Lors de la réunion trilatérale, la partie russe a présenté à Kiev des propositions concrètes pour le règlement du conflit, auxquelles la partie ukrainienne s’est engagée à répondre, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse à Antalya.

« Il est devenu clair aujourd’hui qu’il n’y a pas d’alternative au processus de négociation« , a déclaré M. Lavrov, cité par l’agence Anadolu, ajoutant que « personne n’allait s’entendre sur un cessez-le-feu lors des pourparlers avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères ».

Il a réitéré les demandes bien connues de Moscou que l’Ukraine ait un statut neutre. « Nous sommes contre l’élargissement de l’OTAN, mais nous ne nions pas la nécessité de garanties de sécurité pour l’Ukraine. La seule chose que l’Occident attend de l’Ukraine, c’est que Ki agisse toujours contre la Russie. 

« La Russie veut voir l’Ukraine démilitarisée, amicale, sans interdiction de la langue russe », a-t-il déclaré.

Lavrov a continué d’accuser et de menacer l’Occident, affirmant que ceux qui envoient des armes à l’Ukraine sont responsables de leurs actes. « Les pays occidentaux utilisent des armes dangereuses et mortelles contre l’Ukraine. Tous ceux qui encouragent les mercenaires seront tenus pour responsables. »

Il a également déclaré que la Russie était préoccupée par les informations selon lesquelles le Pentagone avait mis en place des dizaines de laboratoires biologiques à des fins militaires en Ukraine et avait besoin de réponses.

Plus tôt, le ministère russe de la Défense a annoncé que dans le cadre de programmes conjoints avec le Pentagone en Ukraine, il existe 30 biolaboratoires qui, selon le ministère russe de la Défense, travaillaient avec des agents pathogènes.

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki , a nié les allégations, affirmant qu’il s’agissait d’une « opération de désinformation ». Elle a également averti que la Russie pourrait utiliser des armes chimiques ou biologiques en Ukraine.

Évoquant la possibilité d’une rencontre entre les présidents ukrainien et russe lors d’une conférence de presse à Antalya, Lavrov a déclaré que Vladimir Poutine n’hésite pas à prendre des contacts, mais ne veut pas « des négociations pour des négociations ». Il a dit qu’il avait discuté de la question avec Dmitry Kuleba, ajoutant que Poutine n’avait pas refusé de rencontrer Zelensky. « Quand cette réunion peut-elle avoir lieu ? », a-t-il noté.

Concernant les sanctions imposées à la Russie, Lavrov a déclaré que le peuple russe est confronté à certaines difficultés et espère sortir de la crise avec un minimum de dégâts.

Il a noté que Washington tente même d’influencer Pékin sur la question des sanctions.

Selon Lavrov, la Russie n’a jamais essayé d’utiliser les réserves de pétrole et de gaz comme armes.

Concluant la conférence de presse, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré qu’il ne croyait pas qu’une guerre nucléaire éclaterait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :