via Azatutyun.am

Le Service de sécurité nationale (SSN) a confirmé jeudi avoir arrêté l’ancien ministre de la Défense Davit Tonoyan dans le cadre d’une enquête pénale en cours sur la fourniture de munitions prétendument défectueuses aux forces armées arméniennes. Dans un communiqué, le Service a déclaré que Tonoyan et Davit Galstyan, un trafiquant d’armes également arrêté mercredi soir, sont accusés de fraude et de détournement de fonds qui auraient coûté à l’État près de 2,3 milliards de drams (4,7 millions de dollars).

Les tribunaux d’Erevan devaient tenir des audiences plus tard dans la journée sur les mandats d’arrêt contre les deux hommes. Un avocat de Galstyan a déclaré aux journalistes que son client nie les accusations.

Galstyan possède plusieurs entreprises qui vendent depuis des années des armes et des munitions à l’armée arménienne. Il avait déjà été arrêté en février pour avoir fourni à l’armée des obus d’artillerie inutilisables pour un montant d’un million de dollars. La Cour d’appel d’Arménie a libéré l’homme d’affaires réputé proche de Tonoyan quatre mois plus tard.

Il est pour l’instant difficile de prévoir si Tonoyan, qui a été ministre de la Défense de 2018 à 2020, plaidera coupable ou non.

Le communiqué du SSN indique que des poursuites pénales ont également été lancées contre d’autres responsables militaires en service et à la retraite dans le cadre de « mesures d’enquête opérationnelles à grande échelle » prises par ses enquêteurs. Il n’a pas nommé ces fonctionnaires.

Un chef adjoint de l’état-major général de l’armée arménienne, le lieutenant-général Stepan Galstyan, a été convoqué au NSS pour un interrogatoire mercredi soir. Selon le journal Hraparak, les enquêteurs ont fouillé ses appartements et ceux de Tonoyan.

Dans ce qui semble être un développement connexe, le SSN a également arrêté à la fin de la semaine dernière le commandant de l’armée de l’air arménienne. Il a affirmé que le général avait abusé de ses pouvoirs pour organiser, à des fins personnelles, un contrat de 4,7 millions de dollars pour la fourniture de roquettes obsolètes aux forces armées.

Selon le service de sécurité, le ministère de la Défense avait refusé d’acheter le même lot de roquettes à un intermédiaire privé en 2011.

Le Premier ministre Nikol Pashinyan a nommé Tonoyan ministre de la Défense immédiatement après son arrivée au pouvoir lors de la « révolution de velours » de mai-avril 2018 qui a renversé le leader de longue date de l’Arménie, Serge Sarkisian.

Tonoyan avait été vice-ministre de la Défense et ministre des urgences pendant le ‘règne’ de Sarkissian.

En avril 2018, l’un des proches de Pashinyan, Ararat Mirzoyan, l’a décrit comme un « vrai professionnel » et une « personne intègre » qui modernisera rapidement l’armée arménienne.

Tonoyan a été limogé en novembre 2020, moins de deux semaines après qu’un accord négocié par la Russie a mis fin à la guerre arméno-azerbaïdjanaise au sujet du Haut-Karabakh. Certains hauts parlementaires pro-Pashinyan l’ont blâmé pour la défaite de l’Arménie dans la guerre de 44 jours. Le Premier ministre a fait face à des manifestations de l’opposition en colère et s’est battu pour sa survie politique à l’époque.

Plus tard en novembre, le chef d’état-major de l’armée de l’époque, le colonel-général Onik Gasparyan, a déclaré quatre jours après le déclenchement de la guerre qu’il avait averti les dirigeants politiques arméniens de conclure d’urgence un accord de trêve avec l’Azerbaïdjan pour mettre fin aux hostilités. Pashinyan a par la suite nié la demande de Gasparyan.

Cependant, Tonoyan a non seulement confirmé l’avertissement émis par les hauts gradés de l’armée, mais a également déclaré qu’il était « d’accord avec moi ».

source : https://asbarez.com/armenias-former-defense-minister-arrested/?fbclid=IwAR0ZSI3n_kQM3LTSdkcSNpVE859U-pa9UJR_qjpXyB5u3fGRu7FtcDpL8RM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :