Arshaluys Mghdesyan pour CivilNet

Promesse de nouveaux investissements russes d’un montant supérieur à 1 milliard de dollars, déblocage des canaux de communication régionaux, prix du gaz, intégration commerciale. Tels sont les principaux sujets abordés pendant et derrière la huitième conférence interrégionale arméno-russe qui s’est tenue à Erevan les 18 et 19 octobre. 

L’activité d’investissement de la Russie en Arménie avec l’établissement de la stabilité politique

Surmontant la crise politique grâce aux élections législatives anticipées en Arménie en juin, la formation d’un nouveau parlement et d’un nouveau gouvernement a créé une opportunité de discuter avec les pays partenaires et alliés d’autres questions, notamment économiques. 

Les délégués russes à la conférence, y compris des hauts fonctionnaires, ont attribué les récentes activités d’investissement de la Russie en Arménie à l’établissement de la stabilité politique.

Dmitri Volvach, vice-ministre russe du Développement économique

La Russie entend investir 1 milliard de dollars dans l’économie arménienne

Il est à noter qu’au cours de la conférence, non seulement des paroles chaleureuses de salutation cérémonielle ont été entendues, mais aussi des propositions d’investissement concrètes. 

De façon inattendue pour beaucoup, la partie russe a annoncé son intention d’investir 1 milliard de dollars dans l’économie arménienne. Le vice-ministre du Développement économique de la Fédération de Russie, Dmitri Volvach, a déclaré aux journalistes que les fonds seront utilisés pour les transports, l’énergie et les infrastructures.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères n’a pas précisé de quels programmes d’investissement il s’agissait, mais plusieurs projets possibles ont été évoqués lors des discussions de la conférence, à la mise en œuvre desquels le capital russe participe déjà ou pourrait participer. Il s’agit du programme de construction d’une nouvelle centrale nucléaire en Arménie, dont le gouvernement arménien discute régulièrement avec la partie russe, de la participation éventuelle d’entreprises russes à la construction de l’autoroute Nord-Sud, de la construction d’une nouvelle station de métro à Erevan, etc.

Gnel Sanosyan nommé ministre de l'Administration territoriale et des  Infrastructures | ARMENPRESS Armenian News Agency
Gnel Sanosyan, Ministre de l’Administration territoriale et des Infrastructures d’Arménie

Dmitri Volvach et Gnel Sanosyan, ministre de l’Administration territoriale et des Infrastructures d’Arménie, n’ont pas écarté la possibilité pour les entreprises russes de participer à la construction d’une nouvelle centrale nucléaire ou dans le Nord-Sud.

La société russe a remporté l’appel d’offres pour la conception de la première étape du développement du métro d’Erevan

Les accords avec la partie russe sur le développement du métro d’Erevan ou, plus précisément, la construction d’une nouvelle station de métro dans le quartier d’Ajapnayk sont plus clairs. La société russe « Metrogiprotrans » a remporté l’appel d’offres pour la conception de la première étape du développement du métro d’Erevan. Il s’agit de la construction de deux stations de métro, dont l’investissement total est de 500 millions de dollars. La phase de conception devrait commencer maintenant.

Déblocage des voies de communication régionales et prix du gaz

Mher Grigorian — Wikipédia
Mher Grigoryan vice-Premier ministre de la RA

Dans les coulisses de la conférence, ils ont également évoqué les problèmes, notamment le processus de déblocage des canaux de communication dans la région et les négociations sur le prix du gaz fourni à l’Arménie.

Le vice-Premier ministre de la RA, Mher Grigoryan, a déclaré aux journalistes qu’il se rendra à Moscou les 20 et 21 octobre pour participer à la séance du groupe de travail trilatéral arménien, russe et azerbaïdjanais sur le déblocage des communications de transport régionales.

« L’ordre du jour de la réunion du groupe de travail trilatéral sur le déblocage des communications de transport dans la région n’a pas changé. « Le déblocage des communications de transport entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sera effectué dans le cadre juridique de la réglementation de la CEI », a déclaré Mher Grigoryan, ajoutant que le groupe de travail trilatéral avait déjà certaines idées sur la réouverture du chemin de fer.

« Nous discutons maintenant des questions de communication routière », a-t-il déclaré, soulignant une nouvelle fois que les discussions ne portent pas sur les corridors, mais sur la possibilité de rouvrir tous les canaux de communication.

Parlant des négociations sur le prix du gaz fourni à l’Arménie, Mher Grigoryan a noté qu’il existe un consensus à la fois sur le prix du gaz à la frontière arménienne et sur les tarifs du gaz vendu au consommateur final en Arménie.

« A la frontière, il y a un consensus en termes de tarifs en Arménie, alors que des négociations difficiles sont en cours depuis 2019, nous avons discuté de ces questions en profondeur et nous nous sommes mis d’accord dans une certaine mesure », a déclaré Grigoryan, soulignant un autre problème non résolu dans les relations avec Gazprom.

Il s’agit de la réouverture de la 5ème centrale de « Hrazdan TPP » appartenant à la partie russe. C’est la plus grande centrale thermique d’Arménie, qui appartient à la société « Gazprom Armenia ». La centrale est actuellement hors service car elle est considérée comme une source coûteuse de production d’électricité. 

« Selon l’accord de 2013, tous les investissements de Gazprom doivent avoir un rendement de 9 %. « Naturellement, la construction de l’usine est un investissement important et sérieux, mais elle ne crée pas de profit, qui est conditionné par l’accord ; cette question reste à l’ordre du jour », a déclaré Grigoryan, notant que l’officiel d’Erevan s’efforce d’atteindre l’objectif réouverture de la 5ème centrale.

« Si nous parvenons à trouver une solution au fonctionnement de la cinquième centrale électrique de Hrazdan TPP, nous aurons une situation très stable avec les prix du gaz à la fois à la frontière et à l’intérieur du pays, bien que le prix mondial du gaz ait atteint 940 $ pour 1 000 mètres cubes, auquel cas « Quand l’Arménie paie 165 $ pour la plage », a-t-il conclu.

source :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :