Il est nécessaire de faire appliquer strictement les décisions publiques.

Les quantités autorisées et la période de chasse industrielle au corégone dans le lac Sevan ont été approuvées. Nous en sommes informés par le message du Ministère de l’Environnement. À cet égard, il y avait un projet de décision du gouvernement lors de la séance de l’exécutif du 31 mars, qui figurait cependant parmi les questions non signalées.

par Armouhi Melkonyan

Dans les pays développés, où les normes environnementales sont assez strictement respectées, une telle décision serait ordinaire et n’attirerait pas l’attention. Mais comme le cas arménien, où il y a des lacunes en termes de protection de la nature, Sevan doit devenir pour nous une question d’importance nationale et stratégique.

Le ministère de l’Intérieur déclare que « les processus en cours visent à l’utilisation durable des stocks de poissons et d’écrevisses du lac Sevan, ainsi qu’à amener le processus de pêche dans le domaine légal et à mener la pêche sur la base de contrats d’utilisation avec les autorités, ainsi que la bonne utilisation des ressources de sécurité alimentaire. Et que, ainsi, la sphère de l’utilisation des ressources vivantes et de la gestion durable du lac Sevan sera réglementée. »

Disons tout de suite qu’avec cette nouvelle décision, la durée des conventions d’utilisation des ressources animales du lac Sevan est fixée, pour 2022, du 1er avril au 1er septembre.

La quantité maximale autorisée de pêche est de 300 tonnes. Le poids et la taille industrielle autorisés pour la pêche (de la mâchoire à la queue) sont de 400 grammes (pas moins de 31 cm) par unité.

Poisson d’eau froide proches des salmonidés, le corégone vit en banc. Adulte, il peut atteindre des poids de 2 à 3 kg pour une taille de 60 à 80 cm

Le corégone peut être chassé sur tout le lac, à au moins 500 mètres de la rive. La capture de cette espèce de poisson doit se faire avec des filets de fond (la taille de l’étape de construction du filet est de 40 mm et plus). Il est interdit de pêcher avec des filets noués, fabriqués à la machine ou à la main, à partir de nylon synthétique ou d’autres fibres de polyamide, d’un diamètre de filet inférieur à 0,5 mm et d’une taille de filet inférieure à 80 mm (étape de construction du filet inférieure à 40 mm ) avec des filets de pêche (moins de 40 mm). .

En fait, pour 2022, aucune quantité de chasse industrielle n’a été fixée pour les écrevisses dans le lac Sevan. La question peut se poser de savoir pourquoi il n’y est fait aucune référence technique.

Le fait est que la protection de l’écosystème de Sevan est un enjeu pour nous. Et pour préserver cet écosystème, la protection des espèces est également importante. Maintenant, la question est de savoir comment.

Il existe une procédure de pêche expérimentale au corégone dans le lac Sevan.
Selon elle, en 2020, pour les besoins de la pêche industrielle, l’entrée et la sortie des navires vers le lac Sevan ne devaient s’effectuer qu’à partir de 17 sites (site Drakhtik, site Akhtamar 3, site Sevan, station Ayrivan, station Noratus, Yeranos station 2 de Vardenik, site de Tsovinar, arrondissement de Vardenis, arrondissement d’Areguni, arrondissement de Pambak, arrondissement d’Artanish). Cette année-là, le volume de la pêche industrielle du poisson dans le lac Sevan était fixé à 200 tonnes.

Selon la décision préliminaire, la pêche industrielle de toutes les espèces de poissons du lac Sevan, à l’exception du corégone, était interdite, la chasse au corégone était pratiquée sur tout le territoire du Grand Sevan, à au moins 500 mètres du rivage, et le poids autorisé pour la pêche, plus de 500 grammes.

Compte tenu de la période de ponte des poissons, la chasse a été interdite du 1er octobre 2020 au 1er mars 2021. La pêche industrielle a été réalisée avec des filets de fond (la taille de la maille du filet est de 40 mm et plus), et de jour.

Dans la nouvelle réglementation, l’ordre a été modifié. Il y aura un total de 25 sites contrôlés par le Parc National de Sevan dans tout le bassin du lac Sevan. De plus, il est permis de capturer au moins 400 grammes de corégone au lieu des 500 grammes précédents. Soit dit en passant, la quantité maximale de 200 tonnes de chasse au corégone précédemment capturée a également été revue. La nouvelle limite était de 300 tonnes.

Mais de 2020 à aujourd’hui (et, d’ailleurs, même avant cela, quand il n’y avait pas de lieux et de conditions techniques), il apparaît toujours qu’il y a des poisson de moins de 400 grammes en vente dans les rues d’Erevan (à Erevan, nous observons toujours au moins deux endroits, la rue Agatangeghos et Avan, principalement dans la zone adjacente à la « ville d’Erevan »).

Oui, nous ne nions pas qu’un programme de contrôle de la chasse industrielle au corégone soit mis en place, mais tant que les poissons vendus sont pêchés dans la zone de chasse interdite et que les petits poissons ne sont pas pris en compte dans les conditions établies, alors le contrôle est inefficace. Cela signifie que les filets de pêche utilisés sont toujours en maille de taille réduite, et que les commerçants peuvent convoyer sans contrôle des poissons de taille non réglementaire à Erevan.

Nous nous figurer quelque chose d’important : Sevan n’est pas seulement un réservoir d’eau pour nous. Sevan est certes un réservoir d’eau potable, et cette question de qualité doit toujours être posée. C’est-à-dire la qualité de l’eau potable, hors irrigation ou quotas de pêche. Et pour maintenir cette qualité, parmi de nombreuses problèmatiques, il faut avant tout résoudre les problèmes d’élévation du niveau du lac et de garantie du stock halieutique, stratégique pour l’Arménie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :