Arman BABAJANYAN

Comme on le sait, le Sommet arménien mondial se tiendra à Erevan du 28 au 31 octobre.
Le siège d’Etchmiadzine et le Catholicos de Cilicie ont déclaré hier que, pour un certain nombre de raisons, ils ne voient pas la participation de l’Église aux activités du sommet comme appropriée.
Parmi les raisons, l’absence d’un des partis traditionnels et de quelques personnalités influentes de la liste des invités est particulièrement soulignée.
Qui aurait pu imaginer qu’en ce moment fatidique, alors que la continuité de l’État arménien est menacée, les trônes de l’archevêché de l’Église apostolique arménienne puissent refuser de participer au Sommet arménien mondial simplement parce que Dashnaktsutyun, les affiliés a Papazian et co ont dit qu’ils n’y participeront pas.

PS: (Ils ne sont pas invités pour des raisons très évidentes de leurs comportements anti-étatiques et de leur relation secrète avec Kocharyan & Poutine. Kocharyan lui-même est « le diable » responsable de tout ce qui est arrivé à l’Arménie et étant un agent du KGB, donc les Dashnaks se sentent très à l’aise avec KREMLIN)

Une église qui était silencieuse lorsque les chefs d’État ont été abattus au parlement arménien, une église qui n’a pas enlevé sa couverture depuis des années, lorsque des citoyens épris de liberté ont été abattus dans le centre d’Erevan, battus, emprisonnés criminellement, une église qui n’a jamais dénoncé les illégalités flagrantes, les violations totales des libertés et des droits contre personnes.
L’église, qui fait partie de la lutte politique exigeant la démission du gouvernement actuel à partir de fin 2020, refuse de participer au Sommet arménien mondial.

Aujourd’hui, notre peuple a vraiment besoin d’une église qui les représente.
L’environnement de sécurité extrêmement tendu créé autour de l’Arménie a objectivement augmenté les chances de ces entités qui ont l’ambition et l’intention d’avaler même les miettes restantes de la souveraineté arménienne.
S’il n’y a pas de solutions compatibles avec des accords mutuels au sein de l’Arménie, le peuple arménien, ces solutions seront non seulement rapidement trouvées à l’extérieur, mais peut-être qu’ils sont prêts à l’extérieur et attendent leur temps en Arménie.
Toutes ces forces, quel que soit leur statut, dont la logique d’action rapprochera cette heure, en seront également responsables.

La Diaspora collective, ou ceux agissant en son nom, pourraient définir l’objectif de la modernisation de l’Arménie : créer et développer des forces armées, une chaîne fonctionnelle de la science, de l’économie, de la production et de la politique.
Ce sont des priorités pour l’Arménie d’aujourd’hui et le peuple arménien, qu’il s’agisse de la guerre ou de la paix.
L’Église arménienne, la diaspora arménienne et l’État arménien sont confrontés aux défis les plus sérieux de la nouvelle ère.
Si les dirigeants politiques et spirituels de l’Arménie, le peuple arménien et les forces de la diaspora ne sont pas en mesure de parvenir à un certain dénominateur commun et de développer une stratégie de contre-mesure en raison des différences politiques internes en Arménie, alors non seulement le pouvoir politique de l’Arménie, mais aussi l’Église arménienne, le siège de St. Etchmiadzine et de la Cilicie doivent quitter leurs trônes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :