par Ishkhan Kishmiryan

Douchanbé a annoncé que Pékin fournirait 8,5 millions de dollars pour construire une base militaire près de la frontière afghane.

Il n’y aurait pas de soldats chinois là-bas. Des commentateurs chinois du South China Morning Post ont lié la décision à deux facteurs.

  • Premièrement, la Chine craint que les Ouïghours ne s’infiltrent soudainement dans le Xinjiang à travers la frontière tadjiko-afghane mal protégée.
  • Deuxièmement, Pékin veut fournir les conditions pour la construction de la nouvelle route de la soie. Il ne fait aucun doute que la Chine est devenue un important fournisseur et exportateur de marchandises vers le Tadjikistan.

Cependant, le principal défenseur militaire du pays reste la Fédération de Russie, ainsi qu’un pôle d’attraction pour les travailleurs migrants dans ce pays. Le reportage du South China Morning Post sur le financement de la construction de la base militaire est une preuve supplémentaire que la présence de Pékin en Asie centrale continue de croître. Quant au Tadjikistan, il y a deux points à noter.

  • La région, la plus pauvre des anciennes républiques soviétiques, a une frontière de 1 357 kilomètres avec l’Afghanistan, et la Chine a une frontière de 447 kilomètres avec la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dont la plupart traverse des montagnes. C4est pourquoi Pékin craint que des groupes extrémistes opérant en Afghanistan et en Syrie, y compris des militants ouïghours, puissent utiliser le territoire tadjik pour infiltrer la Chine.
  • Plus de 1 000 soldats afghans ont fui vers le Tadjikistan suite au départ chaotique des États-Unis d’Afghanistan. Les analystes étrangers affirment que la principale préoccupation de la Chine est la sécurité de ses frontières en Asie centrale, et qu’elle peut y remédier en augmentant son influence dans la région.

En 2018 Les investissements chinois au Tadjikistan représentaient 37% des investissements directs étrangers du pays. Les deux pays ont une approche dure envers ceux qui professent les idées de l’islam radical. La Chine combat le terrorisme et l’extrémisme au Xinjiang depuis une décennie.

Les pays occidentaux ont accusé la Chine de violations des droits de l’homme, notamment d’emprisonner des Ouïghours dans des camps et de les utiliser pour le travail forcé. Dans le même temps, Pékin tentait de réprimer le mouvement séparatiste au Xinjiang en recourant à des moyens diplomatiques.

En 2016 La Chine, le Pakistan, l’Afghanistan et le Tadjikistan ont formé un mécanisme antiterroriste. Il était prévu que les participants échangeraient des renseignements et mèneraient des exercices militaires conjoints. Cependant, après la prise du pouvoir par les talibans, le sort de ce mécanisme reste incertain.

Shi Chenyu, chercheur junior à l’Institut de défense nationale de Taiwan, a déclaré que depuis 2016, des troupes chinoises étaient stationnées dans une base militaire tadjike près de la frontière afghane.

L’un des rapports indique qu’une base militaire secrète chinoise a été installée dans le district de Shaymak au Tadjikistan, non loin de la frontière montagneuse de l’Afghanistan. Cela montre que la Chine ne se limite pas à accroître son influence économique, mais accroît progressivement son rôle dans le secteur de la sécurité.

Dans une interview avec Nezavisimaya Gazeta, Vasily Kashin, chercheur principal à la Higher School of Economics, a déclaré :

« L’armée chinoise était régulièrement présente sur le territoire du Tadjikistan. 2016 Après la signature de l’accord antiterroriste avec le Tadjikistan par l’ancien gouvernement afghan, les Chinois sont régulièrement entrés sur le territoire des pays voisins, où ils avaient des positions. En aucun cas, cependant, la patrouille n’a conduit à une présence militaire continue. Dans le même temps, il y avait la pratique chinoise de financer la construction de bases militaires. Autrement dit, Pékin a aidé les pays voisins dans ce dossier afin qu’ils puissent assurer la sécurité. »

L'Arménie n'était pas prête pour la guerre,
Vasily Kashin

Selon l’expert, l’accord est toujours valable et les Chinois peuvent entrer sur le territoire du Tadjikistan.

« Mais je pense que nous ne parlons pas d’une présence perceptible permanente. « Bien sûr, on ne peut pas exclure qu’il puisse y avoir des instructeurs ou des officiers du renseignement chargés de la coordination », a déclaré Kashin.

Ce n’est pas à la Russie de déployer et de défendre le territoire chinois. La Russie a une base militaire au Tadjikistan avec une capacité de 10 000 personnels.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la Russie, la Chine et le Tadjikistan coordonnent leurs opérations militaires dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :