Entretien avec le patron de tvyal.com, l’économiste Aghasi Tavadyan

– M. Tavadyan, lors de la séance du gouvernement, le Premier ministre Nikol Pashinyan a déclaré que la situation sociale en Arménie empire, le monde entier est dans la même situation, l’inflation est à un niveau sans précédent, l’Arménie est toujours dans un état légèrement meilleur , il y a des biens qui deviennent moins chers ici. A votre avis, dans quelle mesure le gouvernement arménien est-il capable de trouver les bonnes solutions dans cette situation difficile ?

– L’inflation dans le monde est assez élevée, ce qui a plusieurs raisons. La première est que la demande a augmenté à mesure que la masse monétaire mondiale a augmenté. Par exemple, depuis 2020, le nombre de dollars dus aux mesures anti-épidémiques a doublé dans le monde. Deuxièmement, la logistique des perturbations du côté de l’approvisionnement par les coronavirus a été perturbée, certaines entreprises ayant des problèmes qui ont réduit l’approvisionnement. 
De ce point de vue, quand il y a plus d’argent sur le marché et que le produit est moindre, bien sûr, les tendances inflationnistes sont fortes partout dans le monde. Si nous comparons avec nos pays voisins, alors oui, l’inflation en Arménie est relativement plus faible. Inflation en Arménie en 2021 s’élève à 7,1% par rapport à la même période en Russie – 8,7%, en Géorgie – 13,9%, en Azerbaïdjan – 12,5%, En Iran – 35,9%, en Turquie – 49%. Comme l’inflation est assez élevée dans les pays voisins, le prix des marchandises en provenance de là a bien sûr augmenté. 
Dans le même cas, comme il existe certains problèmes de taux de change, certains produits ont également tendance à augmenter de prix en raison des fluctuations des taux de change. Bien sûr, tous les produits ne deviennent pas plus chers. Par exemple, nous avons tous remarqué que le prix des œufs a baissé depuis un certain temps, mais maintenant il a tendance à remonter.

– Nikol Pashinyan a déclaré qu’il est nécessaire de mettre en œuvre une politique qui atténue les problèmes sociaux, ils le font autant que possible, autant que le budget le permet, et le budget est formé au détriment des impôts. Selon le Premier ministre, nous avons fait des progrès dans le domaine de la collecte des impôts, en 2021 les recettes budgétaires ont dépassé de 147 milliards de drams. Comment évaluez-vous cela ?

– Cela se fait sentir quelque part, car il est déjà prévu qu’à partir de l’année prochaine, certains secteurs de dépenses, qui ont fait un pourcentage assez faible, augmenteront. Par exemple, les dépenses consacrées à la science. Cela doit être considéré en termes de dynamique.  Il est nécessaire d’évaluer clairement la direction dans laquelle l’argent doit être investi dans l’économie afin que l’inflation ne cause pas de problèmes supplémentaires à l’avenir.

– Les membres du gouvernement déclarent que ce sera plus rentable pour nous si nous payons le gaz en roubles. Comment jugez-vous cette annonce ?

– Bien sûr, ce sera plus rentable pour nous si nous payons l’essence en roubles. Regardez ce qui se passe en ce moment, le prix du gaz est fixé en dollars, s’il était fixé en roubles, nous aurions payé moins en drams au moment de la chute du rouble. À l’heure actuelle, le prix de gros du gaz en Arménie est de 256 dollars pour 1 000 mètres cubes, ce qui équivalait au début de l’année à environ 20 000 roubles. Si le tarif était fixé à 20 000 roubles, il équivaudrait désormais à 200 dollars. Dans ce cas, à long terme, bien sûr, nous pouvons gagner plus de 150% de pouvoir d’achat sur le gaz et rendre son acquisition moins pesante sur le budget des arméniens. Et cela est possible car l’Arménie est membre de l’UEE et, conformément aux articles 81 à 104 de l’accord EUE, il est envisagé de créer un marché commun de l’électricité. Il faut absolument continuer à travailler dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :