Les chefs religieux d’Arménie, d’Azerbaïdjan et de Russie se sont rencontrés mercredi à Moscou et ont discuté des questions liées au conflit du Haut-Karabakh et à son processus de règlement.

(vidéo NEWS AM)

Karekin II, le Catholicos de tous les Arméniens et le chef spirituel suprême de l’Azerbaïdjan Allahshukur Pashazade sont à Moscou à l’invitation du chef de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Kiril I pour discuter des moyens de résoudre le conflit du Haut-Karabakh.

À la suite de la réunion, le patriarche Kiril I a exprimé sa gratitude aux chefs religieux d’Arménie et d’Azerbaïdjan pour leur volonté de se rencontrer et de discuter de questions complexes qui concernent les résidents et les communautés religieuses des deux pays.

« Nous sommes convaincus que nos religions ont un potentiel unique de rétablissement de la paix, en particulier dans un domaine aussi délicat et sensible que les relations interethniques. Peu importe à quel point les relations arméno-azerbaïdjanaises sont difficiles à ce stade, nous pensons que c’est la foi en Dieu et l’amour qui peuvent aider à guérir les blessures infligées par de nombreuses années de confrontation tragique. C’est un chemin très difficile, qui nécessite sagesse spirituelle et prévoyance », a déclaré le patriarche Kiril I.

Le Catholicos Karekin II a souligné qu’il n’y a pas d’alternative à un règlement pacifique du conflit du Karabakh en termes d’établissement de la stabilité et de la paix dans la région dans le but de garantir une vie sûre et sécurisée.

Il a toutefois ajouté que malgré la volonté de la partie arménienne de parvenir à un règlement définitif de la question et les efforts de médiation des coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, la situation dans la région reste préoccupante et tendue en raison de la rhétorique dégradante et inacceptable et les politiques non constructives adoptées par les autorités azerbaïdjanaises.

Le Catholicos a souligné que le conflit du Karabakh ne peut être résolu tant que l’Azerbaïdjan continue d’être guidé par le principe de l’usage de la force et des aspirations maximalistes.

« La propagande anti-arménienne au niveau de l’État, la violence et les meurtres de civils, le soi-disant « parc des trophées » à Bakou sont la preuve que les habitants du Haut-Karabakh ne pourront jamais vivre en sécurité et survivre en Azerbaïdjan », a-t-il ajouté.

Le Catholicos a noté que les prisonniers de guerre et les détenus civils sont fréquemment soumis à l’humiliation et à la torture et a souligné la nécessité de leur libération au plus tôt.

Kiril I a rencontré Karekin II et Pashazadeh séparément mardi.

source : https://asbarez.com/religious-leaders-of-armenia-russia-and-azerbaijan-discuss-karabakh/?fbclid=IwAR1n_vWAYs8ewlPWJlY8r2gUJuqid20_1DWgEOke3c_huqXAjOSFAtm6ycY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :