Le Patriarcat arménien de Jérusalem est obligé de faire cette annonce avant les vacances de Pâques pour informer ses fidèles des sévères restrictions imposées cette année par la police israélienne.

« Le 11 avril 2022, les représentants du Patriarcat arménien de Jérusalem ont rencontré les autorités responsables de la police qui les ont informés de la décision selon laquelle seuls 1000 participants seraient autorisés à entrer dans l’église du Saint-Sépulcre, dont seulement 200 Arméniens à participer à la cérémonie du feu sacré. Les représentants du Patriarcat ont exprimé leur profonde inquiétude et leur désaccord face à cet arrangement injuste et la réunion a été dispersée après une longue discussion », a déclaré le Patriarcat dans un communiqué.

C’est un fait connu, comme le décrit le statu quo des lieux saints, l’Église apostolique arménienne a des droits exceptionnels lors de la cérémonie du feu sacré.

Pour commencer la journée de célébration du feu sacré, la porte de l’église du Saint-Sépulcre est ouverte de droit par l’église arménienne, donnant l’opportunité à des centaines de pèlerins arméniens et non arméniens d’assister et d’assister à la cérémonie d’ouverture. Et avec une deuxième procession, le patriarche arménien de Jérusalem, rejoint avec des centaines de pèlerins, se rend à l’église du Saint-Sépulcre pour faire une entrée solennelle. Ensuite, un ecclésiastique arménien rejoint le patriarche grec de Jérusalem et les deux entrent dans le tombeau du Christ pour faire sortir le feu sacré, symbolisant la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ.

« L’Église arménienne pendant des siècles a pratiqué ces droits sans aucune restriction ni limitation sous chaque gouvernement qui a gouverné la région. Par conséquent, avec cette déclaration, le Patriarcat arménien de Jérusalem exprime son désaccord et proteste contre la police israélienne pour avoir imposé de telles restrictions. Le patriarcat exige que la cérémonie du feu sacré soit célébrée comme les années précédentes sans limiter le nombre de fidèles participants », a déclaré le patriarcat.

« Le gouvernement israélien au niveau international a pris en charge de garantir la liberté des activités et des spectacles religieux sans restriction. Par conséquent, le Patriarcat arménien de Jérusalem espère et s’attend à ce que la police israélienne respecte et suive son engagement », indique le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :