Le 26 novembre, dans le cadre de la réunion trilatérale du Premier ministre de la RA Nikol Pashinyan avec le président russe Vladimir Poutine, le président azerbaïdjanais Ilham Ali a qualifié les assassinats ciblés de civils par les forces armées azerbaïdjanaises et de militaires par les forces armées azerbaïdjanaises d’« incidents » ,écrivait, le défenseur des droits de l’Homme en Artsakh Gegham Stepanyan sur sa page Facebook.

Cette déclaration du Président de l’Azerbaïdjan est une tentative de plus de dissimuler les manifestations régulières de la politique de violation systématique à grande échelle des droits fondamentaux des Arméniens par l’Azerbaïdjan au nom d’événements accidentels ou imprévisibles.

Après la signature de la déclaration trilatérale, les attaques contre les Arméniens par les forces armées azerbaïdjanaises, dont l’assassinat d’un cultivateur de tracteurs près de la ville de Martakert le 9 octobre 2021, et le meurtre d’un civil près de la ville de Shushi le 8 novembre , 2021, la fusillade de militaires de l’armée de défense de l’Artsakh, délibérée et perpétrée dans le prolongement de la politique azerbaïdjanaise de persécution des Arméniens.

La politique de persécution de l’Azerbaïdjan est extrêmement cruelle, surtout lorsque les citoyens d’Artsakh ou d’Arménie sont sous le contrôle des forces armées azerbaïdjanaises. 

Lors de l’agression de septembre-novembre 2020, tous les civils restants dans les territoires de la République d’Artsakh occupés par l’Azerbaïdjan ont été brutalement tués par les représentants des forces armées azerbaïdjanaises. 

Dans les cas où il était possible d’effectuer des examens médico-légaux des tués, il s’est avéré: qu’ils ont été torturés à mort. 

Dans certains cas, les meurtres de civils ont été filmés, diffusés sur les réseaux sociaux azerbaïdjanais afin d’infliger un maximum de souffrance psychologique aux proches des victimes, pour intimider la population d’Artsakh et les Arméniens en général. 

Les militaires arméniens sous le contrôle de l’Azerbaïdjan ont également été gravement torturés, dont beaucoup ont été tués. Plusieurs des militaires secourus ont été illégalement condamnés en Azerbaïdjan et continuent d’être retenus en otage par les autorités de ce pays.

Les premières victimes d’une telle politique criminelle furent les Arméniens vivant en Azerbaïdjan pendant les années soviétiques. Les déportations organisées par les autorités azerbaïdjanaises en 1988-1990, qui se sont accompagnées de massacres, de tortures et de massacres, ont jeté les bases de la politique azerbaïdjanaise de persécution des Arméniens, qui se poursuit encore aujourd’hui. 

En 1991, les autorités azerbaïdjanaises avaient déjà commencé la déportation des Arméniens d’Artsakh dans le cadre de l’opération Loop, qui est devenue le prélude à une nouvelle agression à grande échelle de l’Azerbaïdjan contre la République d’Artsakh. 

La guerre à grande échelle contre la République d’Artsakh, qui a duré plusieurs années, jusqu’en 1994, était une tentative de l’Azerbaïdjan d’expulser les Arméniens de leurs terres.

Tant pendant l’agression de 2020 que pendant les hostilités des années 1990, des militaires azerbaïdjanais ont torturé et tué des Arméniens sous leur contrôle. 

Le massacre des habitants du village arménien de Maragha dans la région de Martakert en Artsakh en 1992 est devenu l’un des épisodes les plus tragiques de cette politique․ 

Cinquante habitants du village ont été brutalement tués et 50 ont été faits prisonniers, dont des femmes et des enfants. Le sort de nombre d’entre eux est encore inconnu.

Les militaires azerbaïdjanais ont été particulièrement cruels lors de l’agression déclenchée contre l’Artsakh en avril 2016, torturant et exécutant à la fois des militaires et des civils, y compris des couples de personnes âgées dans le village de Talish dans la région de Martakert en Artsakh.

La déclaration du président azerbaïdjanais sur le caractère accidentel des incidents en Artsakh vise à dissimuler sa propre politique de persécution des Arméniens. C’est avec l’encouragement ouvert et délibéré des autorités azerbaïdjanaises, y compris le Président de ce pays, que toute action pénale contre les Arméniens a été menée, y compris les meurtres. 

L’un des exemples les plus brillants est la glorification de Ramil Safarov qui a tué un Arménien endormi, comme il l’a fait en 2016. Le prix du soldat azéri qui a décapité un Arménien pendant l’agression et a été affiché dans les villages azerbaïdjanais par le président lui-même. 

L’impunité pour les crimes en Azerbaïdjan, y compris les meurtres prémédités d’Arméniens, ainsi que la récompense des criminels, est la preuve la plus évidente de la politique étatique d’anti-arménianisme en Azerbaïdjan.

La persécution des Arméniens s’exécute à grande échelle. Elle est systématique.

Elle se manifeste par des massacres, des déportations, des tortures et d’autres actes inhumains, est perpétrée par des membres des forces armées azerbaïdjanaises, délibérément ou conformément aux politique de ce pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :