Après que les forces azerbaïdjanaises ont lancé mardi une attaque massive contre la frontière orientale de l’Arménie dans la province du Syunik, le ministre russe de la Défense s’engage à arbitrer la fin des hostilités frontalières. L’Azerbaïdjan prétend avoir pris des otages.

Le ministère arménien de la Défense a signalé la perte d’au moins deux positions, affirmant que la situation à la frontière restait tendue.

« À la suite des combats qui ont commencé lorsque les forces armées azerbaïdjanaises ont attaqué des positions arméniennes, des soldats arméniens ont été tués et blessés, et les informations sur d’autres victimes sont toujours en cours de vérification. La perte de deux positions de combat est également confirmée », a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

Il a ajouté que les contre-mesures de l’armée arménienne ont infligé de lourdes pertes en personnel et en matériel aux forces azerbaïdjanaises. Le ministère de la Défense a déclaré que les combats intenses se poursuivent toujours.

Le ministère a également déclaré que 12 soldats arméniens, dont sept militaires professionnels, ont été capturés par des azerbaïdjanais. Un officiel de Bakou a confirmé qu’ils avaient désarmé et fait prisonniers des soldats arméniens, mais n’a pas précisé le nombre, selon azatutyun.am.

« L’ennemi continue d’utiliser de l’artillerie, des véhicules blindés et des armes à feu de différents calibres. À la suite des actions de représailles de la partie arménienne, l’adversaire a subi d’importantes pertes de personnel, environ une douzaine de véhicules blindés ont été détruits », a déclaré mardi soir le ministère arménien de la Défense.

« Cette attaque s’inscrit dans la continuité de la politique cohérente de la partie azerbaïdjanaise d’occuper les territoires de la République d’Arménie, qui a commencé le 12 mai 2021 avec l’infiltration des forces armées azerbaïdjanaises dans les régions de Syunik et Gegharkunik », a pour sa part déclaré le ministère des Affaires étrangères d’Arménie.

Selon la Charte des Nations Unies, l’Arménie a le droit de « repousser l’usage de la force contre son intégrité territoriale et sa souveraineté par tous les moyens ».

« Nous appelons la communauté internationale et nos partenaires internationaux – la Russie, l’OTSC, la coprésidence du groupe de Minsk de l’OSCE et les pays coprésidents – à exprimer une réponse claire et ciblée à ces actions de la partie azerbaïdjanaise, qui sapent la paix et la sécurité régionales, et prendre des mesures efficaces visant à sa prévention ainsi qu’au retrait inconditionnel et complet des forces armées azerbaïdjanaises du territoire de la République d’Arménie », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le chef de la sécurité nationale arménienne, Armen Grigoryan, a déclaré à la télévision publique arménienne qu’Erevan avait officiellement appelé la Russie à protéger son intégrité territoriale à la suite de cette nouvelle attaque de l’Azerbaïdjan.

Armen Grigorian (homme politique) — Wikipédia
Armen Grigoryan

Le nouveau ministre arménien de la Défense Suren Papikyan a eu une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Shoygu mardi soir, heure locale. Le bureau de Papikyan a rapporté que Choïgou s’est dit prêt à tout mettre en œuvre pour mettre fin aux hostilités, renvoyer les prisonniers de guerre et résoudre la situation.

Papikyan aurait souligné à Choïgou que l’incursion de l’Azerbaïdjan sur le territoire souverain de l’Arménie est une violation flagrante des dispositions de la déclaration trilatérale du 9 novembre 2020, qui met en danger l’ensemble du processus de négociation.

Grigoryan a également informé les ambassadeurs des États-Unis et d’Iran à Erevan, exprimant la position de l’Arménie selon laquelle les forces azerbaïdjanaises se retireraient sur leurs positions avant le 12 mai, lorsque Bakou a ordonné une violation des frontières souveraines de l’Arménie dans les provinces de Syunik et de Gegharkunik.

L’ambassadeur d’Arménie en Russie, Vardan Toghanyan, a déclaré à l’agence de presse TASS que les chefs diplomatiques des deux pays discutaient de la situation tendue à la frontière.

Les dirigeants de l’Union européenne et de l’OSCE ont appelé l’Arménie et l’Azerbaïdjan à mettre fin aux affrontements frontaliers.

Appelant à « une désescalade urgente et à un cessez-le-feu total », Charles Michel, président du Conseil européen, a qualifié la situation dans la région de « difficile ». « L’UE s’est engagée à travailler avec ses partenaires pour surmonter les tensions pour un Caucase du Sud prospère et stable », a écrit Michel sur Twitter. Le président du Conseil européen a également déclaré qu’il avait eu des discussions avec les dirigeants azerbaïdjanais et arménien « à la lumière des développements d’aujourd’hui ».

La ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde, qui est l’actuelle présidente en exercice de l’OSCE, a exprimé son plein soutien aux coprésidents du groupe de Minsk, qui ont publié lundi une déclaration sur les tensions frontalières entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et la situation au Haut-Karabakh.

« Je partage la profonde préoccupation des coprésidents du Groupe de Minsk concernant les incidents signalés dans la région, y compris ceux le long de la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. J’exprime mon plein soutien à leurs efforts et j’appelle les parties à désamorcer immédiatement et à prendre des mesures pour résoudre les problèmes en suspens », a déclaré Linde dans un article sur Twitter.

Plus tôt mardi, lors d’une conversation téléphonique entre les présidents russe et iranien, Vladimir Poutine et Ebrahim Raisi, les parties étaient fermes sur le maintien de l’ordre géopolitique actuel dans la région.

« Tout changement dans la situation géopolitique et les frontières des pays de la région est inacceptable », ont déclaré les parties, selon le bureau de presse du président iranien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :