Le Comité national arménien d’Amérique-Région occidentale a publié vendredi une déclaration dans laquelle il exprime sa ferme objection aux efforts actuels de normalisation des relations entre Erevan et Ankara, citant la « menace permanente que la Turquie fait peser sur la souveraineté de la République d’Arménie » et les droits fondamentaux du peuple arménien. 

L’ANCA-WR a également appelé les États-Unis « à user de leur influence dans ce processus non seulement pour dissuader les ambitions hégémoniques de la Turquie, mais aussi pour empêcher la Turquie d’utiliser ce processus pour échapper à la responsabilité de ses crimes historiques contre l’humanité et de son agression continue contre le peuple arménien ». aujourd’hui. »

Vous trouverez ci-dessous le texte complet de la déclaration.

Dans le sillage des efforts de normalisation en cours entrepris par les gouvernements turc et arménien, le Comité national arménien d’Amérique – Région occidentale (ANCA-WR) appelle les États-Unis à user de leur influence pour empêcher la Turquie de contraindre l’Arménie à une situation inéquitable et hypocrite. rapprochement au détriment de la justice pour le génocide arménien et de la responsabilité de l’implication de la Turquie dans la perpétration d’atteintes flagrantes aux droits de l’homme lors de l’invasion et de l’occupation de l’Artsakh.

Il est clair que les ouvertures d’Ankara vers le rapprochement sont fourbes – en particulier à la lumière de son déni impénitent du génocide arménien, de la persécution et du harcèlement continus du peuple arménien et de ceux qui osent prendre position contre le régime injuste, et pour son soutien indéfectible à l’Azerbaïdjan invasion génocidaire de la République d’Artsakh ainsi que de la région de Syunik en Arménie.

Malgré l’insistance d’Ankara pour que la normalisation se déroule sans conditions préalables, comme en témoigne son hostilité persistante envers le peuple arménien, le gouvernement turc a refusé de rejeter des conditions préalables de longue date qui menacent l’existence même de la nation arménienne : sa demande de la renonciation de l’Arménie au soutien pour la reconnaissance du génocide arménien, la reddition de l’Artsakh à l’Azerbaïdjan, la démarcation de la frontière de facto entre l’Arménie et la Turquie et la dépossession qui en a résulté des terres ancestrales arméniennes, et – suite à l’invasion de l’Artsakh par l’Azerbaïdjan – la bifurcation de la République d’Arménie à travers sa revendication de la création du soi-disant « corridor de Zangezur ».

Suite à cela, l’ANCA-WR est préoccupé par le soutien sans réserve de l’administration Biden à la normalisation – qui a été salué par le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan après une réunion à la fin de l’année dernière avec son homologue arménien, et récemment avec le conseiller en chef du président de la Turquie – et exhorte les États-Unis à n’imposer aucun processus à l’Arménie qui porterait atteinte aux droits du peuple arménien et à la sécurité de la nation arménienne. 

Comme cela a été démontré par sa rhétorique et ses actions, Ankara a non seulement refusé de répondre aux préoccupations fondamentales du peuple arménien concernant la normalisation des relations – il a cherché à exacerber ces préoccupations en prenant des mesures contraires aux objectifs de normalisation alors que les États-Unis Les États sont restés silencieux et ont refusé de tenir la Turquie responsable.

En tant que tel, l’ANCA-WR appelle les États-Unis à contrer activement les efforts entrepris par le gouvernement turc sous couvert de normalisation qui sont incompatibles avec les politiques, les valeurs et les intérêts déclarés de l’Amérique – en particulier, sa reconnaissance sans équivoque du génocide arménien, son rejet de complicité continue dans la campagne de négationnisme en cours de la Turquie, et son rôle d’honnête courtier régional en tant que coprésident du groupe de Minsk de l’OSCE. 

Cela inclut les efforts opposés qui :

  • Reléguer le génocide arménien à une question de débat historique – comme ce fut le cas lors des protocoles Turquie-Arménie de 2009 soutenus par les États-Unis – et empêcher que justice soit rendue à ses victimes et survivants.
  • Excusez le déni d’Ankara du génocide arménien, sa propagation de la rhétorique valorisant les auteurs du génocide arménien et ses efforts continus pour poursuivre et harceler ceux qui demandent justice pour les victimes et les survivants de ce crime contre l’humanité. 
  • Précéder les enquêtes mandatées par la loi américaine sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) sur la conduite de la Turquie et de l’Azerbaïdjan pendant la guerre de l’Artsakh de 2020, en particulier en ce qui concerne les violations du droit international commandées et approuvées par Ankara.
  • Forcer de nouvelles concessions territoriales à l’Arménie comme conditions préalables à la normalisation – à savoir, l’intérêt manifesté par la Turquie pour l’établissement du soi-disant « corridor de Zangezur » en violation de la souveraineté de la République d’Arménie.
  • Saper le règlement à long terme du conflit du Haut-Karabakh, en particulier en ce qui concerne le droit fondamental à l’autodétermination des Arméniens d’Artsakh face à l’agression en cours de la Turquie et de l’Azerbaïdjan.
  • Menacer le mandat du Groupe de Minsk de l’OSCE – l’organe chargé de superviser la résolution du conflit d’Artsakh – en particulier au milieu des efforts déployés par l’allié de la Turquie, l’Azerbaïdjan, pour faire dérailler les efforts de médiation internationale, notant les récentes remarques du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev déclarant que le « [ Groupe de Minsk de l’OSCE] ne devrait pas s’occuper du conflit du Haut-Karabakh parce qu’il est résolu.
  • Mettre en danger les sites du patrimoine culturel arménien et chrétien menacés par la campagne concertée d’effacement et d’appropriation culturelle du gouvernement turc, exacerbée par l’exclusion des communautés arméniennes et d’autres communautés autochtones d’un protocole d’accord américano-turc concernant les antiquités culturelles – qui a été militarisé par Ankara pour exercer davantage de contrôle sur les biens culturels autochtones tout en poursuivant leur destruction.

L’administration Biden a exprimé à plusieurs reprises son engagement envers les droits de l’homme et la démocratie en tant que pierre angulaire de sa politique étrangère, mais son soutien imprudent à ce processus de normalisation inéquitable enhardira invariablement une Turquie de plus en plus voyou – sans vergogne dans son mépris de la paix régionale, de la sécurité et de l’humanité. aux dépens de l’Arménie, l’une des rares démocraties de la région. 

Les ouvertures de la Turquie vers la normalisation des relations avec l’Arménie ne sont pas assorties d’un changement de comportement. Au contraire, la façade de la normalisation est déployée par la Turquie pour détourner l’attention de sa politique d’agression inchangée. En tant que tel, les États-Unis – conformément à leur prétendu engagement envers les droits de l’homme et la démocratie – ne doivent pas enhardir les tentatives de la Turquie d’utiliser la normalisation comme plate-forme pour tirer parti de la vulnérabilité de l’Arménie et forcer de nouvelles concessions.

Il incombe aux États-Unis d’utiliser leur influence dans ce processus non seulement pour dissuader les ambitions hégémoniques de la Turquie, mais aussi pour empêcher la Turquie d’utiliser ce processus pour échapper à la responsabilité de ses crimes historiques contre l’humanité et de son agression continue contre le peuple arménien aujourd’hui. 

L’ANCA-WR réaffirme à nouveau sa ferme objection à la normalisation alors que la Turquie représente une menace permanente pour la souveraineté de la République d’Arménie et les droits fondamentaux du peuple arménien, et rejette toute pression pour s’engager dans des efforts de normalisation qui violent les intérêts de la nation arménienne sur les questions de souveraineté de la République arménienne, le droit à l’autodétermination de la République d’Artsakh et la justice pour les victimes et les survivants du génocide arménien.

L’ANCA-WR s’engage à s’opposer à la complicité et à la légitimation de l’agenda destructeur de la Turquie comme elle l’a fait il y a plus de dix ans en réponse aux termes inacceptables des protocoles Turquie-Arménie de 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :