Le ministre russe de la Défense, Choïgou, a déclaré que l’action militaire en Ukraine se poursuivrait jusqu’à ce que l’objectif soit atteint. Tel est l’objectif, a déclaré le président russe Poutine : la démilitarisation et la dénationalisation de l’Ukraine. En d’autres termes, Moscou annonce en fait que l’opération militaire en Ukraine ne prendra fin qu’après le changement de pouvoir dans ce pays. 

à partir de l’article de H. Badalyan

Il est difficile d’imaginer que ce problème puisse être résolu même en quelques semaines ou même quelques mois. Au contraire, il est possible d’imaginer l’anarchie en Ukraine, politiquement et militairement, la dualité ou la « trinité » du pouvoir. En d’autres termes, la présence militaire russe, la résistance militaire ukrainienne, d’éventuels groupes militaires d’une autre nature, qui peuvent contrôler différentes zones locales.

Quoi qu’il en soit, après que Kiev a annoncé la possibilité que des ressortissants étrangers se battent contre la Russie en Ukraine, lorsque des prisonniers capables de se battre ont été libérés des prisons, la probabilité que ces processus deviennent incontrôlables pourrait transformer l’Ukraine en une « zone grise ». 

En fait, le glissement de l’Ukraine vers un schéma comparable à celui de la guerre en Syrie à son niveau de 2014-15-16 est probable. De plus, la Russie elle-même peut être intéressée par la formation de soi-disant « zones incontrôlables » dans le cadre de la logique dite du « chaos gérable ».

 Cette perspective ne dépend pas tant du gouvernement ukrainien que des États-Unis, et de la volonté de Washington de parvenir à un accord politique avec la Russie. Ou, dans quelle mesure l’Union européenne peut-elle être souveraine, s’accordant à son tour avec Moscou ? 

Pour l’instant, bien sûr, l’accent est mis sur l’option de la pression collective sur Moscou, dont l’efficacité est discutable, en raison d’un certain nombre de caractéristiques, en un certain sens peut-être illogiques, apparemment anormales, qui ont longtemps été une régularité dans l’histoire russe 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :