Abuser des prisonniers de guerre est un crime de guerre

L’Azerbaïdjan devrait enquêter sur tous les abus possibles contre les prisonniers de guerre arméniens et demander des comptes aux responsables, a déclaré Giorgi Gogia, directeur associé pour la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch.

« Après les combats du 16 novembre, les pires depuis la fin de la 2e guerre du Karabakh l’année dernière, l’Azerbaïdjan a capturé au moins 13 soldats arméniens. Des dizaines de vidéos sur les réseaux sociaux montrent les forces azerbaïdjanaises soumettant des prisonniers de guerre à des traitements cruels et dégradants en détention. Abuser des prisonniers de guerre est un crime de guerre », a déclaré M. Gogia dans une publication sur Twitter.

« D’autant plus que certains des soldats commettent des abus avec fierté et ne cachent même pas leur visage. L’Azerbaïdjan est également lié par l’interdiction absolue de la torture et autres traitements dégradants », a-t-il ajouté.

« Des vidéos odieuses, que HRW n’a pas encore vérifiées de manière indépendante, montrent des coups, des coups de pied et des piétinements de prisonniers de guerre arméniens, ainsi que des insultes contre leur dignité. Les conventions de Genève protègent les prisonniers de guerre « en particulier contre les actes de violence ou d’intimidation et contre les insultes et la curiosité publique », a déclaré Giorgi Gogia.

Il a rappelé qu’en vertu de la IIIe Convention de Genève, les combattants capturés devraient se voir accorder le statut de prisonnier de guerre et être renvoyés après la fin des hostilités.

L’année dernière, Human Rights Watch a documenté un schéma d’abus à l’encontre de prisonniers de guerre arméniens détenus en Azerbaïdjan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :