Les autorités ouzbèkes affirment que la France a restitué à Tachkent 10 millions de dollars « illégalement » obtenus par la fille emprisonnée de l’ancien président Islam Karimov. Le ministère de la Justice d’Ouzbékistan a annoncé qu’il était en pourparlers avec la Suisse, les États-Unis, la Russie et un certain nombre d’autres pays pour restituer les autres avoirs acquis par la fille du défunt président « par le biais d’activités criminelles ».

La Suisse a gelé environ 864,5 millions de dollars en 2012 dans le cadre d’une affaire pénale contre Karimova. Depuis que Karimova a été emprisonnée en 2017, Tachkent a demandé aux gouvernements étrangers un total d’environ 1 milliard de dollars pour revenir.

Gulnara Karimova  aura cinquante ans cette année. Fille aînée d’Islam Karimov, président de l’Ouzbékistan entre l’indépendance du pays en 1991 et 2016, elle fut arrêtée pour avoir détourné des actifs publics à hauteur de 1,7 milliard de dollars.

Les poursuites pénales contre Karimova ont commencé pendant le mandat de son père. Après la mort d’Islam Karimov, elle a été condamnée à 10 ans de prison, et en 2020, lorsqu’elle a proposé aux autorités à restituer 686 millions de dollars en échange de l’arrêt des poursuites pénales à son encontre, elle a été condamnée à 13 ans supplémentaires en prison pour extorsion, blanchiment d’argent et autres délits.

Avant son emprisonnement, la fille de l’ancien président de longue date de l’Ouzbékistan était considérée comme l’une des femmes les plus influentes d’Asie centrale. À 23 ans, elle était conseillère du ministre des Affaires étrangères du pays, puis de l’ambassadeur d’Ouzbékistan en Suisse et en Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :