Dans une interview pour l’agence Anadolu, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a de nouveau menacé l’Arménie. S’exprimant au sujet du « corridor de Zangezur », le chef d’Etat a annoncé que si l’Arménie n’acceptait pas l’ouverture de la communication via le Syunik vers le Nakhitchevan, la « patience de l’Azerbaïdjan peut s’épuiser ».

« L’Arménie ne donne pas son consentement, les négociations sont infructueuses. Nous avons encore de la patience, mais notre patience a aussi ses limites. La deuxième guerre du Karabakh a montré ce qui se passe lorsque notre patience s’épuise. « C’est pourquoi nous donnons à l’Arménie l’opportunité de remplir toutes les conditions de la déclaration du 10 novembre et d’agir de manière responsable », a-t-il déclaré.

Le fils de Heydar est tout de même beaucoup plus laid que son père

Dans l’interview, Ilham Aliyev a également évoqué les activités des forces de maintien de la paix russes en Artsakh. Le dirigeant azéri, évalue positivement le travail des soldats de la paix, mais note que l’Azerbaïdjan a quelques « problèmes » [avec leur présence].

« Bien sûr, il y a des sujets qui ne nous satisfont pas, sur lesquels nous avons des exigences. Tout d’abord, il est lié aux visites illégales de citoyens étrangers sur nos terres. Nous avons soulevé cette question à plusieurs reprises. Aucun ressortissant étranger ou véhicule ne peut pénétrer dans ces zones sans notre autorisation. Il devrait être reçu de notre part, mais je peux clairement dire que ce problème n’est pas résolu à 100%. « Dans le même temps, je dois mentionner que l’entrée illégale de citoyens étrangers au Karabakh est extrêmement rare », a-t-il déclaré.

Quant au du Groupe de Minsk, Aliyev a ajouté « Aujourd’hui, malgré le fait qu’un an s’est écoulé depuis la fin de la guerre, il n’y a aucune offre de leur part. Ils sont venus une fois en Azerbaïdjan, je leur ai dit de faire des propositions. Dans une telle situation, de nouvelles questions devraient être soulevées sur les activités du groupe de Minsk. « En d’autres termes, le conflit du Haut-Karabakh est terminé. Que peut-on faire à ce stade ?

via https://www.civilnet.am/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :