L’agriculture arménienne, au delà de la préoccupation relative à la sécurité alimentaire, est capable de s’engager dans une agriculture à haute valeur ajoutée. Notamment les cultures oléagineuses. (Armouhi Melkonyan)

Une question peut se poser quant à la manière dont nous allons résoudre le problème de la sécurité alimentaire et semer des cultures de valeur dans notre petit pays. Laissons de côté le fait que de nombreuses parcelles sont en jachère, ajoutons simplement que l’on peut se tourner vers l’hydroponie pour celles qui ont de la valeur.

Notre pays a besoin de la solution du problème de la sécurité alimentaire pour être le moins possible affecté par les risques internationaux, et de cultures de valeur pour minimiser l’impact des fluctuations des indices, et ainsi générer des revenus solides dans le secteur rural.

Concernant l’huilerie, nous parlerons de l’exemple du lin, toujours à partir d’une expérience réussie et des raisons de son arrêt. Au cas où il y a quelques années à peine, en 2017 Le 15 septembre, nous avons même organisé une exposition-dégustation de lin à Erevan.

Nous avons utilisé le lin comme plante médicinale pour prévenir la toux, les problèmes gastriques, les rhumes, etc. Les graines de lin sont riches en potassium, en vitamines A, B, E, en acides aminés essentiels et en minéraux. Les acides gras semi-insaturés contenus dans les graines de lin, dont les oméga-3 et l’acide alpha-linoléique, protègent nos cellules du cancer, suppriment la croissance des tumeurs déjà existantes et contribuent à l’amélioration du système immunitaire humain.

La fibre contenue dans les graines réduit le risque de cancer en absorbant les substances nocives des intestins et en renforçant le côlon. De plus, la fibre protège contre l’athérosclérose, favorise la perte de poids. Les graines de lin améliorent le fonctionnement des reins, du foie, de la glande thyroïde et du tractus gastro-intestinal, protègent contre la thrombose. réduit le risque de développer des maladies cardiovasculaires. Les graines ont également des propriétés rajeunissantes et antimicrobiennes…

La littérature professionnelle témoigne également que l’huile de lin surpasse l’huile de poisson en termes de bienfaits nutritionnels. Mais l’utilisation du lin n’est pas seulement un moyen de lutter contre les maladies. En plus de son utilisation dans l’alimentation et la médecine, il est utilisé pour fabriquer de l’huile d’olive, divers vernis, l’impression, des peintures lithographiques et artistiques, de la cire, des vêtements non mouillants, ainsi que dans la production de cuir et de chaussures.

Le nombre de pays producteurs de lin et les volumes sont différents selon les sources, en raison des types de lin, du produit final (graine, huile, fil, etc.). Mais dans le top dix se trouvent le Canada, la Chine, la Russie, l’Inde, les États-Unis, l’Argentine… Si nous parlons de l’Arménie, nous pouvons brièvement décrire le tableau comme ceci : c’est l’ancien oublié qui peut devenir une direction innovante, il a réussi parfois, mais à cause des efforts inefficaces de l’État, sans feuille de route.

Au XIXe siècle, la culture du lin était pratiquée dans les régions montagneuses du pays. Chose intéressante, en plus d’obtenir de l’huile d’olive, les habitants des provinces d’Alexandropol et de New Bayazet recevaient de la fibre de lin, à partir de laquelle ils fabriquaient du lin grossier.

Des graines de sésame, de vush ou de lin, de ricin ou d’ortie, de chanvre, de coton, de tabac, de sorgho et d’autres plantes étaient utilisées pour obtenir de l’huile végétale. Les huiles de sésame et de lin étaient très demandées par la population de la région et des États voisins.

Les graines de sésame et de lin cultivées dans la province d’Erevan étaient très demandées en Transcaucasie, en Russie et dans un certain nombre de pays étrangers. Chaque année, suffisamment de sésame était livré à Odessa. Il a été utilisé dans la production de halva. En 1886, 66 720 quintaux ont été exportés via le port de Batoumi (Géorgie).

Le lin était cultivé dans un certain nombre de fermes d’État de la République Socialiste Soviétique (RSS) d’Arménie. Il y avait des plans à long terme (comme Khordenu), mais d’autres moments sont venus. En Arménie post-indépendante en 2017 Le but de la dégustation-exposition était de présenter les produits du groupe de producteurs de lin, de les amener sur un large marché et de contribuer au développement économique du marz de Gegharkunik (la communauté de Lchap a été mentionnée, bien que d’autres villages du marz soient également traditionnellement engagés dans la culture du lin).

Les producteurs d’huile de lin parlaient d’un enjeu important. L’importation de Russie est plus abordable. Pour réussir, nous devons faire fonctionner toute la chaîne de valeur, de la production de fil à l’huile et aux aliments pour animaux. Cela signifie que la chaîne doit également inclure l’étape du recyclage. Traditionnellement, d’autres villages de Gegharkunik cultivaient le lin, par exemple, Tsovinar, Artsvanist, Vardenik, mais il n’y avait pas de volume. principalement pour leurs propres besoins.

L’un des exploitants a déclaré qu’il n’avait pas d’argent pour mettre à niveau l’équipement. Et avec du matériel ancien, la déperdition est importante : 4 kg de grains pour 1 litre d’huile actuellement, du matériel neuf ferait passer cette valeur à 1 litre pour à 2,5 kg de grains moissonnés. Mais les banques n’aident pas. Encore une fois, cela pointe un manque de fonds de roulement.

Nous avons eu un exemple réussi à Hartagiugh de Lori marz. Lorsque le ministre de l’agriculture était à l’usine d’huile de lin ici (2012), le chef du groupement d’agriculteurs lui a fait découvrir la technologie de pressage à froid (cela augmente artificiellement le coût, mais préserve les propriétés médicinales de l’huile de lin) de l’huile d’olive, notant que sur les 7 ha de semis, plus de 7 tonnes de graines de lin ont été obtenues, à partir desquelles environ 1550 litres d’huile de haute qualité et écologiquement propre ont été vendus à Erevan, Vanadzor et Spitak.

Il y a eu des tentatives d’exportation d’huile de lin d’Arménie, mais en raison des faibles volumes de production, le processus ne s’est pas stabilisé. Le problème est identifié, les solutions sont claires. L‘Etat déplore le fait que beaucoup de terres ne soient pas cultivées, or il doit comprendre que la terre n’est pas cultivée tant que les rendements de l’agriculteur ne sont pas rentables. Et pour la rentabilité, l’État doit se tenir aux côtés des paysans avec des garanties.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :