Dans la région du Caucase du Sud, il y a une lutte pour un nouveau statu quo, et cette lutte ne fait que commencer. C’est ce qu’a déclaré l’académicien de l’Académie nationale des sciences d’Arménie, le turcologue Ruben Safrastyan, lors d’une conférence consacrée au 100e anniversaire de la signature des traités de Moscou et de Kars de 1921.

Faisant des parallèles entre les événements géopolitiques actuels et les événements de 1921, lorsque les fameux accords de Moscou et de Kars ont été signés, prévoyant le transfert d’un certain nombre de régions arméniennes vers l’Azerbaïdjan et la Turquie, Safrastyan a expliqué que la différence entre l’actuel et la création de un nouvel ordre mondial régional a été rejoint par la Turquie et la République islamique d’Iran.

Selon le turcologue, cela est dû à une grossière erreur commise par la Russie dans la période d’avant-guerre l’année dernière.

« La lutte actuelle pour le statut géopolitique de la région est sans précédent dans le sens où, pour la première fois, la Russie n’est pas seule à établir le statu quo, mais est forcée de prendre en compte l’opinion de la Turquie. 

J’explique cette situation par le fait que la Russie a commis une erreur géostratégique très grave, lorsqu’au printemps et à l’été 2020 elle n’a pas empêché la Turquie de fournir les dernières armes à l’Azerbaïdjan, de transférer des mercenaires en Azerbaïdjan et de renforcer la présence des forces armées turques. dans la région.

En fait, la Turquie a ainsi prédéterminé la victoire de l’Azerbaïdjan dans la deuxième guerre d’Artsakh. « Et cela a donné à la Turquie l’occasion de montrer son rôle dans la lutte actuelle dans la région », a commenté Ruben Safrastyan.

Une autre caractéristique des développements régionaux actuels, selon Safrastyan, est que l’Iran voisin a rejoint la lutte régionale, qui est entrée en jeu assez tardivement.

Selon Safrastyan, les collègues iraniens se sont rendu compte qu’ils avaient fait une erreur pendant la guerre de 44 jours, en maintenant une neutralité positive par rapport à l’agression turco-azerbaïdjanaise contre l’Artsakh. Cependant, au cours des derniers mois, l’Iran est devenu plus actif, adoptant une position politico-militaire assez dure, en particulier par rapport à la politique agressive de l’Azerbaïdjan.

L’Iran, qui a rejoint la lutte d’influence russo-turque dans la région, a lancé un projet économique majeur – le corridor de transport international golfe Persique-mer Noire – comme monnaie d’échange pour renforcer sa position. 

L’un des moments les plus intéressants ici, selon l’orateur, est l’implication dans le processus de l’un des principaux acteurs de l’Est – l’Inde, qui est un événement sans précédent.

Nous parlons de la route Inde-Iran-Arménie-Géorgie vers le bassin de la mer Noire, c’est-à-dire Grèce, Bulgarie et au nord jusqu’en Russie. Dans cette optique, la visite officielle du ministre indien des Affaires étrangères en Arménie les 12 et 13 octobre, bien sûr, en dit long.

Quant à la Turquie, selon le turcologue Ruben Safrastyan, le régime d’Erdogan poursuit une politique visant à faire de la Turquie une puissance mondiale. De plus, contrairement à 1920-21, la Turquie a une bonne « mise de départ » dans notre région pour atteindre son objectif – mettre la région sous son influence géopolitique.

Les Turcs utilisent l’Azerbaïdjan pour atteindre cet objectif. Et considérant que la Turquie, étant directement impliquée dans la guerre contre l’Artsakh, n’a toujours pas atteint son objectif de déployer des troupes turques sous couvert de casques bleus dans la zone de l’Artsakh, nous devons conclure qu’elle continuera à lutter pour modifier le statu quo dans la région. .

D’un autre côté, la Turquie a un objectif plus géostratégique dans la région – le programme panturc. Les objectifs de la Turquie dans la région sont énoncés dans la « Déclaration de Choucha » adoptée par Erdogan et Aliyev.

« En lisant « la Déclaration de Choucha », vous comprenez que l’objectif est de créer un État fédéral turco-azerbaïdjanais »

Selon Ruben Safrastyan, l’Arménie est un facteur important dans le programme panturc de la Turquie. Selon lui, la Turquie a deux programmes sur l’Arménie : un programme minimum et un programme maximum.

« Le maximum est exprimé dans un ordre secret donné à Kazim Karabekir le 8 novembre 1920, où il est écrit que « l’Arménie doit être éliminée ». 

L’impératif est l’abolition de l’État arménien. L’objectif « minimal » est de liquider cet État, laissant un État satellite de la Turquie »

Seulement, contrairement au siècle dernier, la position de l’Arménie est désormais plus favorable grâce à la Russie et l’Iran, qui jouent un rôle actif d’allié.

En conclusion, dans les conditions de rivalité des trois puissances extra-régionales, l’Arménie et tous les Arméniens devraient pouvoir s’orienter vers le renforcement de l’État, restaurer les forces armées et l’existence de cet État dans les relations internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :