Les autorités arméniennes en dissonnance avec la diaspora

Traduction d’un entretien avec Jirayr Kocharyan, membre de la Commission de reconnaissance du génocide arménien en Allemagne , professeur agrégé à l’ Université d’ État libre de Berlin et arménologue .

– M. Kocharyan, quelles sont vos observations sur les pourparlers arméno-turcs ? Récemment , le ministre turc des Affaires étrangères Çavuşoglu a déclaré que la position de la diaspora arménienne , en particulier les Arméniens des États – Unis et de France , qui , selon ses mots , ne soutiennent pas ce processus , peut jouer un rôle dans ce processus . A votre avis, quel sera le rôle de la diaspora dans ce dossier ?

 Je peux partager mes observations, compte tenu de ce qui se passe en Allemagne. Il y a environ 4 millions de personnes originaires de Turquie, dont des Grecs, des Arméniens et des Assyriens. Je ne vois pas de processus démontrant que les Turcs veulent vivre en paix avec les Arméniens. Nous savons très bien que, dans le meilleur des cas, l’Arménie se retrouvera au point où se trouve la Géorgie aujourd’hui, tout est entre les mains des Turcs, à commencer par les hôtels, les entreprises de téléphonie mobile, les magasins. 

Aujourd’hui, Batoumi est bien plus une ville turque qu’une ville géorgienne ; Je regarde tout cela avec méfiance, car l’offre vient de Turquie.

La Turquie nous demandera plus, et nous n’avons pas les moyens de faire pression sur la Turquie. Le meilleur exemple est l’accord conclu le 9 novembre avec l’Azerbaïdjan, quand on voit que l’opposant ne respecte pas l’accord qu’il a signé.

J’ai mentionné qu’au moins 4 millions de Turcs vivent ici [en Allemagne]. Lorsque le génocide devait être reconnu par le Bundestag, le million sept cent mille Turcs vivant en Allemagne, qui conservaient toujours leur citoyenneté turque, ont voté pour Erdogan lors des élections. 

Autrement dit, les Turcs, qui vivent dans un pays plus démocratique, élisent un dictateur. Ainsi, lors de la reconnaissance du génocide, les 1 500 organisations turques en Allemagne étaient toutes contre. 

Si les Turcs de deuxième génération vivant en Allemagne ont une telle mentalité et soutiennent la politique agressive de la Turquie, vous pouvez deviner quelle est la situation en Turquie. 

Je rejoins mes autres amis arméniens de la diaspora et mentionne que je suis contre ce processus. Les Turcs ont fermé la frontière, qu’ils l’ouvrent aussi.

Il y a une autre question. Qu’y gagnera l’Arménie ? Ils disent que l’Arménie utilisera ce territoire et vendra ses marchandises en Europe. Qu’avons-nous à vendre en Europe ? L’Arménie inondera-t-elle les marchandises turques et la petite économie existante échouera-t-elle ? Les légumes bon marché venus de l’Ouest nous inciteront-ils à consommer local ? Nos villageois ne vont-ils pas péricliter ?

– En tout cas, le processus a déjà commencé, peut-être que la diaspora sera impliquée et sa position sera connue et elle participera.

– J’ai toujours dit que la Diaspora ne devrait pas jouer un rôle dans le gouvernement de la République d’Arménie, il y a une grande différence entre les habitudes et la mentalité des Arméniens de la Diaspora et des Arméniens d’Arménie. Mais la diaspora peut tenir un rôle consultatif, aider, montrer de nouvelles voies, mais malheureusement ces propositions ne sont pas acceptées. 

Le rédacteur en chef du California Courier, Harut Sassounian, a suggéré de ne pas changer l’ambassadeur arménien à Washington, car c’était un très bon diplomate, il connaît l’atmosphère politique actuelle. Mais comme vous le savez, un changement a eu lieu. Si votre travail est apprécié, les autorités viennent-elles vous consulter ? En d’autres termes, l’État dépense tellement d’argent pour maintenir l’académie, mais n’utilise jamais ces pourboires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :