Le poste de contrôle d’Upper Lars à la frontière russo-géorgienne est à nouveau fermé pour tous les types de véhicules. La route a été fermée aux camions il y a une semaine, le 17 mars. Pendant ce temps, des milliers de camions du côté russe s’y sont accumulés.

Aram Tananyan © Commission des Recettes de l’Etat arménien

À cet égard, l’attaché des douanes de l’ambassade d’Arménie en Russie, Aram Tananyan, a déclaré à First News qu’à un moment donné hier, la route a été ouverte aux voitures, mais la neige est tombée à nouveau dans la nuit, après quoi elle a été à nouveau fermée à toutes les voitures.

« En d’autres termes, les camions sont à l’arrêt depuis une semaine. Le nombre de camions a déjà dépassé 3,5 mille. C’est assez difficile à calculer, mais certainement plus de 3 500. Seulement 15 à 20% d’entre eux sont des voitures ou des camions arméniens transportant des marchandises vers l’Arménie. « J’espère que Lars ouvrira aujourd’hui, car le temps est meilleur qu’hier, le seul problème est que les congères tombent par temps de pluie », a-t-il déclaré.

Abordant les voies alternatives possibles, Tananyan ajoute :  

la route à l’endroit précis de la congestion du trafic

« Il y a eu des routes alternatives à travers l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, mais depuis les événements bien connus de 2008, ces deux routes n’ont pas été exploitées pour des raisons politiques. 
La Géorgie est prête à construire un tunnel avec des ressources financières européennes, la construction a déjà commencé, dont la longueur sera de 24 km, dont 10 km de section de tunnel propre. 
L’objectif est d’empêcher les voitures de s’arrêter pendant les mois d’hiver en raison de la météo. Mais le tunnel sera mis en service en 2024. D’ici là, nous dépendrons de la route de Lars. C’est notre seul moyen. 
Si d’autres pays peuvent aller dans l’autre sens, notamment, ils peuvent entrer en Azerbaïdjan depuis la Russie via le Daghestan, puis entrer en Géorgie et se rendre en Europe et en Turquie. 
« Et dans notre cas, le seul moyen de se connecter avec la Russie est de passer par Lars, c’est notre seul portail. »

Il a noté que dans ces conditions météorologiques, les conducteurs passant par le poste de contrôle de Lars sont courageux. 
« Il n’y a aucune commodité pour les chauffeurs, nos chauffeurs agissent juste avec courage. Les chauffeurs essaient de ne pas transporter de denrées périssables en cas de mauvais temps. Ils sont transportés dans des réfrigérateurs. En règle générale, ces cargaisons n’ont aucun privilège par rapport aux autres. même les explosifs sont transportés dans des réservoirs dans des files d’attente communes, ce qui est généralement illogique. 
« Les gens se tournent le dos. Le mouvement extraordinaire de quelqu’un apporte de grandes tensions, voire des affrontements. »

Il a exprimé l’espoir que le temps se réchauffera à partir d’aujourd’hui, en conséquence Lars sera passable pour les voitures, mais a ajouté qu’il faudra encore un mois et demi pour que ces embouteillages se terminent.

Le poste de contrôle d’Upper Lars à la frontière russo-géorgienne (période non hivernale)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :