Selon des informations officielles, le président israélien Yitzhak Herzog effectuera une visite en Turquie le 9 mars. La déclaration est venue du président turc Recep Tayyip Erdogan dans la deuxième décennie de janvier. Mais avant de partir pour la Turquie, le chef de l’Etat Israélien se rendra en Grèce et à Chypre

par Ishkhan Kishmiryan

« Nous sommes en pourparlers avec le président Herzog. « M. Herzog peut se rendre en Turquie », a déclaré Erdogan aux journalistes lors d’une visite en Albanie.

Des sources israéliennes de l’époque n’ont pas tardé à souligner qu’il s’agissait de pourparlers préliminaires. Les dates de la visite du duc en Turquie ont été connues plus tard.

Pendant la guerre de 44 jours en Artsakh, Israël s’est rangé du côté de l’Azerbaïdjan, lui fournissant des armes et des munitions, tout en entretenant des relations tendues avec Ankara. Mais il est également clair que l’Azerbaïdjan, en fait, représentait une soupape de l’expansionnisme turc, et le « Sultan » ne pouvait ignorer le geste.

Ces dernières années, Israël a noué de bonnes relations avec les rivaux régionaux de la Turquie, en particulier en Méditerranée orientale, notamment la Grèce, Chypre et l’Égypte.

Pour la Grèce et Chypre, la Turquie est précisément une menace. Ainsi, lorsqu’on parle d’un éventuel rapprochement de Tel-Aviv avec Ankara, se pose la question des perspectives des relations israélo-grecques ou israélo-chypriotes.

Une source proche des détails des pourparlers a déclaré à Haaretz d’Israël que des liens plus étroits avec la Turquie ne seraient pas établis en raison des liens étroits avec les alliés d’Israël, dont les relations sont tendues avec Ankara (Chypre et de la Grèce). De plus, les mesures prises par les Israéliens dans leurs relations avec les Turcs sont coordonnées avec ces deux pays.

Nancy Pelosi

Selon The Jerusalem Post, à la veille de sa visite en Turquie, le président israélien Yitzhak Herzog se rendra en Grèce et à Chypre pour assurer à Athènes et Nicosie que le rapprochement avec Ankara n’aura pas lieu en raison des liens étroits établis par l’État juif en ces dernières années.

Il convient également de noter que Herzog a reçu il y a quelques jours à sa résidence la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, dont le nom est très connu du public arménien.

Étant donné que les relations entre les deux pays sont au plus bas en raison de la question palestinienne, la visite du président d’Israël revêt une importance particulière. Selon des responsables israéliens, la réunion sera l’occasion d’aborder les bases des perspectives de normalisation.

À cet égard, la situation autour du projet de gazoduc de la Méditerranée orientale, qui perd ses opportunités de mise en œuvre en raison de la position américaine, crée des opportunités supplémentaires.

Ankara n’est pas contre le raccordement des Israéliens à son infrastructure gazière.

Une source israélienne du journal Haaretz a qualifié les pourparlers d’indicateur du sérieux d’Ankara. « La réunion au niveau des présidents est un outil qui peut être utilisé », a-t-elle confié.

Il s’agit selon lui d’un ballon test dont le lancement permettra d’analyser à la fois les perspectives et les conséquences. Une autre source Haaretz des responsables israéliens a expliqué :

« Une décision est en train d’être prise pour faire passer les relations avec la Turquie de « glaciales » à « tièdes ». Toutes sortes de démarches symboliques sont attendues. »

Ces actions peuvent se matérialiser par l’échange d’ambassadeurs ou l’accord de principe sur les transactions commerciales.

Le 18 janvier, Erdogan a rappelé que son gendre, l’ancien ministre turc de l’Énergie Berat Albayrak, avait eu des entretiens avec l’État juif, « au cours desquels un objectif précis a été atteint – fournir du gaz d’Israël à l’Europe via la Turquie ». « Nous pouvons le refaire maintenant », a-t-il déclaré, notant que le gouvernement israélien, dirigé par le Premier ministre Naftali Bennett, « a des opinions positives sur cette question ».

Les informations faisant état d’un déclin de l’intérêt des États-Unis pour la construction du gazoduc de la Méditerranée orientale (EastMed) ont créé une situation favorable pour Ankara. Le pipeline devait relier les mines au large des côtes d’Israël et de Chypre avec la Grèce et l’Italie.

La correspondance diplomatique des responsables américains, parue dans les médias, a montré que l’administration du président Joseph Biden veut rester à l’écart de l’initiative énergétique, qui est le rival direct du « Turkish Stream ».

La nouvelle de « EastMed » a été accueillie positivement à Ankara. Des sources turques du portail arabe « Middle East Eye » ont déclaré à l’époque qu’elles n’étaient pas surprises par une telle décision, car elles ne croyaient pas à la faisabilité du projet depuis le début.

L’amiral Jihat Yayc, ancien commandant de la marine turque

L’idée d’une coopération énergétique entre Israël et la Turquie a été avancée par l’ancien commandant de la marine turque, l’amiral Jihat Yayc, qui, malgré l’absence de statut officiel, est considéré comme l’expression de l’opinion d’une partie de l’élite locale.

Dans un article publié en 2010, le commandant démissionnaire proposait à l’Etat hébreu de signer un accord avec la Turquie sur la démarcation de la frontière maritime, ce qui changerait complètement la perception des compétences des deux pays en Méditerranée.

L’article a été accepté comme un signal ouvert de la nécessité d’une réconciliation. La Turquie et Israël avaient quelque chose à restaurer.

Or, les relations entre la Turquie et Israël se sont fortement détériorées en 2010 après que 10 militants ont été tués dans la nuit du 31 mai à la suite d’une attaque navale israélienne contre le ferry turc Mavi Marmara.

L’incident a provoqué une crise sans précédent dans les relations turco-israéliennes depuis des décennies, y compris dans le domaine de la coopération militaire. 2016 Les pays ont normalisé leurs relations, mais il n’y a pas eu de retour au partenariat précédent.

Les liens entre les deux acteurs du Moyen-Orient ont également été tendus en 2018, lorsqu’Israël a utilisé la force lors d’émeutes à la frontière de Gaza. Les dirigeants politiques turcs continuent de critiquer la politique d’Israël envers les Palestiniens concernant les « colonies illégales » en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ainsi que la situation humanitaire à Gaza.

Si les ambitions d’Ankara vis-à-vis de son voisin de la Méditerranée orientale sont liées à la protection des droits des Palestiniens, Israël, à son tour, s’interroge sur les liens de la partie turque avec le groupe Hamas. Comme il ressort des déclarations des responsables israéliens, Ankara a récemment montré sa volonté de coopérer également sur cette question. En tout cas, des tentatives de restreindre les activités du Hamas en Turquie ont été enregistrées par l’État juif.

En définitive, il n’est pas exclu qu’un effort bilatéral influence réellement la décision des deux pays méditerranéens de renforcer leurs liens. C’est une autre question de savoir comment les autres participants au projet EastMed, qui voient depuis longtemps un partenaire en la personne d’Israël, y réagiront.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :