Le ministère des Affaires étrangères de la République d’Artsakh a publié une déclaration à l’occasion du 44e anniversaire de la cessation de la guerre de 44 jours. 

« Il y a un an, en 2020. La déclaration trilatérale du Président de la Russie, du Premier ministre de l’Arménie et du Président de l’Azerbaïdjan a été signée le 9 novembre 2010 grâce aux efforts de médiation actifs de la Fédération de Russie. Il a mis fin à l’agression armée de 44 jours déclenchée par l’Azerbaïdjan contre la Turquie, les mercenaires internationaux et les terroristes avec une participation militaire directe des terroristes du Moyen-Orient, comme base pour l’entrée des soldats de la paix russes en Artsakh pour maintenir la paix dans le conflit azerbaïdjanais-Karabakh zone. 

La déclaration trilatérale est importante en termes de conditions pour la reconstruction d’après-guerre de la République d’Artsakh. À la suite de 44 jours d’agression destructrice, l’Azerbaïdjan a occupé la plupart des territoires de la République d’Artsakh, y compris la ville de Shushi, le centre historique et culturel. 

Pendant les hostilités, l’armée azerbaïdjanaise a commis de nombreux crimes de guerre, notamment le ciblage délibéré de cibles civiles, la torture de prisonniers de guerre, de civils captifs, des exécutions extrajudiciaires, le nettoyage ethnique, la destruction délibérée de monuments historiques et culturels et l’utilisation d’armes non sélectives. Tout cela prétendument en vertu du droit international.

Davit Babayan: After the subversive act, the enemy had losses, which it  hided
Davit Babayan, Ministre des Affaires étrangères de la République d’Artsakh

Même après la signature de la déclaration trilatérale le 9 novembre 2020, l’Azerbaïdjan n’a pas cessé ses actions internationalement illégales, en particulier, il a poursuivi ses opérations agressives et offensives, la captivité des militaires, des civils, des meurtres prémédités, la destruction d’églises, le patrimoine culturel arménien en général.

À cet égard, il convient de souligner que la situation créée par l’utilisation illégale de la force militaire par l’Azerbaïdjan, la violation flagrante de ses propres obligations internationales, les violations massives et systématiques du droit international humanitaire, les normes relatives aux droits de l’homme ne peuvent pas servir de base au règlement de le conflit azerbaïdjanais-Karabakh.

Il est bien connu que les normes du droit international interdisent la reconnaissance de toute réalisation territoriale résultant de la menace ou de l’emploi de la force. De plus, le recours à la force ne peut invalider l’un des principes fondamentaux du droit international, l’égalité des peuples et l’autodétermination consacrés par la Charte des Nations Unies et d’autres instruments internationaux fondamentaux.

La position du fonctionnaire Stepanakert et la volonté du peuple d’Artsakh sont inchangées. L’Artsakh ne fera jamais partie de l’Azerbaïdjan. « La pierre angulaire d’un règlement global du conflit entre l’Azerbaïdjan et le Karabakh, l’établissement d’une paix durable et durable dans la région, est la reconnaissance du droit inaliénable à l’autodétermination exercé par le peuple d’Artsakh ;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :