Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé le sixième et dernier examen de l’ accord de confirmation  avec l’Arménie. L’achèvement de l’examen permettra aux autorités de prélever 25,716 millions de DTS (environ 35 millions de dollars EU), portant le total des décaissements à 308,8 millions de DTS (environ 415 millions de dollars EU) au titre du SBA (« stand by arrangement » ; accord de confirmation temporaire) triennal de l’Arménie. Le SBA a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 17 mai 2019 et augmenté le 18 mai 2020. La décision du Conseil d’administration a été prise sans réunion. 

L’accord de confirmation de 3 ans, approuvé en mai 2019, arrive à échéance le 16 mai 2022, après la conclusion de cette revue. Malgré les divers chocs intérieurs et extérieurs qui ont frappé l’économie au cours des trois dernières années, la performance du programme a été satisfaisante et d’importantes réformes structurelles ont été avancées.

L’économie arménienne a continué de se redresser en 2021 et au début de 2022, en grande partie grâce aux efforts de gestion économique des autorités. Ils ont persévéré dans la mise en œuvre de politiques solides et sont restés proactifs pour ajuster les politiques de manière appropriée aux évolutions imprévues. 
Plus généralement, au cours du programme triennal, les autorités ont avancé d’importantes réformes structurelles et institutionnelles, notamment sur l’amélioration de la conformité fiscale, l’affinement du processus budgétaire, le renforcement du cadre de ciblage de l’inflation et le soutien à la stabilité du secteur financier, ainsi que la mise en œuvre de réformes visant à renforcer la gouvernance, favoriser la transparence et lutter contre la corruption. Un taux de change flexible est plus ancré dans le cadre politique du pays. 

Les autorités ont également élaboré un ambitieux programme de réforme à moyen terme qui, s’il est mis en œuvre avec succès, pourrait conduire à une croissance plus forte et plus « inclusive ».

Les perspectives économiques pour 2022 sont soumises à une forte incertitude en raison des retombées de la guerre en Ukraine. 

Malgré la forte dynamique du début de 2022, la croissance économique devrait ralentir à environ 1,5 % cette année, principalement en raison de la baisse de la consommation et de la contraction des échanges. 

L’inflation devrait rester élevée en raison de la hausse des prix des importations, en particulier des denrées alimentaires et du pétrole, et le compte courant devrait s’élargir à mesure que l’économie s’ajuste aux chocs.

 À cet égard, le récent resserrement de la politique de l’ABC témoigne de sa ferme volonté de contenir les pressions inflationnistes et d’ancrer les anticipations d’inflation. Ses initiatives de surveillance en cours contribueraient également à préserver la stabilité financière. L’espace budgétaire doit être utilisé avec prudence pour atténuer l’impact négatif de la guerre en Ukraine sur l’économie, tout en continuant à soutenir les efforts d’assainissement budgétaire à moyen terme des autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :