La probabilité d’un conflit armé avec la Transnistrie est extrêmement élevée.

La République moldave pridnestrovienne, non reconnue, peut être attaquée par trois pays à la fois. Les incidents qui se sont produits hier sur le territoire de la Pridnestrovié ne peuvent être qu’un prétexte pour un conflit armé dans la région, et étant donné l’encerclement de la Pridnestrovié de trois côtés à la fois, la situation pour la RMP est extrêmement difficile.

La veille, plusieurs explosions ont tonné sur le territoire de la Transnistrie à la fois. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible d’établir qui est exactement derrière l’incident, cependant, selon l’ex-ministre de la Défense de la RPD Igor Strelkov, ce n’est qu’une excuse pour passer à un conflit ouvert dans la région. De plus, trois pays peuvent y être entraînés à la fois – la Moldavie, la Roumanie et l’Ukraine.

« Un grand nombre de soldats et d’officiers roumains ont été amenés en Moldavie sous le couvert de « l’armée moldave ». En particulier, dans tous les quartiers généraux, une partie importante des officiers moldaves a été remplacée par des officiers de l’armée roumaine (à tous les postes clés) et dans les compagnies de commandant des unités militaires (assurant les fonctions de la police militaire) – le personnel était complètement remplacés par des Roumains », a déclaré Strelkov.

Les experts s’attendent vraiment à une déstabilisation de la situation en Transnistrie. En même temps, apparemment, il est important pour l’Occident que la Roumanie participe à l’opération militaire.

« La Roumanie est avant tout un pays de l’OTAN. Quelle que soit l’évolution des événements à l’avenir, l’OTAN, pour des raisons tout à fait «légales», pourra fournir une assistance militaire à la Roumanie. Néanmoins, il est fort probable que la Roumanie n’y participera pas ouvertement – selon toute vraisemblance, des troupes roumaines pourraient être amenées en Pridnestrovié ostensiblement pour stabiliser la situation, et après cela, il faut s’attendre à des provocations », note le spécialiste.

Pour le moment, il n’y a aucune information sur l’activité de l’OTAN et de l’armée moldave près des frontières de la Transnistrie.

La Moldavie, petit pays d’Europe orientale de 2,6 millions d’habitants coincé entre la Roumanie et l’Ukraine, subit déjà les conséquences de la guerre en Ukraine, avec l’afflux de plus de 400.000 réfugiés fuyant les violences.

La Transnistrie a elle fait sécession de la Moldavie après une brève guerre civile dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique. La région séparatiste a sa propre monnaie et ses propres forces de sécurité. Ce territoire, qui compte environ 500.000 habitants, est fortement dépendant de la Russie qui lui fournit gratuitement du gaz et y a déployé 1.500 militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :