L’Ambassadeur Andranik Hovhannisyan, Représentant permanent de l’Arménie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, a prononcé un discours lors de la 49e session du Conseil des droits de l’homme. Voici l’essentiel de ses interventions devant l’assemblée.

 » L’Arménie exprime sa gratitude au distingué Haut-Commissaire pour les rapports et la mise à jour orale complète.

Nous voudrions partager avec ce Conseil notre grave préoccupation concernant le non-respect par l’Azerbaïdjan de ses obligations internationales dans le contexte du conflit du Haut-Karabakh. Le Haut-Commissaire a souligné l’exécution extrajudiciaire d’Arméniens par les forces armées azerbaïdjanaises qui pourrait constituer un crime de guerre. 

Les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales ont envoyé des communications à l’Azerbaïdjan sur les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées, les détentions arbitraires, les traitements cruels, inhumains et dégradants infligés aux Arméniens, la destruction du patrimoine religieux et culturel. 
L’Azerbaïdjan n’y a même pas répondu.

 Par ailleurs, dans un autre mouvement de guerre, l’Azerbaïdjan a annoncé sa décision d’examiner, de réviser et de dégrader efficacement le patrimoine culturel du Haut-Karabakh. Avec un certain nombre de monuments du patrimoine culturel et religieux arménien détruits, vandalisés et détournés, cette nouvelle décision pourrait entraîner l’élimination totale de ce qui reste.

La Cour internationale de justice (CIJ) a récemment obligé l’Azerbaïdjan à protéger les détenus arméniens et à garantir leur égalité devant la loi ; empêcher l’incitation anti-arménienne et la promotion de la haine raciale, y compris par les fonctionnaires ; et de prendre les mesures nécessaires pour prévenir et punir les actes de destruction du patrimoine culturel arménien. 

L’Azerbaïdjan ignore de manière flagrante toutes ces mesures prescrites par la CIJ. Dans ces circonstances, l’Arménie estime que la Haut-Commissaire devrait bénéficier d’un accès inconditionnel et sans entrave au Haut-Karabakh, comme elle l’a demandé il y a un an.

(…)

L’Arménie a demandé la parole pour exercer son droit de réponse au Pakistan qui s’est exprimé au nom de l’OCI (‘Organisation de la coopération islamique).

L’Arménie continuera de communiquer avec persistance que le conflit du Haut-Karabakh n’est pas un conflit religieux et qu’il ne peut être consacré en termes religieux. L’Arménie est fermement convaincue que les droits de l’homme sont universels et ne se limitent pas aux affiliations religieuses.

Il est regrettable que l’Azerbaïdjan continue d’abuser de son appartenance et de profiter du principe de solidarité établi entre les membres de l’OCI pour déformer les réalités liées au conflit. 

Prenons un exemple illustre à cet égard. L’Azerbaïdjan a induit l’OCI en erreur en affirmant que les sites religieux du Haut-Karabakh auraient été endommagés par la partie arménienne. En réalité, c’est l’Azerbaïdjan qui entrave la mission d’enquête de l’UNESCO au Haut-Karabakh pour évaluer la situation concernant les sites religieux et cela a été publiquement confirmé par le sous-directeur général de l’UNESCO dans sa déclaration pertinente.

De toute évidence, l’Azerbaïdjan s’efforce de dissimuler ses propres dommages infligés aux sites religieux du Haut-Karabakh. L’Arménie et le Haut-Karabakh, au contraire, ont soutenu la mission de l’UNESCO. Nous sommes convaincus que l’OCI ne devrait pas tenir les allégations de l’Azerbaïdjan pour acquises et ne pas permettre à l’Azerbaïdjan de diffuser de telles fausses déclarations flagrantes par le biais d’une organisation aussi réputée que l’OCI.

(…)

Nous aimerions exercer notre deuxième droit de réponse en réponse à l’Azerbaïdjan, qui a fait une fausse déclaration et une propagande flagrantes.

Notre région a été entachée d’une démonstration agressive de militarisme et d’une série conséquente de graves violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme commises par l’Azerbaïdjan.

Plus récemment, le 7 mars, le sergent Hrach Manasaryan des forces armées arméniennes a été tué par l’Azerbaïdjan à la frontière de la République d’Arménie. L’Arménie condamne fermement cette attaque et ce meurtre non provoqués.

S’agissant de l’Arménie, nous réaffirmons que l’adoption du traité de paix fait partie des priorités du gouvernement.

Les pourparlers de paix moralisateurs que les représentants de l’Azerbaïdjan poursuivent dans les salons haut de gamme du monde entier ne correspondent pas aux actions correspondantes appropriées sur le terrain.

L’Azerbaïdjan continue de violer la lettre et l’esprit du droit international humanitaire en gardant en otage les combattants et les civils détenus qui auraient dû être libérés et rapatriés depuis longtemps sans aucune condition préalable. L’Azerbaïdjan militarise leurs souffrances, leur détention illégale et arbitraire pour conclure un marché. Cela va de pair avec la manifestation extrême d’intolérance et de haine à l’égard des Arméniens induite et propagée par le gouvernement.

Il n’est pas surprenant que la Cour internationale de Justice ait récemment ordonné à l’Azerbaïdjan (et je cite) « de protéger de la violence et des lésions corporelles toutes les personnes capturées dans le cadre du conflit de 2020 qui restent en détention, et d’assurer leur sécurité et leur égalité ». devant la loi. » 

De toute évidence, l’Azerbaïdjan ne met pas en œuvre cette mesure et d’autres prescrites par la CIJ, ce qui viole également la décision de la Cour de s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver ou d’étendre le différend.

Au lieu de cela, l’Azerbaïdjan poursuit une approche ethnocentrique avec l’objectif bien déclaré de forcer la population arménienne indigène à quitter sa patrie.

L’impunité conduit à de nouveaux crimes à motivation ethnique. Par conséquent, l’Arménie appelle à ne pas fermer les yeux sur les violations par l’Azerbaïdjan du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme.

Je vous remercie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :