via Asbarez 
montage photo : Armenpress

EREVAN (Azatutyun.am)—Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche que le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan avait proposé de le rencontrer pour des entretiens sur l’amélioration des relations turco-arméniennes. Erdogan a déclaré que l’offre lui avait été communiquée par le Premier ministre géorgien Irakli Gharibashvili. Ce dernier a rencontré Pashinyan à Tbilissi le 8 septembre. Il a semblé conditionner ces pourparlers à l’acceptation par l’Arménie d’ouvrir un corridor de transport qui relierait l’Azerbaïdjan à son enclave du Nakhitchevan.

« Il est déconcertant que d’une part Pashinyan dise que la partie arménienne ne discute pas de cette question [du corridor] et d’autre part exprime le désir de me rencontrer. (…) S’il veut rencontrer Tayyip Erdogan, des mesures claires devront être prises. »

Pashinyan n’a pas explicitement nié avoir fait une telle offre lorsqu’il a réagi aux propos d’Erdogan par l’intermédiaire de sa porte-parole, Mane Gevorgyan, lundi.

« Pour l’instant, il n’y a eu aucun contact entre les responsables arméniens et turcs, même si le gouvernement arménien est préparé à de tels contacts », a déclaré Gevorgyan à l’agence Armenpress. « Dans le cas d’un travail aussi productif, l’Arménie sera également prête pour des réunions au niveau le plus élevé. »

Gevorgyan a également critiqué les appels d’Erdogan pour le « corridor du Nakhitchevan », affirmant que de telles déclarations vont à l’encontre des efforts visant à établir « la paix et la stabilité et à surmonter l’atmosphère d’inimitié dans la région ». Elle a ajouté que l’Arménie est pour l’ouverture de toutes les liaisons de transport régionales.

Pashinyan a parlé le 27 août de « quelques signaux positifs » envoyés par le gouvernement turc à Erevan et a déclaré que son administration était prête à leur rendre la pareille.

Erdogan a répondu en disant qu’Ankara était ouverte à la normalisation des relations turco-arméniennes. Mais il a cité dans ce contexte les demandes de l’Azerbaïdjan pour une reconnaissance arménienne formelle de la souveraineté azerbaïdjanaise sur le Haut-Karabakh.

Pashinyan a qualifié les déclarations d’Erdogan d’encourageantes et a réaffirmé qu’il était prêt à entamer un dialogue avec Ankara quelques heures avant de s’envoler pour Tbilissi le 8 septembre.

Les dirigeants de l’opposition arménienne et certains analystes disent qu’Ankara continue de lier la normalisation des relations turco-arméniennes à une résolution du conflit du Haut-Karabakh favorable à Bakou.

Ils disent que les Turcs veulent également qu’Erevan cesse de faire campagne pour une plus grande reconnaissance internationale du génocide arménien de 1915 dans l’Empire ottoman.

Erdogan a exprimé dimanche l’espoir que le « problème entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sera résolu grâce à l’ouverture de couloirs ».

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a menacé plus tôt cette année d’ouvrir de force un couloir vers le Nakhitchevan à travers la province de Syunik, dans le sud-est de l’Arménie, qu’il a décrit à plusieurs reprises comme des « terres azerbaïdjanaises historiques ». Erevan a fermement condamné la menace.

Un accord de cessez-le-feu négocié par la Russie qui a mis fin à la guerre de l’année dernière au Karabakh engage l’Arménie à ouvrir des liaisons ferroviaires et routières entre le Nakhitchevan et le reste de l’Azerbaïdjan. L’Arménie devrait pouvoir, pour sa part, utiliser le territoire azerbaïdjanais comme voie de transit pour les cargaisons à destination et en provenance de la Russie et de l’Iran.

Les dirigeants arméniens soutiennent que l’accord n’appelle pas à la création d’un corridor terrestre permanent pour le Nakhitchevan. La région azerbaïdjanaise borde également la Turquie.

La Turquie a fourni une assistance militaire décisive à l’Azerbaïdjan pendant la guerre des 44 jours au Karabakh. L’Arménie accuse le personnel militaire turc de participer aux hostilités du côté azerbaïdjanais avec des milliers de mercenaires recrutés dans les régions du nord de la Syrie contrôlées par la Turquie.

source :

https://asbarez.com/erdogan-says-pashinyan-offered-to-meet-sets-preconditions/?fbclid=IwAR3rb616KhJHo5FE8iqYnH94vsRaq7DUG9hllME3Au_UAvnXVa2QQqzM2ZM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :