par Hakob Badalyan

Le ministre arménien des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan et le secrétaire général du ministère français des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne ont signé à Paris une feuille de route pour la coopération économique arméno-française. Aucun détail n’a encore été fourni.

La cérémonie s’est déroulée lors de la séance de travail des délégations arménienne et française. La rencontre a porté sur les perspectives de coopération économique bilatérale.

Le fait que les relations Arménie-France soient qualifiées de « privilégiées » ne correspond pas au niveau économique, qui est, reconnaissons le, pourtant une force fondamentale. Or c’est la base économique qui doit permettre de développer les relations politiques, en même temps de contribuer à l’expansion et à l’expansion des capacités politiques de l’Arménie.

Le document en question se présente sous la forme d’une feuille de route de la coopération économique pour 2021-2026, qui vise à créer une stratégie et un cadre pour les programmes économiques bilatéraux entre l’Arménie et la France. Cela comprendra les infrastructures, le développement urbain, l’énergie, l’agriculture, le tourisme, l’innovation, la haute technologie, les soins de santé et d’autres domaines prometteurs.

La première séance conjointe du groupe de travail sur la coopération économique arméno-française s’est tenue à Paris le 9 décembre. La délégation arménienne était dirigée par le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan, la délégation française était dirigée par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État aux Affaires étrangères. de France.

Le ministre Mirzoyan a remercié le secrétaire d’État Lemoyne pour son soutien à l’hospitalité chaleureuse et aux discussions efficaces, soulignant que la séance commune était le résultat de près d’un an de travail de suivi bilatéral, d’efforts au niveau des dirigeants des deux pays et d’accords conclus. .

Ararat Mirzoyan a souligné la nécessité de travailler de manière cohérente pour mettre en œuvre les accords conclus par les hauts dirigeants des deux pays pour intensifier les relations économiques, qui correspondront au niveau des relations privilégiées entre l’Arménie et la France.

Les parties ont souligné la diversification des relations commerciales et économiques arméno-françaises, la nécessité d’enrichir la coopération avec de nouveaux programmes économiques et l’intensification des investissements mutuels. Les interlocuteurs ont également noté la nécessité d’intensifier les contacts entre les milieux d’affaires de la France et de l’Arménie, notamment, à travers des visites mutuelles de délégations et l’organisation d’événements économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :