Via HETQ (lien en bas de page – image article : Armen Mirzoyan)

C’est un propos typique des potentats indétrônables quand il s’agit de défendre un honneur terni par une presse libre. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a accusé « certaines puissances occidentales ayant des liens étroits avec l’Arménie » d’avoir lancé une campagne pour ternir l’image de l’Azerbaïdjan et affaiblir sa position après la guerre du Karabakh en 2020.

Aliyev, dans une interview avec le journal italien la Repubblica concernant les récentes révélations de Pandora Papers sur les transactions commerciales de sa famille, a déclaré que de telles enquêtes ne sont pas du journalisme mais l’œuvre des cercles occidentaux opposés à l’Azerbaïdjan.

« On sait qui est derrière. On comprend pourquoi ils mentionnent l’Azerbaïdjan. Il est naturel que la victoire de l’Azerbaïdjan dans la deuxième guerre du Karabakh ait été une surprise pour beaucoup. L’Arménie est devenue plus active. Nous attendions cela. Nous savions que la campagne de dénigrement de l’Azerbaïdjan recommencerait ».

 Le président azerbaïdjanais a déclaré qu’avant de prendre ses fonctions, il était engagé dans les affaires, soulignant qu’il était un homme d’affaires prospère.

« Après avoir été élu président, j’ai renoncé à l’entreprise et l’ai transmis à mes enfants. Leur capital se trouve principalement en Azerbaïdjan, mais il est également en dehors de ses frontières. Toutes leurs activités commerciales sont transparentes », a déclaré Aliyev à la Repubblica.

Aliyev a déclaré qu’il avait été informé des révélations et qu’il ne les avait pas lues lui-même. Il a dit que les révélations pourraient être exactes à cinq pour cent, mais le reste est fictif.

Les Pandora Papers se composent de 11,9 millions de documents divulgués avec 2,9 téraoctets de données que le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publiés à partir du 3 octobre 2021.

Les documents divulgués ont été partagés avec des médias d’investigation du monde entier, y compris l’OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project). L’OCCRP a examiné les documents et a découvert qu’un vaste réseau de sociétés offshore avait aidé la famille Aliyev à acquérir de vastes propriétés immobilières à Londres.

L’OCCRP, le 3 octobre 2021, a résumé les principales conclusions de son enquête :  

  • Trois enfants et deux proches collaborateurs du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev ont utilisé des sociétés offshore secrètes pour acquérir de luxueux penthouses, des bureaux commerciaux et même une vieille taverne au cœur de Londres.
  • Des documents divulgués dans les Pandora Papers révèlent comment ces propriétés étaient détenues par un réseau interconnecté de 84 sociétés offshore.
  • Il a été rapporté que les Aliyev possèdent des millions de biens à l’étranger. Mais cette fortune éclipse leurs avoirs précédemment connus au Royaume-Uni – et les dossiers nouvellement obtenus mettent en lumière les mécanismes offshore complexes qui lui permettent de rester secret.

« Son fils, Heydar, a acquis sa première société offshore alors qu’il était encore à l’école primaire. Sa fille Arzu, qui a étudié la psychologie à Londres, venait d’avoir 19 ans lorsqu’elle a acquis la sienne », a écrit l’OCCRP.

Certaines des 84 sociétés offshore ont fermé ces dernières années et certains biens immobiliers ont été vendus selon l’OCCRP. En 2017, les Aliyev ont transféré pour 191 millions de dollars de biens immobiliers à un fonds créé et contrôlé par le beau-père d’Ilham Aliyev.

source :

https://hetq.am/en/article/136639?fbclid=IwAR2rKkVgvIWrV7KIupWOLbUsRjtc8eIheR80HAbQ8ANT_Uk0HzefFABU2c0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :