Par Jacques Raffy Papazian

Poutine arrive en Arménie et en même temps, le président de l’Artsakh, Araik Harutyunyan transfert le pouvoir à Ruben Vardanyan.

Araik Harutyunyan vient de démettre 6 ministres de leurs fonctions.

L’Artsakh possède un sytème présidentiel, le gouvernement est composé de 11 ministres et un premier ministre. 

En cédant 6 places au nouveau premier ministre Ruben Vardanyan, Araik Harutyunyan transmet le pouvoir à un oligarque venu de Russie.  

La sécurité intérieure étant déjà entre les mains de Vitaly Balasanyan, Araik Harutyunyan vient de signer sa fin politique en Artsakh, un peu comme l’avait fait Levon Ter Petrosyan à l’époque en nommant Robert Kocharyan.

L’objectif de la Russie est de démontrer 

que l’Artsakh doit être un exemple du système totalitaire, en plaçant Vardanyan, les russes cherchent à prouver qu’en contrôlant le territoire sans démocratie les arméniens sont protégés. 

Ils veulent montrer que la démocratie entraine l’instabilité en Armenie.

La propagande a déjà commencé, les russes accusent l’occident de céder l’Artsakh à l’Azerbaïdjan alors qu’eux proposent une alternative anti-démocratique et toujours instable avec un statut-quo.

Le trio Poutine-Lavrov-Patrouchev est en Arménie, ces 3 trois responsables russes ne se déplacent que très rarement ensemble, ce qui montre bien l’importance de l’Arménie dans leurs plans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :