ont une échéance électorale qui approche. 

Ces problèmes évoluent de concert avec une situation mondiale difficile, où se confondent certains intérêts communs américano-turcs, ce qui est à la fois une opportunité et un défi pour l’Arménie.

Le fait est qu’ Erdogan, afin d’obtenir le soutien des États-Unis dans ses questions électorales, peut considérer à la fois l’attitude constructive envers le règlement arméno-turc et la pression sur la Russie. La première partie est utile pour Erevan, mais la seconde partie est dangereuse, pas souhaitable du tout, car elle comporte des risques directs ou indirects pour l’Arménie. 

Pour sa part, la Turquie peut promettre de soutenir une administration démocratique au mieux de ses capacités, autant que les capacités de l’Azerbaïdjan, qui en fait ne sont pas cruciales pour les États-Unis. 

Bien sûr, c’est un jeu assez difficile avec une issue imprévisible, mais cela rend encore plus nécessaire d’être vigilant et efficace dans le dialogue arméno-américain, pour récolter ce qui est possible, pour neutraliser ou contenir les risques autant que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :