L’Azerbaïdjan a profité de la préoccupation totale de la communauté internationale face à la crise ukrainienne, en entreprenant des actions flagrantes en violation de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales, a déclaré le député arménien, président de la commission parlementaire des relations extérieures Eduard Aghajanyan, s’adressant à l’Assemblée parlementaire de Conseil de l’Europe (APCE).

« Plus précisément, sur la base de la demande du gouvernement, la Cour européenne des droits de l’homme a indiqué des mesures provisoires en appelant l’Azerbaïdjan à s’abstenir de toute action susceptible de contribuer à des violations des droits des civils garantis par la Convention et à respecter leurs obligations au titre de la Convention européenne des droits de l’homme et Libertés fondamentales », a déclaré le député.

Il a toutefois noté qu’en dépit de ce qui précède, même après l’indication des mesures provisoires par la Cour, l’Azerbaïdjan a continué de violer ses obligations au titre de la Convention.

«Ainsi, depuis février 2022, les forces armées azerbaïdjanaises ont continuellement terrorisé la population des villages limitrophes de l’Artsakh par divers actes criminels de menace physique et de pression psychologique, par des déclarations directes, menaçantes et intimidantes adressées à la population civile à l’aide de haut-parleurs. Dans des déclarations régulièrement diffusées, la population des villages limitrophes se fait dire d’arrêter l’agriculture et de quitter ses maisons, sous peine d’être menacée par la reprise physique de leurs familles », a déclaré Aghajanyan.

Il a noté qu’au cours de la même période, le 7 mars, l’approvisionnement en gaz du Haut-Karabakh a été interrompu, laissant plus de 150 000 personnes sans chauffage, avec 1,5 mètre de neige au sol et dans des conditions de gel sans précédent.

« Avec beaucoup de pression internationale, l’Azerbaïdjan a rétabli l’approvisionnement en gaz le 19 mars pour le couper à nouveau après 2 jours », a-t-il ajouté.

« Tout ce qui précède est un exemple classique d’acte de nettoyage ethnique. Et tandis que sur les plateformes internationales, les responsables azerbaïdjanais déclarent souvent que le conflit du Haut-Karabakh est terminé et que les Arméniens du Haut-Karabakh peuvent vivre en paix chez eux, sur le terrain, l’Azerbaïdjan tente d’imposer un dernier cycle de nettoyage ethnique des Arméniens du Haut-Karabakh, profitant de la distraction de la communauté internationale par la crise ukrainienne », a poursuivi le député.

Malgré cela, a-t-il déclaré, « l’Arménie reste attachée à un programme de paix dans le Caucase du Sud et voit la résolution finale et pacifique du conflit du Haut-Karabakh sous les auspices de la coprésidence du Groupe de Minsk de l’OSCE« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :