INTERVIEW du leader du « Mouvement eurasien international » , le politologue russe Alexander Douguine

Par Mariam Grigoryan

– M. Douguine , les dirigeants de la Russie et de l’Azerbaïdjan ont signé une déclaration sur la coopération alliée à Moscou. Vous avez mentionné plus tôt que l’Azerbaïdjan devrait compenser la Russie pour l’avoir aidé pendant la guerre, devenir membre de l’OTSC et de l’UEE. À quel point la signature d’une telle déclaration est-elle proche de Bakou ?

 Je pense que la signature de cette déclaration était attendue depuis longtemps. La Russie renforce sa coopération avec l’Azerbaïdjan. Moscou suppose que Bakou est son partenaire stratégique. À mon avis, la perspective que l’Azerbaïdjan devienne membre de l’OTSC et de l’UEE devient tout à fait probable. Les événements se développent dans ce sens. Le calendrier de tels processus s’accélère dans le contexte de relations tendues entre la Russie et l’Occident. Je tiens également à souligner qu’il n’est pas dirigé contre les intérêts de l’Arménie ou d’autres pays.

– En d’autres termes, considérez-vous la perspective que l’Azerbaïdjan devienne membre de l’OTSC et de l’UEE possible à court terme ?

– Oui, je suppose qu’il en sera ainsi. À mon avis, cela a également été discuté dans les étapes précédentes, mais le moment exact dépend de nombreux facteurs, qui ne peuvent pas être clairement définis. À mon avis, c’est maintenant une période très favorable pour cela.

– Il est mentionné que cette coopération n’est pas contre l’Arménie, mais Erevan n’a-t-elle aucune raison de s’inquiéter dans le contexte de relations russo-azerbaïdjanaises plus étroites ? Peut-être n’y a-t-il pas de différence formelle entre Bakou et Erevan ?

 A mon avis, dans cette situation, les principales causes du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont neutralisées. Les deux pays souhaitent améliorer leurs relations. La normalisation de ces relations dans le cadre de l’OTSC se fera dans des conditions plus favorables.

– Et peut-être que l’Arménie est contre ?

– Bien sûr, les cercles aux humeurs nationalistes en Arménie peuvent être contre, mais si la mentalité politique rationnelle prévaut en Arménie, alors Erevan ne sera pas contre l’adhésion de l’Azerbaïdjan à l’OTSC. Et si l’emporte un raisonnement irrationnel en Arménie, alors oui, ils s’y opposeront et ce sera contre les intérêts de la République d’Arménie. Ce ne sera pas une approche constructive, alors qu’à mon avis l’Arménie est maintenant prête pour un travail constructif. 

L’Arménie doit comprendre le prix à payer de solliciter l’aide occidentale pour contenter les sentiments anti-russes. Cela conduira à la destruction de l’Arménie. Il est évident pour tout le monde que si l’Arménie fait un pas vers l’ouest, alors il cessera d’exister. 

L’amitié avec la Russie rapporte beaucoup si vous la développez de manière correcte et adéquate. À mon avis, la direction de la RA a fait toutes les enquêtes. Bien sûr, l’Arménie peut soulever certaines questions, exprimer son point de vue sur l’adhésion de l’Azerbaïdjan à l’OTSC et à l’UEE, c’est son droit. Personne ne nie ce droit, tous les participants examineront les problèmes et les propositions de l’Arménie. À mon avis, maintenant tout se développe dans une direction constructive.

– Pensez-vous que les Etats membres de l’UEE peuvent désormais s’abstenir de soutenir la Russie à la lumière des événements en Ukraine, y compris la perspective de reconnaître Donetsk et Lougansk ? Le ministère des Affaires étrangères d’Arménie, par exemple, annonce qu’une telle question n’est pas à l’ordre du jour pour le moment.

– Dans cette situation, nous pouvons manquer cette question, car maintenant tout commence. Les relations entre la Russie et l’Ukraine s’établissent désormais à un niveau de tension très élevé. Alors, bien sûr, si les États membres de l’OTSC et de l’UEE suivent l’exemple de la Russie en ce moment, comme l’ont fait le Nicaragua, la Syrie et le Venezuela, alors très bien, ce sera formidable. 

La reconnaissance de l’indépendance de Lougansk et de Donetsk n’est pas la résolution d’une situation, donc si les États membres de l’OTSC et de l’UEE veulent attendre une prochaine étape en ne reconnaissant pas spontanément ces républiques, soit. Mais s’ils montraient leur solidarité et leur amitié avec la Russie, Poutine en serait sans doute considérablement ému. Qui sera le premier à s’engager dans une telle reconnaissance à ce stade précoce ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :