via le journal arménien  » Agos  » d’Istanbul et son rédacteur en chef Bagrat Astukian

Le porte-parole du président turc Ibrahim Kalın  a déclaré lors d’une rencontre avec les Turcs à Chicago que le processus de normalisation des relations Arménie-Turquie réduirait l’énergie du lobby arménien aux États-Unis, qui a largement contribué au sentiment anti-turc dans la société américaine.

Il est possible qu’à la suite de ce processus, l’énergie de la communauté arménienne aux États-Unis diminue, car la propagande anti-turque peut jouer un rôle dans cette énergie, donc à partir du moment où les relations Arménie-Turquie s’améliorent, leur énergie va diminuer. 

Je ne discuterai pas dans quelle mesure cette énergie est spécifiquement arménienne, mais elle n’a pas conduit à une Arménie développée et prospère. Cette énergie de la communauté arménienne aux États-Unis n’a eu d’utilité concrète dans cette direction. Si un pays améliore ses relations avec un pays voisin, c’est un bon développement. 

La normalisation des relations entre ces pays, que ce soit la Turquie ou l’Azerbaïdjan, l’établissement de relations diplomatiques est un progrès, mais ce progrès n’est pas si bénéfique pour certains cercles en Amérique, car leur énergie doit être consommée.

Kalın a également déclaré que la normalisation des relations arméno-turques amènera l’Arménie à un pays enclavé, économiquement faible et sous la tutelle de la Russie, à la fois en termes politiques et économiques. Comment évaluez-vous cela?

Oui, c’est vrai, c’est pourquoi au cours des 30 dernières années, chaque gouvernement a toujours voulu avoir des frontières ouvertes pour se connecter avec le reste du monde. Par conséquent, s’il y a des progrès dans cette direction aujourd’hui, c’est un processus encourageant. Ce processus doit être encouragé et non entravé.

Dans le cadre de la normalisation des relations arméno-turques, des émissaires ont déjà été nommés des deux côtés. À votre avis, quelle est la probabilité que ce processus produise des résultats ?

L’important ici, ce sont les principes de normalisation de ces relations. À ce jour, la Turquie a toujours posé des conditions préalables inacceptables à l’Arménie dans toutes ces démarches. Aujourd’hui, la Turquie poursuit cet objectif, en l’occurrence le corridor de Zangezur. Si nous traitons de telles demandes et contraintes, nous laisserons ce processus avec des pertes, pas des gains. 

C’est pourquoi l’Arménie doit maintenir sa position en termes de négociations sans conditions préalables. L’Arménie doit rester neutre dans ces négociations, car le pays qui bloque l’Arménie est la Turquie, et non l’Arménie qui bloque la Turquie. L’Arménie n’a interdit l’importation de produits turcs que pendant la dernière guerre d’Artsakh, et la partie turque et l’Azerbaïdjan bloquent l’Arménie depuis 30 ans.

Pensez-vous qu’il y aura une percée dans les relations arméno-turques en 2022 ?

Bien sûr, il faut attendre patiemment les rencontres des deux envoyés, pour voir comment ils vont procéder, dans quelle langue ils vont se parler. La coercition et les conditions préalables de la Turquie devraient-elles continuer ? C’est ce qu’il faut considérer en premier lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :