OPINION — Traduction de l’analyse de Amy A. Holmes, chercheuse au Woodrow Wilson Center for Scholars, dans le journal américain The Hill, le 28/08/21
source : https://urlz.fr/gn7Q

L’aviation turque bombarde le Kurdistan irakien
L’aviation turque bombarde le Kurdistan irakien – Rojinfo

Alors que les États-Unis et le reste du monde se concentraient sur l’Afghanistan, la Turquie a mené des frappes aériennes qui ont touché des survivants du génocide Assyro-Yézidi en Irak et des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) – des alliés qui ont mené la lutte contre l’Etat islamique.

En août 2014, des militants de l’État islamique ont lancé un assaut sur Sinjar, en Irak, tuant des milliers de yézidis – un groupe religieux minoritaire avec des racines dans le nord de l’Irak, le sud-est de la Turquie, la région du Caucase et l’Iran. Les militants ont agressé des hommes et réduit en esclavage des femmes et des enfants yézidis. De là, en février 2015, l’Etat islamique s’est déchaîné en Syrie, où il a attaqué des villages assyriens et enlevé des chrétiens.

Les États-Unis ont reconnu ces atrocités comme un génocide et ont investi des ressources considérables pour aider les communautés menacées à se rétablir.

L’offensive en cours de la Turquie en Irak et en Syrie rend tout processus de reprise beaucoup plus difficile, voire impossible. Le 16 août à Sinjar, un drone turc a tué le leader yézidi Hassan Saïd le jour où il devait rencontrer le Premier ministre irakien Mustafa Khadimi. C’était la première visite d’un Premier ministre irakien à Sinjar dans l’ère post-Saddam.
Lorsque Daech a attaqué en 2014, Hassan a refusé d’abandonner sa communauté et a aidé à distribuer de l’aide aux Yézidis qui ont cherché refuge contre Daech sur le mont Sinjar. Il a ensuite aidé à créer les unités de résistance Sinjar (YBS), une force de sécurité locale établie pour défendre Sinjar au lendemain du génocide.

La Turquie considère l’YBS comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – un groupe désigné comme terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne – bien que l’YBS ait été créé pour lutter contre l’Etat islamique.
C’était peut-être l’assassinat d’un citoyen irakien le plus médiatisé que la Turquie ait commis dans l’histoire récente. Le lendemain, une clinique médicale à Sinjar a été détruite par des frappes aériennes turques, tuant huit personnes. Quatre des victimes étaient des travailleurs de la santé et quatre étaient membres de YBS.

Ci-dessous, les différentes couleurs désignent les régions Kurdes de Turquie, d’Irak, de Syrie et d’Iran :

La guerre cachée de la Turquie en Irak
(carte tirée de l’article « Turkey’s Ghost War in Iraq » du Washington Kurdish Institute)

En Syrie, la Turquie a frappé plusieurs villes : Qamishli, Ain Issa et Tel Tamer, qui fait partie de la région chrétienne assyrienne le long de la rivière Khabur. Quatre membres des FDS ont été tués par des frappes turques en Syrie, dont un éminent commandant kurde des unités de protection des femmes, Sosin Ahmed.

L’YBS fait désormais partie des Forces de mobilisation tribale irakiennes, qui est une branche des Forces de mobilisation populaire et, par conséquent, est intégrée aux forces de sécurité irakiennes. Les membres de YBS sont payés par Bagdad. Hassan était commandant du 80e régiment des forces armées et avait souligné à plusieurs reprises dans des vidéos qu’il n’était pas membre du PKK. Le fait qu’il était à la tête d’un régiment des Forces de mobilisation populaire, qu’il devait rencontrer le Premier ministre et qu’il était marié (il est interdit aux cadres du PKK de se marier) suggère qu’il était, en fait, un commandant de l’YBS et non comme le prétendent les autorités turques, un membre du PKK hors-la-loi.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la clinique de Sinjar était une maison sûre du PKK. Mais les affirmations du gouvernement turc ne sont pas toujours fiables.

Grâce à des années de travail sur le terrain sur les opérations turques en Syrie et en Irak, Amy Holmes [l’auteur, NDLR] a créé des ensembles de données sur les frappes aériennes à Sinjar, les violations du cessez-le-feu turques en Syrie et sur le conflit armé entre la Turquie et les milices soutenues par la Turquie et les forces démocratiques syriennes/unités de protection du peuple kurde ( GPJ). Voici trois exemples de la façon dont les allégations du gouvernement turc concernant le conflit ne résistent pas à un examen minutieux.

  • Premièrement, la Turquie a justifié ses interventions de 2018 et 2019 en Syrie en affirmant que la présence des SDF/YPG le long de sa frontière sud constituait une grave menace. Mais mon analyse des données du projet Armed Conflict Location and Event Data indique que le contraire est plus proche de la vérité. Entre janvier 2017 et août 2020, la Turquie et les forces soutenues par la Turquie ont mené 3 319 attaques contre les SDF/YPG ou des civils. En revanche, les SDF/YPG ont mené 22 attaques transfrontalières en Turquie. Les responsables turcs affirment que leurs attaques contre les SDF/YPG étaient du tac au tac. Mais c’est mathématiquement impossible.
  • Deuxièmement, après avoir signé l’accord de cessez-le-feu négocié par les États-Unis en Syrie en octobre 2019, la Turquie a promis de protéger les civils et les minorités religieuses et ethniques. Cependant, les yézidis, les chrétiens et les kurdes ont fui en masse les zones de Syrie occupées par les Turcs. Les données que j’ai analysées ont montré que la Turquie et les milices soutenues par la Turquie ont violé l’accord de cessez-le-feu américain plus de 800 fois au cours de la première année suivant sa signature. La région chrétienne assyrienne de Tel Tamer était visée chaque mois.
  • Enfin, j’ai dirigé un projet de recherche qui analysait l’impact des frappes aériennes turques sur les yézidis à Sinjar. En explorant les données de cinq sources différentes, nous avons découvert que la Turquie avait frappé Sinjar avec des grèves chaque année au cours des cinq dernières années. L’activité militaire turque est un obstacle majeur à la reprise. Au cours du seul mois de juillet, 472 Yézidis qui ont tenté de retourner à Sinjar pour reconstruire leur vie ont fini par se réinstaller dans des camps de déplacés internes.

Comme ces exemples l’illustrent, les allégations turques concernant les opérations « anti-PKK » doivent être vérifiées. Les partisans yézidis réclament depuis longtemps la fin de la campagne de bombardement turque à Sinjar.

En 2018, la lauréate du prix Nobel Nadia Murad a rencontré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu pour demander à la Turquie et à l’Irak d’empêcher « tout nouvel attentat à la bombe à Sinjar ». Les récents événements tragiques dans la région devraient galvaniser la communauté internationale pour qu’elle entende enfin son appel à l’aide.

Il existe un soutien bipartite au Congrès pour aider les communautés à se remettre du génocide – et pour soutenir nos partenaires des Forces démocratiques syriennes qui se sont battus pour arrêter le génocide. Le 9 août, 27 membres du Congrès ont envoyé une lettre au secrétaire d’État Anthony Blinken demandant un briefing sur le programme de drones de la Turquie.

L’escalade des attaques turques en Syrie et en Irak offre aux décideurs américains un choix difficile. Permettre à la Turquie de poursuivre ses opérations de déstabilisation ? Ou permettre aux survivants du génocide une chance de se reconstruire et de se rétablir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :