L’armée turque a lancé lundi soir une nouvelle opération militaire dans le nord de l’Irak. Des unités des forces spéciales avec le soutien d’hélicoptères d’attaque « Atak » et de véhicules aériens sans pilote ont atterri dans les districts de Metina, Zap et Avashin de la province de Dahuk. L’artillerie de gros calibre et les obus d’artillerie automoteurs ont touché les positions, les abris, les tunnels, les dépôts de munitions et le quartier général du PKK.

par Lusine Mkhitaryan

Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar est arrivé dimanche en Turquie, accompagné du chef d’état-major général et des commandants des forces armées, pour annoncer le lancement de l’opération sous le pseudonyme « Pen e Kilit ». « Jusqu’à présent, notre opération se poursuit comme prévu. « Les objectifs fixés dans la première phase ont été atteints« , a déclaré Akar, ajoutant que contrairement aux opérations précédentes, celle-ci sera de longue durée, car « la Turquie ne s’arrêtera pas tant que le dernier terroriste ne sera pas tué ».

La télévision turque affirme qu’en plus de l’opération susmentionnée, les cibles finales possibles pourraient être les zones de la région de Sinjar-Mossoul.

Hulusi Akar

La question kurde a été manipulée à différentes époques, et le fait qu’elle n’ait pas été résolue jusqu’à présent en est l’une des meilleures manifestations. Le problème est que la vision de la solution est très contradictoire, et il y a peu de coïncidences pour les intéressés. En ce moment, alors que ces derniers sont engagés dans la crise ukrainienne, la Turquie voit une plus large opportunité d’agir.

Bien que la Turquie présente cette opération militaire comme « empêchant les attaques terroristes contre son peuple et ses forces de sécurité du nord de l’Irak et assurant la sécurité », d’une part, le problème est l’expansion de la zone tampon, d’autre part, le succès de vastes opérations d’échelle. La dernière circonstance devient plus populiste à l’approche de l’année préélectorale en raison de la baisse de la cote d’Erdogan.

La possibilité d’une action militaire dans le nord de l’Irak est devenue évidente lorsque le Premier ministre kurde irakien Masoud Barzani a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara il y a quelques jours. Le chef des services secrets turcs Hakan Fidan a également pris part à la réunion. Les deux points les plus importants à l’ordre du jour étaient les opérations transfrontalières en Irak et le transport du gaz naturel irakien via la Turquie vers l’Europe.

Au cours des derniers jours, 3 à 4 drones Bayraktar ont survolé l’Irak simultanément, et des hélicoptères ont transporté des troupes vers les zones frontalières avec l’Irak.

Suleyman Soylu

Avant l’opération militaire, les autorités turques ont également veillé à la formation de l’opinion publique. Le ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylu a entrepris une telle « mission », notant qu’ils sauveraient la Syrie et l’Irak des mains de l’Amérique et de l’Europe.

« Aujourd’hui, nous aidons l’Ukraine, l’Irak, le Liban, nous sommes également présents en Libye, en Azerbaïdjan et au Karabakh (Artsakh). Nous ne sommes pas la vieille Turquie. « Tout comme nous avons apporté la paix à l’Est et au Sud-Est, nous sauverons la Syrie et l’Irak des mains de l’Amérique et de l’Europe, et nous y apporterons également la paix« , a déclaré Soylu le 16 avril, sur Twitter.

Parallèlement à l’opération militaire, des travaux sont menés sur les réseaux sociaux, l’opinion publique est alimentée par les rêves d’une « Grande Turquie », qui, selon eux, devrait se réaliser en Irak.

En plus de l’aventure dans le nord de l’Irak, l’artillerie turque a bombardé lundi le district d’Abu Rasein dans la province de Hasaka, dans le nord de la Syrie. Selon l’agence SANA, l’incendie s’est déclaré en 2019. de la zone de sécurité frontalière créée par les troupes turques. Selon TASS, à la suite de cette opération, des dégâts matériels ont été causés à des bâtiments résidentiels, il y a des victimes parmi les civils, dont le numéro est spécifié. Abu Rasein et ses alentours ont été attaqués par des drones de l’armée de l’air turque.

Selon des témoins oculaires, en raison d’intenses bombardements, un certain nombre d’habitants ont fui leurs maisons, se déplaçant vers le centre administratif de Hasaka (à 630 km de Damas). Le 21 décembre de l’année dernière, trois civils ont été tués et 10 autres, dont des enfants, ont été blessés dans un bombardement par les troupes turques et leurs alliés à Abu Rasein.

En octobre 2019, la Turquie a lancé une opération militaire « Source de paix » dans le nord-est de la Syrie, créant une zone de sécurité de 30 kilomètres le long de sa frontière. Les militants des groupes d’opposition pro-turcs qui y sont stationnés attaquent régulièrement les colonies sous prétexte de lutter contre les détachements kurdes et intimident les habitants.

La Turquie n’est pas satisfaite des résultats de cette opération, a rappelé dimanche le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, que le système de sécurité internationale de l’ONU est incapable de résoudre les conflits et doit être réformé. Il convient de noter que les autorités turques se sont activement prononcées en faveur d’un changement du système onusien depuis de nombreuses années.

Dans un discours prononcé devant le parlement angolais en octobre 2007, Erdogan a déclaré que le sort de l’humanité ne devrait pas être laissé à la merci d’« une poignée de pays » qui ont gagné la Seconde Guerre mondiale. Parlant de l’inégalité dans le système mondial, il a souligné que « le monde est plus que cinq », c’est-à-dire les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, et que ce nombre ne reflète plus les nouvelles réalités créées dans le monde. Compréhensible.

La Turquie d’Erdogan, qui se distingue par ses programmes ambitieux, se considère comme l’un des façonneurs du nouvel équilibre de sécurité internationale. Cependant, comme on le voit, le pays, qui est un « garant de la paix » dans la région, déstabilise lui-même les pays voisins, faisant des victimes parmi la population civile, ainsi que mettant en danger l’intégrité territoriale et la stabilité de ces pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :