La 17e séance de la Commission intergouvernementale mixte de la République d’Arménie et de la République islamique d’Iran s’est tenue à Erevan sous la coprésidence du vice-Premier ministre arménien Mher Grigoryan et du ministre de l’Énergie de la République islamique d’Iran Ali Akbar Mehrabian.

Un protocole d’accord a été signé à la suite de la séance.

« Les relations bilatérales avec l’Iran ami, fondées sur le respect et la confiance mutuels, sont d’une grande importance pour la République d’Arménie, car l’Iran n’est pas seulement un pays voisin, mais aussi un partenaire commercial important, un partenaire fiable et digne de confiance pour nous. Nous devons faire des efforts conjoints pour réaliser pleinement le grand potentiel des relations entre les deux pays. Il est évident que l’expansion de la coopération bilatérale aura un impact positif sur les peuples amis d’Arménie et d’Iran », a déclaré le vice-Premier ministre Mher Grigoryan dans son discours d’ouverture.

Il a souligné que les gouvernements des deux pays font preuve de la volonté politique et de la cohérence nécessaires pour développer les relations interétatiques dans divers domaines.

« Compte tenu de l’intérêt de l’Iran pour l’intégration à l’Union économique eurasienne, l’Arménie s’efforce constamment de promouvoir ce processus, ainsi que de devenir une porte d’entrée pour l’Iran ami sur le marché de l’UEE. Nous réaffirmons notre volonté d’assurer une coopération active avec l’Iran dans cette direction », a ajouté le vice-Premier ministre.

Se référant à la coopération bilatérale, il a souligné les accords mutuels dans le domaine de l’énergie et des transports, en particulier, l’extension du contrat gaz contre électricité, la mise en œuvre de la liaison énergétique quadrilatérale Nord-Sud et le golfe Persique-mer Noire. corridor de transport international. 

Dans le contexte du développement des communications de transport régionales, l’établissement de la connexion ferroviaire de la République d’Arménie avec la République islamique d’Iran est l’une des questions les plus importantes à l’ordre du jour.

Mher Grigoryan a souligné le fait qu’à la suite du travail des groupes d’experts, d’autres lignes directrices pour la coopération entre les deux pays dans un certain nombre de domaines ont été élaborées; et la volonté bilatérale de développer la coopération dans les domaines du commerce, de l’industrie, de la santé, de l’éducation, de la culture, du tourisme, de l’agriculture et des hautes technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :