INTERVIEW du turcologue Andranik Ispiryan. Il y évoque notamment la nécessité de neutralité de l’Arménie, le rôle inconfortable à jouer pour la Turquie, et bien sûr la « normalisation » en fin de propos.

– La guerre russo-ukrainienne est déjà une réalité. Selon vous, quel rôle la Turquie jouera-t-elle dans le conflit, si l’on sait que l’Ukraine a déjà officiellement demandé son soutien à la Turquie ?

– La Turquie est dans une situation assez difficile. D’une part, il n’est pas dans l’intérêt d’Erdogan de sortir contre la Russie. Ils ont établi des relations assez coopératives les uns avec les autres, d’autre part, la Turquie entretient des relations économiques amicales, militaires, politiques et de haut niveau avec des objectifs ambitieux avec l’Ukraine. 

Nous savons quel type de coopération existe entre l’Ukraine et la Turquie sur la question de la Turquie, qui a acquis une grande importance stratégique et politique. 

À cet égard, il sera difficile pour la Turquie de refuser d’aider l’Ukraine. Ainsi, l’escalade de la situation est très inconfortable à Erdogan, car en cas de mauvais scénario, la Turquie pourrait fermer le Bosphore à la Russie, à la demande des pays occidentaux. Et cela conduira à son tour à des tensions dans les relations russo-turques. Ce n’est pas avantageux pour la Turquie ou, bien sûr, la Russie. Nous espérons que ce niveau d’aggravation ne sera pas atteint, car je pense que Moscou a calculé tous les dangers et risques de contre-mesures à leur encontre. De plus, une conversation téléphonique a eu lieu entre Erdogan et Poutine, et ce dernier a précisé ses démarches. 

Étant donné que l’Ukraine a déjà officiellement demandé de l’aide à la Turquie en réponse, Erdogan, à mon avis, tentera de désamorcer la situation en servant de médiateur pour faciliter l’escalade et appellera les parties à cesser les hostilités. parce que je pense que Moscou a calculé tous les dangers et risques de contre-mesures à leur encontre. 

De plus, une conversation téléphonique a eu lieu entre Erdogan et Poutine, et ce dernier a précisé ses démarches. Étant donné que l’Ukraine a déjà officiellement demandé de l’aide à la Turquie en réponse, Erdogan, à mon avis, tentera de désamorcer la situation en servant de médiateur pour faciliter l’escalade et appellera les parties à cesser les hostilités. parce que je pense que Moscou a calculé tous les dangers et risques de contre-mesures à leur encontre. 

Quelle place aura la Turquie dans notre région ? Comment évaluez-vous les risques, quel effet cela aura-t-il sur nous ? De manière générale, comment devons-nous nous positionner dans cette situation, compte tenu de nos défis et de nos menaces ? Dans ce contexte, comment évaluez-vous la visite du ministre de la Défense Suren Papikyan à Moscou ?

– Le monde d’aujourd’hui est redevenu principalement bipolaire entre la Russie et l’OTAN. Nous savons que de facto notre partisan et protecteur de notre sécurité, le défenseur de la mission de maintien de la paix du peuple d’Artsakh և, l’exécutant est notre allié stratégique la Russie. 

A Dieu ne plaise, en cas de guerre grave, la situation sur notre territoire peut devenir incontrôlable, une stabilité relative et fragile peut être perturbée, nos frontières peuvent être menacées d’attaques directes, et leur probabilité est élevée !  

À cet égard, la convocation d’Aliev à Moscou, à mon avis, visait à s’assurer, à neutraliser le risque d’une attaque contre l’Arménie, afin qu’au moins pour le moment les cartes dans le Caucase du Sud ne soient pas mélangées, et auparavant, il avait réglé des problèmes régionaux avec la Turquie. Si rien ne ressort des calculs, Il n’y aura pas de gros développements négatifs ici, cela se limitera à une certaine tension. A cet égard, la convocation du ministre de la Défense Suren Papikyan à Moscou suppose des discussions et des accords de sécurité sur les questions régionales. 

La situation est différente des deux guerres mondiales précédentes, mais elle n’est pas inférieure en danger, et nous savons très bien que nous avons ressenti amèrement sur notre peau les conséquences catastrophiques qu’elles ont eues sur nous. 

Pendant la Première Guerre mondiale, comme nous le savons, nous avons été soumis à un génocide, souffrant des privations les plus grandes et les plus inhumaines du choc des superpuissances. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un grand nombre de troupes turques ont été déployées tout le long de notre frontière, se préparant à nous attaquer au moment opportun.

La situation est presque la même maintenant, nous sommes à nouveau dans le conflit d’intérêts des superpuissances, nous devons donc adopter une position neutre autant que possible, nous abstenir de tout rôle, en espérant que la situation se résoudra rapidement. J’insiste sur le fait que nous souffrirons de tensions et de guerres, peu importe sur qui nous sommes en ce moment. Seule la paix est bénéfique et bénéfique pour nous. 

Quel que soit le gagnant, l’Arménie n’en souffrira pas moins. Par ailleurs, une guerre dans laquelle il n’y a pas de vainqueur est néfaste pour tout le monde car elle sédimente et mute. 

Peu importe à quel point l’Ukraine a toujours soutenu activement l’Azerbaïdjan et toujours pris des mesures anti-arméniennes, et le 10 novembre 2020, dans différentes villes, a félicité l’Azerbaïdjan avec de grandes affiches, c’est pareil.

Quant à notre position, le plus important est de pouvoir calculer correctement les risques éventuels, de protéger les intérêts de l’Arménie et surtout la sécurité en toute vigilance. Pour le moment, il n’y a pas de risques sérieux, s’il n’y a pas d’évolutions imprévisibles sur le front russo-ukrainien, nous espérons que cela se terminera ainsi.

– Quel impact les pourparlers Arménie-Turquie « sans conditions préalables » auront-ils en termes de maintien de la paix et de la stabilité dans notre région ? On sait qu’hier, lors de la deuxième réunion des envoyés arméno-turcs, les parties ont réaffirmé la réalisation d’une normalisation complète des relations sans conditions préalables.

Je peux seulement dire que la Turquie n’est pas un partenaire fiable avec des superpuissances telles que les États-Unis et la Russie. Et dans les relations avec l’Arménie, cette fiabilité et cette prévisibilité sont minimisées, peu importe à quel point nous essayons d’être positifs, de faire preuve de bonne volonté. 

La Turquie a l’habitude de frapper par derrière, même si c’est votre ami. S’il avait une petite opportunité, elle saisirait la première opportunité. Il faut toujours en tenir compte et être vigilant. Cependant, je suis favorable aux pourparlers arméno-turcs, j’ai une attitude positive, surtout si les principes d’égalité sont réels, sans conditions préalables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :