par Siranush Ghazanchyan

Le long métrage Should the Wind Drop de Nora Martirosyan a été soumis à la 79e édition des Golden Globe Awards de la Hollywood Foreign Press Association, informe le Centre national du cinéma d’Arménie.

Alain Delange (Grégoire Colin) est un auditeur aéroportuaire français chargé de s’assurer que l’aéroport de la République d’Artsakh est conforme aux normes internationales avant son ouverture. Il avait été abattu en raison d’un conflit avec ses pays voisins et l’hostilité entre eux continue d’exister.

« Dans le film, l’aéroport incarne l’espoir d’être reconnu et est le symbole d’un pays qui rêve de voler mais qui n’y est pas autorisé », a expliqué la réalisatrice Nora Martirosyan à propos de l’importance de l’aéroport de Stepanakert dans son film  Faut-il que le vent tombe .

« Nous arrivons à l’aéroport, qui est au cœur du film, avec Alain, par la seule route existante. L’aéroport attend désespérément le retour des avions. Mais dans le contexte géopolitique complexe actuel, il est clair qu’aucun avion ne pourra jamais atterrir.

« Rien n’est certain dans cet endroit étrange », déclare Nora Martirosyan dans une interview avec Tina Jøhnk Christensen. 

« L’existence même de ce pays [l’Artsakh] est constamment remise en cause alors qu’il a une population, une capitale, une constitution, une administration, une économie, tout ce qui fait une nation. C’est un pays « illégal » qui cherche à se faire reconnaître par l’ouverture de son aéroport international. Faire un film dans ce lieu, donner à ce pays une existence par le cinéma, était pour moi un grand défi : politique, éthique et esthétique.

Nora Martirosvan a co-écrit  Should the Wind Drop  avec Olivier Torres, Guillaume André et la romancière Emmanuelle Pagano. Ils ont créé un personnage de 10 ans nommé Edgar (Hayk Bakhryan), qui se bouscule constamment et vend de l’eau à tout le monde. Il est indifférent aux limitations qui lui sont imposées et sillonne volontiers les champs de l’aéroport pour économiser du temps de déplacement. 

« L’aspect de l’univers de ce film qui me touche le plus, c’est le pouvoir de la fiction pour les habitants de ce pays : les histoires qu’ils se racontent et avec lesquelles ils résistent à une réalité oppressante, des possibilités trop étroites, des règles trop strict. Edgar à travers son entreprise magique enchante la réalité, créant des possibilités plus larges, plus imprévisibles et plus ouvertes. Aujourd’hui, dans nos sociétés, cet enchantement semble bien nécessaire.

Hayk Bakhryan dans « Si le vent tombe » (2020)
Si le vent tombe » sélectionné au Festival de Cannes 2020 : Entretien avec  la réalisatrice Nora Martirosyan
Nora Martirosyan, réalisatrice du film

Nora Martirosyan est une cinéaste arménienne d’Erevan, qui vit en France depuis de nombreuses années. Elle a réalisé plusieurs courts métrages primés et son premier long métrage  Should the Wind Drop ramène la cinéaste dans la région où elle a grandi.  

«Je suis particulièrement attachée à cet endroit étonnant : si moderne si vous regardez ses bâtiments, ses voitures et sa population, et pourtant si ancien avec ses collines et ses montagnes qui observent l’activité humaine depuis des millénaires», dit-elle.

« J’espère qu’à travers les images de mon film, à travers ses personnages – réalistes, simples et émouvants à la fois – le pays commencera à exister, peut-être pas politiquement, mais cinématographiquement. Depuis que la dernière guerre a éclaté en septembre 2020 et la défaite de l’armée du Karabakh le film est devenu une archive de 26 ans de cessez-le-feu, une preuve indéniable de l’existence d’un pays qui rêvait de reconnaissance, mais qui, ignoré par la communauté internationale, a été privé de ses territoires et de son espoir.

L’Arménie a choisi  Should the Wind Drop  comme soumission officielle aux 94e Oscars dans la catégorie longs métrages internationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :